.

marques

  • - Brasserie la Manivelle -

    - Brasserie la Manivelle -

    La Manivelle c'est une histoire qui dure depuis 2009 où tout a commencé dans une ancienne usine hydroélectrique dioise, ce qui n'a pas été sans influence sur le choix du nom de notre brasserie !

    Die est surplombé par les imposantes falaises du massif du Vercors, dont provient l'eau de source, à la qualité et la pureté reconnues, qui reste un des éléments indispensable pour le brassage de nos recettes.

    Notre brasserie propose depuis ses débuts onze recettes permanentes de haute fermentation et de style variés.

    L'année 2019 a marqué un tournant dans notre histoire puisque la brasserie a pris de l'ampleur en déménageant dans un bâtiment rénové, plus fonctionnel et pouvant accueillir du public.

    Dès l'année suivante, suivent l'ouverture de notre bar sur place et la certification en agriculture biologique de nos bières.

    Nous pouvons aujourd'hui vous proposer en permanence nos spécialités que sont les bières de garde, l'artisan n'étant jamais rassasié de sa soif de diversité, de nouveauté et de création.

    Car c'est avant tout cela la Manivelle, une équipe défendant les valeurs de l'artisanat et aimant partager leur passion avec les amateurs de bonnes bières.

    QUE FAUT-IL ABSOLUMENT RAMENER DE LA BRASSERIE ?

    La smoke, Ale 5 % ALC AMÈRE BLONDE MALTÉE / HERBACÉE

    Signature de la brasserie, la Smoke est une bière brassée avec une petite quantité de malt à whisky fumé à la tourbe, lui conférant des notes fumées caractéristiques.

    Cette bière d'accord, accompagnera à merveille vos apéros dînatoires d'après randonnée, été comme hiver !

    ... Aux ceux qui ne jurent que par les vieilles barriques, nos recettes vieillies en tonneau : toute une gamme éphémère pour vous faire voyager dans un monde d'arômes boisés à la rencontre d'autres horizons (Rivesaltes, Médoc, cognac, brandy, rhum).

    ... Aux hédonistes patients, notre barley wine 20 d'Orge au goût atypique et au style original taillé pour la longue garde avant d'accompagner l'intégralité d'un repas.

  • - Champagne Eric Therrey -

    - Champagne Eric Therrey -

    Tempérament de vigneron

    Placée sous le signe de l'exigence, notre philosophie de la viticulture indépendante repose sur la richesse de la diversité des terroirs, des climats, du savoir-faire, des hommes et des femmes.

    Respectueux de la tradition, nous sommes également responsables de la qualité de notre travail.

    Nos vignes sont cultivées en lutte raisonnée c'est-à-dire dans le respect de l'environnement.

    C'est une démarche volontaire sans aucune obligation ni contrôle qui vise à protéger les vignes seulement si le besoin s'en fait sentir et avec le produit le moins nuisible à l'environnement.

    Terroir

    Le Champagne Eric Therrey est issu de deux terroirs différents de l'Aube : Montgueux et Celles-sur-Ource, chacun réputé pour sa spécificité.

    Situé au sud de la champagne, à seulement 10 km de Troyes, le vignoble de Montgueux constitue une exception géologique et topographique.

    Surgissant tel un îlot au milieu des plaines céréalières de la Champagne, il repose sur un sol qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, constitué principalement de craie et de gypse.

    Détail ô combien important et qui lui confère sa singularité.

    Magnifiquement exposée, cette colline culmine à 270 mètres, particularité qu'elle partage avec celle de Montrachet (Bourgogne).

    Daniel Thibaut, chef de cave de la maison CHARLES HEIDSIECK, l'a d'ailleurs surnommée le Montrachet de la Champagne.

    Le vignoble de Montgueux, cultivé depuis le Moyen Age, ne compte que 180 hectares de vignes. Son atout principal reste l'homogénéité

    L'encépagement est composé essentiellement de chardonnay (85 %).

    Celui de Montgueux est jugé unique, irremplaçable, incomparable pour sa rondeur et sa palette aromatique car on y perçoit la craie, le silex.

    C'est d'ailleurs ce qui suscite tant la convoitise des grandes maisons de Champagne.

    À l'inverse des autres vignobles aubois, le pinot noir n'y est cultivé que par les manipulants et uniquement pour les besoins de leurs assemblages.

    C'est la note juste et harmonieuse qui donne à l'ensemble des vins de Montgueux une tonalité si particulière.

    Quant au vignoble de Celles-sur-Ource, situé dans la partie la plus méridionale de la Champagne, au cœur de la Côte des Bars, il se caractérise par son encépagement principal en Pinot Noir (80%).

    La vigne repose sur un sol argilo calcaire dit kimméridgien identique à celui de Châblis, qui présente une singularité : l'abondance d'une famille de minuscules huîtres dans les marnes et les marno-calcaires.

    Ce qui donne au champagne une finesse et une saveur subtiles.

