.

Liste des produits par marque Domaine Vincent Baumet

C’est la stupeur, l’étonnement dans la famille quand Vincent Baumet et sa compagne Dominique Pieracci se mettent à table et déballent tout : leur difficulté, leurs envies de faire du vin et annoncent en ce jour de 2010 leur intention de quitter la coopérative et de vinifier leurs propres vins.

Car chez les Baumet, on travaille la terre depuis plusieurs générations. Au fil des ans la polyculture est abandonnée et seule la vigne est conservée à l’exception de quelques oliviers. L’ensemble de la production est livrée à la coopérative. C’est l’âge d’or de la « chimie viticole ». Même s’il suit la route tracée par les anciens, vingt ans de cette vie ont épuisé Vincent. L’envie de faire du vin sans chimie taraude le couple.

Le domaine de 30 hectares compte 4 hectares en appellation Massif d’Uchaux (reconnue depuis 2005), 20 en Rochegude et 10 en Côtes du Rhône. Le domaine prend comme logo la roue catalane. Dominique précise : « Quand nous avons commencé à faire du vin, les vieilles familles du village de Lagarde Paréol nous ont apporté le fouloir qui appartenait aux 5 familles vigneronnes du temps des grands-parents de Vincent, nous disant que nous étions les seuls à faire du vin, et qu’il nous revenait de droit. C’est donc naturellement que la roue d’entrainement de ce fouloir est devenue l’emblème du domaine. »

Dès le début la vigne est conduite en Bio, la certification arrive en 2013.

Pour le premier millésime, la cave et le matériel sont prêtés par la famille Perrin, les propriétaires d’un des domaines les plus réputés de la région, le Château de Beaucastel. Le raisin est magnifique et si une partie est livrée à la coopérative, cinq cuvées sont produites (environ 20 000 bouteilles).

En 2011, on explique gentiment au père que les vieilles caves familiales de Rochegude qu’il avait transformées en garage vont reprendre du service : plus de soudure à l’arc et surtout pas question de stocker du fuel ici pour préserver l’air de toute odeur parasite.

A la cave, le couple parie sur des élevages longs avec le moins d’intervention possible. Pas de levurage mais des levures indigènes, ni de collage et la filtration se limite aux grosses particules. Les blancs sont élevés séparément et assemblés uniquement au moment de la mise. Le So2 utilisé est sous forme liquide, pur, sans potassium pour le conserver et son utilisation est réduite au minimum.

9,50 €

Cuir porte bien son nom.

Un Côte du Rhône comme on l’aime, avec de la puissance, mais pas trop.

Il faut tout de même passer à table et faire une grillade ou un rosbif.

14,50 €

Le plus frais des vins rouges.

Long et complexe, mais très “fuit frais”.

Rien ne lui fait peur. Il ne gâchera pas vos mets et saura au contraire les mettre en valeur.

Une belle pièce de bœuf grillée, côte de bœuf, viande maturée.

Régalez vous aussi avec tous types de fromages, et jusqu’au dessert…  au chocolat par exemple

8,00 €

Apéro (éventuellement un peu rafraichi), charcuterie, viandes blanches, fromage à pate molle.

Le vin du sac à dos.

Vous êtes invités et en charge d’apporter le vin, mais sans avoir connaissance du menu? C’est Velours…