  • - Clos Bellane -

    - Clos Bellane -

    Le Clos

    Le vignoble, à partir duquel s’offre un panorama exceptionnel sur le Ventoux et les Dentelles de Montmirail, d’un seul tenant s’étend sur 60 hectares de forêts, chemins dont 48 de vignes, en exposition est sud-est.

    En rouge le Grenache domine, complété par la Syrah, tandis que Roussanne, Marsanne, Viognier se partagent les rôles en blanc.

    Le fabuleux terroir et les chais semi enterrés, propices au travail patient vers l’élégance et la finesse, nous permettent de peaufiner nos élevages et d’y stocker nos crus en bouteilles sans climatisation. Une température constante toute l’année c’est la certitude d’une évolution sereine pour le plus grand respect de nos jus et des amateurs de belles cuvées.

    Nous vous attendons pour vous faire parcourir ce lieu majestueux et découvrir nos parcellaires uniques, de la Roussanne récoltée en Novembre à la Syrah truffée et graphitée de nos pentes abruptes.

    L’âme

    Acquis en 2010 par Stéphane VEDEAU, le Clos Bellane est situé au-dessus du plateau de Vinsobres, au nord de l’Enclave des Papes dans le Vaucluse.

    Plus au nord ! C’est la garantie d’une température annuelle propice aux lentes macérations des baies, gage d’élégance et de notes délicates.

    Plus haut ! Avec ses 400 mètres d’altitude pour davantage de fraîcheur l’été, dans les sols et pour la plante.

    Tout à l’Est ! Pour s’assurer d’un soleil plus doux au levant qu’au couchant et ainsi freiner l’évaporation excessive qui concentre en alcool.

    Enfin, un terroir riche en calcaire actif finit d’aboutir ces équilibres rares par sa fraîcheur structurelle et sa minéralité complexe.

    Le savoir-faire

    Le respect de l’intégrité du raisin permet à la fermentation de se dérouler de manière plus douce. Un tri sévère permet de sélectionner le meilleur de la récolte. La cave est conçue sur le principe de la distribution gravitaire afin de respecter la vendange.

    Elle est équipée d’un matériel moderne et performant qui intègre technologie de pointe et présence irremplaçable de l’homme : cuverie béton et inox thermorégulée, pigeage à la bourguignonne, pressoir pneumatique basse pression.

    L’élevage du vin est orienté, suivant le millésime et en fonction de la texture du vin, en pièces bourguignonnes, demi-muids  ou en cuves béton.

    C’est la dégustation qui règle la marche à suivre.

  • - Domaine Pierre Fil -

    - Domaine Pierre Fil -

    Histoire

    Mailhac possède un riche passé archéologique, notamment concernant le peuple Elisyces, qui vivait dans la région.

    Ce peuple belliqueux, engagé comme mercenaire au côté des Carthaginois pour aller combattre en 480 avant J.C. les grecs à Himère (Italie du Sud), vivait déjà

    au VIIème siècle avant J.C. aux environs de Mailhac. le grec Herodote, considéré comme le premier historien, est dans son écrit Histoires (rédigé vers 445 avant J.C.), le premier à évoquer ce peuple Elisyces. Quelques 900 ans plus tard, vers l'an 350, le romain Avienus cite dans son oeuvre Ora Maritima les fleuves Heledus et Orebus comme faisant partie intégrante du territoire occupé par les Elisyces. Nous en avons baptisé deux de nos cuvées.

    Quittons les Elisyces et avançons dans l’histoire pour nous retrouver à l’époque Romaine.

    Lors de la préparation d’une parcelle avant la replantation d’une vigne, nous avons découvert les vestiges d’un chai de vinification romain.

    Là, nous avons retrouvé des morceaux de dolium. Un dolium était une grande jarre en terre cuite d’une contenance d'environ 2000 litres. Les romains les construisaient sur place et s’en servaient pour vinifier et stocker le vin, qui était ensuite transporté dans des amphores.

    En hommage à ces premiers vignerons-éleveurs, nous avons baptisé notre cuvée haut de gamme « Dolium », symboliquement toujours produite en multiples de Dolia.

    Terroirs

       Argilo-calcaire

    Il s’agit de la zone de production des vins à IGP du Pays Cathare

    Sol du quaternaire, formé par les dépôts fluviatiles et les colluvions (matériaux issus de l’érosion des massifs situés à proximité). Il présente une épaisseur variant de

    50 cm à 1m50 et a été déposé soit sur une formation de l’Eocène

    (âge estimé d’environ 30 à 40 millions d’années), soit sur une gravière.

       Haute terrasse du quaternaire ancien ou Graves

    La très grande majorité du vignoble AOC se situe sur ce sol.

    Il s’agit d’un sol de graves.

    La formation de ce sol date d’environ 2 millions d’années.

    Les phénomènes d’érosion autour de la terrasse la situent à une altitude d’une trentaine de mètres au-dessus du niveau du cours d’eau (La Cesse).

    La pierrosité est très importante, elle est constituée essentiellement de galets gréseux, mais aussi de quelques calcaires et schistes. Cette proportion de cailloux représente 60 à 70% du sol et oblige les racines de la vigne à plonger vers le sous-sol.

    Ce sol de couleur ocre, associé à la forte teneur en cailloux, capte la chaleur, l’emmagasine et se la restitue.

    Le Mourvèdre, cépage tardif, va ainsi s’épanouir dans cet environnement en arrivant à maturité complète.

    Cette formation géologique est très particulière, sa surface est confidentielle comparée à l'étendue de l'appellation Minervois. Ce terroir donne un style très reconnaissable qui fait notre signature.

    Calcaires lacustres

    Le vignoble AOC est pour une petite partie situé sur ce sol.

    Il trouve son origine dans l’époque tertiaire. Le sol, caillouteux et souvent de faible épaisseur, oblige les racines à s’immiscer dans le calcaire dur, mais faillé, du sous-sol.

    Les nombreux fossiles aisément observables ont permis aux géologues d’évaluer son âge entre 40 et 48 millions d’années.

    Viticulture

    Les gestes viticoles pratiqués tout au long de l’année ont pour objectif d’obtenir aux vendanges des raisins sains, mûrs et équilibrés.

    La taille est restrictive, elle est au maximum de 8 yeux par pied sur les parcelles en AOC Minervois.

    Au printemps, un ébourgeonnage est pratiqué. Il consiste à supprimer les jeunes rameaux indésirables pour ne conserver que ceux issus d’yeux volontairement laissés à la taille.

    A la même période, le développement de la végétation est accompagné grâce à un espalier qui permet d’établir un plan vertical du feuillage.

    En été, l’effeuillage permet de favoriser l’aération naturelle des grappes.

    La Tramontane, vent dominant, y contribue également !

    Enfin, un des derniers gestes pratiqué au domaine consiste à réguler le nombre de grappes par pied, qui est par nature hétérogène. Il est de notre rôle d’accompagner la vigne en l’ajustant, afin que chacun des pieds puisse amener sa production à maturité. D’expérience, nous limitons par exemple le mourvèdre à 6 grappes par pied.

    Oenologie

    Le premier geste œnologique consiste au choix de la date de récolte. Elle est déterminée à travers la dégustation des baies, moyen le plus approprié pour apprécier le niveau de maturité des raisins.

    Nous évaluons ainsi différents équilibres (sucre / acide par exemple), mais aussi la qualité des tanins, le type et la puissance des arômes (arôme poivré par exemple sur le Mourvèdre).

    En fonction du type de vin que nous souhaitons élaborer, nous vendangeons

    à différents niveaux de maturité.

    Pour les vins aux profils frais et tendus, nous utilisons la vinification traditionnelle, éraflée. Pour les vins d'AOC, plus typés et originaux, les raisins expriment au mieux leur potentiel à travers la macération en grappes entières, également appelée macération carbonique, que nous favorisons.

     La vendange est donc obligatoirement manuelle. Elle est réalisée avec une équipe de saisonniers au noyau fidèle, le chef d’équipe est venu pour son premier millésime en 1995 et n’en a pas manqué un depuis !

    Lors de la cuvaison, un processus de fermentation intracellulaire spécifique à la macération en grappes entières a lieu. Celui-ci confère ainsi plus de rondeur aux vins, tout en laissant la possibilité d’avoir une importante structure tannique.

    La durée de cuvaison varie de 2 à 4 semaines selon le type de vin souhaité.

    Les vins sont ensuite élevés en cuves ou en barriques. Le choix du contenant d'élevage dépend de nombreux facteurs, principalement la volonté, selon la cuvée, de compléter la palette aromatique avec des nuances typiques du chêne : torréfié, fumé, grillé, vanillé par exemple. Mais nous sommes également attentifs à d'autres facteurs pour déterminer le contenant d'élevage : le profil du millésime, la structure des tannins, la puissance aromatique des jus etc ...

    En résumé, l’œnologie pratiquée au domaine a simplement pour objectif de révéler dans les vins les terroirs et les pratiques viticoles associées, et de produire des vins réguliers, à la signature toujours reconnaissable.

    Charte Ethique

    L'attente sociétale actuelle des consommateurs, de vins et autres denrées alimentaires, avec laquelle nous sommes en complète adéquation, consiste en des produits :

    - Elaborés dans le respect de l'environnement, de la faune, de la flore, de la qualité des sols, des eaux et des paysages ruraux.

    - Sains pour leur santé, mais aussi celle des agriculteurs.

    - De bonne qualité organoleptique.

    - Achetés au juste prix.

    Nous nous engageons à répondre à ces attentes, en mettant en oeuvre de manière globale des bonnes pratiques de gestion technique, depuis la culture du vignoble jusqu'au conditionnement des vins.

    Voici quelques points :

    - Notre domaine est certifié au plus haut niveau du référentiel HVE (Haute Valeur Environnementale).

    Ce référentiel, mis en place par l'état, porte sur les thèmes de la biodiversité, la gestion des intrants ayant un impact environnemental, les ressources énergétiques, la ressource en eau ou encore la protection phytosanitaire.

    Nous sommes régulièrement audités par un organisme certificateur indépendant, qui s'assure du respect d'indicateurs de résultats du référentiel.

    - La vie de nos sols, primordiale, est une préoccupation importante. Pour les nourrir, nous élaborons annuellement un compost végétal en recyclant des marcs de raisins et des déchets verts issus de la collecte aux alentours du domaine. A son tour, la terre nourrit la vigne.

    - Les nombreux gestes manuels effectués au vignoble, couplés aux évolutions de la technique, nous permettent d'optimiser la gestion de la protection des plantes contre les maladies et ravageurs.

    Un système d'autocontrôle est mis en œuvre afin de vérifier l'efficience des choix techniques. Au-delà de l'aspect technique, nous sommes attachés dans notre démarche éthique à l'emploi et la richesse générés par le savoir-faire de la main de l'Homme.

    - Enfin, la structuration du vignoble associée à une optimisation des travaux mécaniques et un motorisation performante des tracteurs conduit naturellement à une maîtrise de la consommation de carburant.

    - Au chai, les cuves traditionnelles en béton, marque du labeur de nos aïeux, présentent avec leurs murs épais une forte inertie thermique. Celle-ci nous permet d'importantes économies d'énergie pendant les vinifications.

    - En œnologie, les progrès techniques issus de la recherche appliquée permettent à présent l'utilisation à notre échelle de technologies de pointe. Nous les mettons en œuvre, dans un objectif de précision de nos vins et d'une meilleure maîtrise des intrants œnologiques utilisés, notamment, les sulfites.

    - La gestion de l'embouteillage des vins est dictée par le respect de matières écologiques :

    Toutes nos bouteilles sont en verre recyclé,

    Tous nos cartons sont également issus du recyclage,

    Tous nos bouchons en liège naturel sont garantis sans traitement aux produits chimiques,

    Tous nos bouchons "synthétiques" sont issus de biopolymère de sucre de canne, dont la fabrication et l'acheminement présentent un bilan carbone nul.

    L'engagement dans l'amélioration continue de nos pratiques viticoles et œnologiques nous anime au quotidien, pour alimenter le cercle vertueux de notre belle passion de vigneron.

  • -Domaine Corinne Depeyre -

    -Domaine Corinne Depeyre -

    Corinne Depeyre à la faconde provençale.

    Femme vive et déterminée, elle sait d’où elle vient et où elle va. Convaincue que notre planète n’est pas inusable elle est soucieuse de l’environnement et de ses terres qu’elle entretient avec bienveillance.

    « Je me suis découverte dans ce métier ».

    Corinne Depeyre ne se destinait pas à être vigneronne. Elle a toutefois fait des études en œnologie et commerce, pour devenir caviste. Comme un bon millésime qui mûrit au fil du temps, Corinne attend d’avoir 30 ans pour changer de cap.

    « Je suis prête », dit-elle à son père !

    Six mois après, elle décide de s’installer sur une partie des terres familiales et de créer son propre domaine, où elle élabore des vins à son image.

    Ils reflètent son audace, sa liberté, sa loyauté, sa féminité.

    « Parce que je suis persuadée que l’agriculture biologique est l’avenir, je conduis mes vignes au rythme des labours, des cycles naturels, sans jamais leur demander plus que ce qu’elles veulent bien m’offrir.

    Mes vins sont le fruit d’une belle rencontre entre mes terroirs et un millésime. »

    Installée dans le mas familial, dont les premières pierres ont été posées par son arrière-grand-père Clément et son grand-père Henri, Corinne Depeyre a repris en 2015 les terres de son père, Gérard, qu’elles avaient déjà converties en Agriculture Biologique.

    Le Domaine s’étend sur 19 hectares, en Drôme Provençale, dans le vignoble des Côtes du Rhône. Corinne y cultive avec passion syrah, grenache et carignan. Elle élabore et élève des vins qu’elle qualifie de féminins avec de la fraîcheur.

    « Il y a un peu de moi dans chaque bouteille. Je prends le temps de faire les choses. »

     

    Un petit coin de paradis

    Au cœur de ses vignes, classées en réserve de chasse, elle a volontairement laissé une parcelle vierge afin de créer un milieu riche en biodiversité.

    « J’ai planté des micocouliers, des tilleuls et créé une haie, j’ai semé de la phacélie (Hydrophyllacées (Boraginaceae selon la classification phylogénétique). C’est une plante mellifère particulièrement intéressante en agriculture et en apiculture ».

    Les insectes, précieux alliés, sont logés et nourris gracieusement au Domaine Corinne Depeyre.

    Une maison spécialement conçue pour eux les accueille 24 heures sur 24 et des ruches y sont installées.

    Ces abris et nichoirs variés font venir les oiseaux et les petits mammifères qui participent à la biodiversité.

    « La terre nous nourrit, je la respecte ».

     

    Ancrage des vignes

    Les vignes du domaine de Corinne Depeyre sont palissées par des poteaux en acacia ancrés dans le sol. L’acacia est une essence naturellement durable et est imputrescible, ce qui garantit une très bonne tenue dans le temps.

    Le piquet fendu apporte une grande robustesse par sa forme épousant le fil du bois.

    Il est naturellement très résistant aux agents destructeurs comme le soleil, la pluie ou encore les insectes.

    Médecine douce

    Au pied de ses vignes, des rosiers ont été plantés. Par esthétisme ? Pas seulement.

    Le rosier est annonciateur d’oïdium pour la vigne, très sensible à ce champignon. Le mal déclenché par la conjonction de l’humidité et de la chaleur se soigne par pulvérisation d’un minéral naturel.

  • Bertinchamps

    Bertinchamps

    Notre étiquette arbore fièrement un grand « B » majuscule, référence selon vos envies, à Bertinchamps, à la Belgique, à la Bière, à Benoît…

  • Brasserie la Pleine Lune

    Brasserie la Pleine Lune

    L’histoire de la brasserie de la Pleine Lune commence à l’été 2011. Benoît, après 10 ans de brassage dont 7 ans en tant que professionnel, fonde la brasserie de la Pleine Lune, seul, dans un petit local de la zone artisanale de Chabeuil. La brasserie propose alors 4 recettes de bières : Lunik, Aubeloun, L’Universelle et Pierre de Lune.

    Dès 2012, Georges et Sylvain* intègrent ce qui devient une équipe et la brasserie prend de l’ampleur en augmentant sa production et sa gamme. 

    *Sylvain a, depuis, pris son envol vers d’autres horizons brassicoles. 

    En 2014, deux changements majeurs : la certification Bio en Janvier et le déménagement dans de nouveaux locaux en fin d’année.

    Puis en Janvier 2015, un financement participatif permet l’achat d’une nouvelle cuve et assoit durablement la brasserie dans une croissance constante, portée par le soutien de tous ses clients et revendeurs. Depuis la brasserie s’équipe régulièrement de matériels permettant d’améliorer la qualité des produits et l’ergonomie de travail.

    En août 2018, la brasserie ouvre son Bar/Boutique, un espace qui lui permet de devenir un lieu de dégustation, de rencontres et de culture, au travers notamment de l’organisation de concerts et d’événements culturels.

    En août 2019, les travaux du nouveau bâtiment commencent. Pensé et construit pour être adapté à notre activité, il se situe à proximité de nos anciens locaux, non loin du rond-point de la fusée et en bordure de la « rocade » de Chabeuil, direction Crest. Le déménagement a eu lieu en mars 2020. Depuis, de nouveaux projets sont déjà lancés : création d’une gamme de bières barriquées, implantation d’un espace vert et d’une terrasse ombragée, évolutions du matériel et des techniques avec notamment la création d’un laboratoire qualité.

  • Cave de la Loterie

    Cave de la Loterie

    Située sur les coteaux de la Suisse Normande, la Ferme de la Loterie, conduite par la famille AUBRY depuis 1936, devient dès sa reprise en 1999 par Régis AUBRY

    Avec la reprise de 8 ha de vergers et la plantation de 4 ha de pommiers hautes tiges, un atelier de transformation est créé, pour relever un premier défi : Devenir cidriculteur !

    Nous commençons à produire des cidres et des jus de pommes, puis rapidement, notre gamme s'élargit avec la production de Pommeau, de poiré et, bien sûr, de Calvados.

    Depuis 2009 tous nos vergers sont conduits en Agriculture Biologique, avec d'abord trois années de conversion, puis enfin le label, depuis la récolte 2012.

    En 2009 démarre aussi une période de renouveau dans nos vergers, avec de nouvelles plantations tous les ans et la constitution d'un jeune verger de poiriers de 4 ha.

    Aujourd'hui, l'exploitation compte 20 ha de vergers AB et leurs fruits sont transformés dans notre nouvelle cidrerie.

    En effet, en 2012 et 2013, nous nous engageons dans un nouveau défi de taille, la construction d'un nouveau site dédié à la transformation et à la vente au public, avec toujours les mêmes objectifs :

    - maîtriser l'ensemble de la production, du fruit à la bouteille

    - élaborer des produits conformes au label AB

    - faire découvrir notre production, par le biais des visites et de la vente directe dans notre cave.

    Toutes ces années passées depuis la création nous ont permis de développer des vergers adaptés à notre système de production, de créer un outil de transformation moderne et performant dans un site de caractère et de tradition, et d'élaborer une gamme complète de produits en constante évolution.

    Les Vergers

    Le verger se compose de 13 parcelles réparties sur 3 communes différentes, pour une surface totale de 25 ha, dont 21 ha de pommiers et 4 ha de poiriers.

    L'ensemble regroupe 30 variétés de pommes différentes que l'on classe en 4 grandes catégories : 

    - Douces (ozanne, clozette, douce coet, doux normandie, doux verret de carrouges, etc...)

    - Douces amères (bedan, rouge duret, douce moen, bisquet, binet rouge, noel des champs, etc...)

    - Amères (fréquin rouge, metais, moulin a vent, etc...)

    - Acidulées (petit jaune, avrolles, judor, rené martin, etc...)

    Ainsi que 6 variétés de poires (de cloche, plant de blanc, fausset, antricotin, de branche, raullin)

    Ce sont toutes des variétés à cidre et à poiré, les fruits sont différents des variétés dites à couteau.

    Cette diversité de fruits, produits dans des vergers aux sols et aux orientations différents, permet d'obtenir des jus aux saveurs variées.

    Les arbres sont conduits de 2 façons :

    - Les vergers hautes tiges = arbres traditionnels de plein vent ayant une densité de plantation de 100 a 130 arbres / ha qui deviennent adultes au bout de 20 à 25 ans

    - Les vergers basses tiges = mode de plantation plus récent (à partir des années 1980), où l'on plante 650 arbres / ha conduits en axe vertical , adultes au bout de 8 à 9 ans

    Les pommiers sont taillés régulièrement, nous récupérons les branches afin de les transformer en copeau que nous utilisons comme chauffage pour la maison d'habitation et comme paillage dans les jeunes vergers.

    En effet, lors de chaque nouvelle plantation, les copeaux sont posés au pied de chaque arbre. Ceux-ci permettent de maintenir une fraîcheur aux racines et éviter la concurrence avec l'herbe. Dans les inter rangs, nous laissons l'herbe se réimplanter seule, ce qui apporte une diversité d’espèces dans le verger. Les allées sont, par la suite, broyées régulièrement.

    Nous sommes dans un secteur de bocage où les haies sont présentes. Elles entourent souvent nos vergers. Nous les conservons et les entretenons car elles peuvent être un rempart contre le gel, le vent et elles hébergent aussi un bon nombre d'insectes utiles.

    Vient la longue période de récolte, qui débute aux alentours du 20 septembre et prend fin mi décembre pour les variétés les plus tardives, comme "la noël des champs" et la "poire de cloche".

    La récolte mécanique des pommes

    Les fruits sont ramassés à bonne maturité, ce qui implique de faire plusieurs passages espacés de 10 à 15 jours sur chaque variété. Au dernier ramassage les arbres sont secoués mécaniquement.

    Nous récoltons les fruits par variété, qui sont ensuite assemblés suivant les cuvées auxquelles nous les destinons.

    La Production

     

    Toutes les opérations de transformation se font dans un bâtiment neuf, construit à flanc de coteau, partiellement enterré pour profiter de l'isolation naturelle du sol et conçu selon nos besoins, propres à la cidriculture.

    Une partie de la cidrerie est destinée à la fabrication :

    - Lavage, rinçage, tri, broyage, pressurage

    - Embouteillage.

    - Étiquetage et conditionnement.

     

    Assemblage des pommes

    Après assemblage, les fruits sont lavés et triés manuellement avant d'être broyés et pressés. Nous attachons une importance toute particulière à leur propreté et leur bon état de conservation, c'est une étape essentielle pour l'obtention d'un produit de qualité. (Vidéo en cliquant sur le lien suivant : Tri - rinçage )

    A la sortie du pressoir nous obtenons du moût (on extrait à peu près 60% de jus dans une pomme). Suite aux assemblages spécifiques des fruits, ce moût de pomme aura des saveurs différentes et ceci en fonction des produits et des cuvées.

    La suite de l'élaboration se poursuit dans la seconde partie de la cidrerie, que l'on appelle la CUVERIE.

    Les cidres et les poirés vont fermenter pendant plusieurs mois dans des cuves en fibre de verre ou en inox : c'est la fermentation alcoolique. Cette fermentation sera incomplète et plus ou moins avancée, en fonction des cuvées (fruité, fraîcheur, brut, extra-brut).

    Et ce n'est pas fini ! Une fois en bouteille, une 2ème fermentation naturelle démarre. C'est la prise de mousse naturelle, qui donnera, au bout de 2 à 3 mois, du pétillant à nos cidres et poirés.

    Nous sommes très attachés à cette méthode d'élaboration :

    - Pas de pasteurisation,

    - Pas de gazéification,

    Cette méthode est certes plus compliquée car il nous faut maintenir, tout au long de leur élaboration, une attention particulière à nos cidres. L'avis régulier d'un œnologue (analyses et dégustations) nous aide dans la recherche constante des produits à la fois maîtrisés et typiques.

    Les apéritifs (pommeau et rêve de poire) et les Calvados vieillissent en fûts de chêne, dans nos chais.

    Le Calvados

     

    Le Calvados est un produit emblématique de la Normandie, obtenu après distillation de cidre et vieilli en fût de chêne

    Les cidres fermentent à peu près 8 mois dans des cuves (jusqu'au mois de juin) avant d'être distillés dans un alambic. Nous travaillons avec un distillateur ambulant, qui possède un alambic à colonnes. Utilisé depuis fort longtemps dans notre région, le distillateur s'installe à la Loterie tous les ans pour une dizaine de jours.

    Si vous souhaitez voir le distillateur opérer comme à l'ancien temps et, par la même occasion, découvrir le fruité d'une eau de vie fraîchement sortie de l'alambic, contactez-nous pour connaître les dates de distillation !

    La jeune eau de vie ira ensuite séjourner de longues années dans nos chais, pour s'enrichir des tanins d'un fût neuf et, vieillir lentement dans des vieux fûts de 220 L. et 400 L.

    Le pommeau, savoureux mélange d'un jeune calvados et de moût de pomme, passera 2 à 3 ans dans de vieux fûts en chêne, allant de 650 L. à plus de 1000 L.

    Il en est de même pour le rêve de poire. Cette spécialité de la Cave de la Loterie est un apéritif à découvrir, rassemblant la pomme (l'eau de vie) et la poire (le jus), où le passage en fûts sera plus succin, pour conserver au maximum les saveurs du jus de poire.

  • Champagne Chassenay d'Arce

    Champagne Chassenay d'Arce

    MAISON DE VIGNERONS

    Fondée par 5 pionniers en 1956 à Ville-sur-Arce, ce sont aujourd’hui 130 familles et 3 générations de vignerons qui composent la Maison Chassenay d’Arce. Le fonctionnement d’origine perdure dans un même esprit de coopération, de solidarité et de transmission des savoirs.

    Au cœur de la Côte des Bar, le vignoble Chassenay d’Arce s’étend sur 315 hectares et sur 12 villages répartis le long de la rivière, l’Arce. Façonné par un paysage unique où alternent vignes et forêts, il est également caractérisé par la diversité de nos cépages et par la culture raisonnée que nous y pratiquons.

    L’esprit de la Maison, c’est à la fois l’esprit de famille, l’esprit du terroir et l’exigence partagée par nos vignerons pour élaborer des champagnes de grande qualité.    

    LA CÔTE DES BAR

    Les champagnes Chassenay d’Arce sont l’expression du terroir spécifique de la Côte des Bar et de son sol kimméridgien autrefois recouvert par la mer. Au fil des saisons, les pieds de vignes prennent corps, les grappes se colorent et les cuvées s’élaborent…

    La vallée de l’Arce est située tout au sud de la Champagne à proximité de la Bourgogne. La douceur du climat, l’exposition des vignes et la nature des sols (ici, les ceps plongent leurs racines dans des marnes caillouteuses) permettent de récolter à la fin de l’été des fruits à pleine maturité. 

    Le cépage dominant sur ce territoire est le pinot noir. Nous élevons également du chardonnay, du pinot meunier et du pinot blanc, ancien cépage de la Champagne. Cette diversité nous permet de proposer des cuvées aux personnalités très variées. 

    Tout au long de l’année, chaque pied de vigne est ici choyé et façonné pour offrir le meilleur de lui-même et donner les raisins les plus généreux.

    UNE DÉMARCHE RSE

    Nous sommes actuellement en conversion pour obtenir le label Vignerons Engagés. Basé sur un cahier des charges exigeant, le label est audité par l’AFNOR tous les 18 mois. Il s’appuie sur la norme ISO 26000, référence internationale reconnue par plus de 100 pays pour le développement durable et la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

    Nous défendons une vision globale bâtie sur 4 piliers fondamentaux :

    – agir pour l’environnement,

    – garantir une qualité de la vigne au verre,

    – soutenir le territoire et le patrimoine local,

    – offrir le juste prix au producteur et au consommateur.

    Visant une certification en mars 2021, nous agissons quotidiennement pour nous inscrire naturellement dans cette démarche. Celle-ci se traduit de façon tangible dans nos actions et investissements :

    – accompagnés par une conseillère viticole, nos vignerons suivent depuis de nombreuses années un mode de culture raisonné avec déjà plus de la moitié des vignes en cours de conversion,

    – fin 2019 une première cuvée Bio millésime 2013 a été lancée et d’autres vont suivre,

    – trois bornes de rechargement, dont deux bornes Tesla, ont été implantées pour les voitures électriques.

    Plus qu’une démarche environnementale, c’est une véritable philosophie sociétale que nous défendons.

  • Champagne Drappier

    Champagne Drappier

    Si la vigne fut plantée pour la première fois àUrville par les Gallo-Romains il y a 2000 ans, c’est Saint Bernard, fondateur de l’Abbaye de Clairvaux qui fit construire nos caves en 1152.

    Sept siècles plus tard, en 1808, c’est autour de ce témoignage médiéval, magnifiquement préservé, où dorment des cuvées d’exception, que fut créé le domaine familial dirigé aujourd’hui par Michel Drappier.

    Terre d’accueil du Pinot Noir, cépage qui « coule dans nos veines », c’est à Urville que fut planté notre vignoble, cultivé selon les principes du bio et du naturel.

    Comme des « archives » de la longue histoire de notre maison, nous continuons également à cultiver des cépages oubliés et pourtant inoubliables : l’Arbane, le Petit Meslier et le Blanc Vrai. 

    Aujourd’hui, à l’excellence sophistiquée parfois surfaite, nous préférons l’authenticité et le naturel.

    Grâce notamment à un très faible dosage et un usage extrêmement modéré des sulfites, dont la cuvée Brut Nature Sans Soufre est l’aboutissement, nous mettons en exergue les multiples facettes de nos terroirs et de nos vinifications.

    La maison Drappier

    L’histoire des murs, habités aujourd’hui par la famille DRAPPIER, remonte au XIIe siècle quand Saint Bernard fit construire à Urville une annexe de l’Abbaye de Clairvaux.

    Le vignoble qui entoure aujourd’hui ces caves cisterciennes, fait la fierté de notre maison.

    Cultivé au plus près de la nature, il donne vie à des raisins riches d’arômes complexes qui permettront l’élaboration de champagnes aux caractères bien affirmés logés dans des flacons d’exception.

    Le vignoble

    La Belle Haie, le Val Demoiselle, la Sendrée, autant de morceaux de paysages au service des cuvées Drappier. Cépages classiques comme le Pinot Noir, le Chardonnay ou le Meunier, cépages rares comme le Petit Meslier, le Blanc Vrai ou le rarissime Arbane, touches de couleurs et de saveurs de notre vignoble.

    L'histoire & la famille

    Jadis occupé par les moines cisterciens de Clairvaux, le siège de la maison comprend de merveilleuses caves voûtées du XIIe siècle. Remontant à un passé plus proche, l’arbre généalogique de la Famille Drappier prend néanmoins ses racines au XVIIe siècle, à la naissance de Rémy Drappier en 1604 qui devient comme Nicolas Ruinart, marchand drapier à Reims. Son petit-fils, Nicolas (1669-1724) est procureur de Louis XIV. Il faut attendre 1808 pour que l’un des ancêtres de la maison, François, s’installe à Urville et commence à exploiter un vignoble qui s’étend aujourd’hui sur 55 ha, sans compter les contrats-associations dans la Côte des Bar, la montagne de Reims et la Côte des Blancs.

    A Urville, au début des années 1930, le vignoble soulève brusquement des discussions passionnées. C’est que le successeur de l’époque, Georges Collot, grand-père maternel de Michel, l’actuel dirigeant de la maison, décide le premier de replanter le Pinot Noir dans le canton…Sa décision fait sourire et on le surnomme le « Père Pinot ». Ce cépage représente désormais 70% du vignoble Drappier et plus de trois quarts de l’encépagement du terroir communal… L’histoire a donné tort aux moqueurs. D’après « Champagne, le plaisir partagé », Eric Glâtre, Edition HOEBEKE, 2001 (Mise à jour 2008) .

    En 1952, André et Micheline Drappier lancent la cuvée Carte d’Or avec son étiquette jaune reconnaissable. Une évocation de la gelée de coing, fruit jaune dont on retrouve quelques notes aromatiques dans chaque bouteille. Après le gel historique de 1957 (récolte détruite à 95%), André introduit le Pinot Meunier, plus résistant aux froids printaniers. C’est pourtant une cuvée Drappier 100 % Pinot Noir qui séduira le Général de Gaulle en 1965 pour sa consommation familiale à Colombey-les-deux-Eglises.

    En 1968, Micheline a l’idée d’un Champagne Rosé. Il sera 100% Pinot Noir lui aussi et en bouteille blanche, une touche féminine encore très rare à cette époque. Quarante ans plus tard le Drappier Rosé connaît un vrai succès qui l’a conduit à l’Elysée. Depuis 1979, Michel Drappier maîtrise les vinifications tandis qu’André, fort de ses 65 vendanges, garde un oeil avisé sur le vignoble qui couvre aujourd’hui mille « hommées » (55 ha) en propriété et 50 ha en contrats associés. En 1988, de profondes caves creusées dans la craie de Reims sous Napoléon III, rejoignent la propriété familiale pour abriter les grandes cuvées. Depuis, trois jeunes bourgeons nés de Michel et Sylvie, Charline en 1989, Hugo en 1991 et Antoine en 1996 représentent la huitième génération sur le domaine. Deux cents ans d’aléas climatiques et économiques n’ont pas altéré la passion qui anime une famille champenoise enracinée dans cette terre mille fois travaillée. Le vieux cep où coule la meilleure sève, les sarments qui portent les fruits et les jeunes pousses, fragiles mais pleines de promesses, vous remercient de votre fidélité au cours de ces deux siècles et vous souhaitent, en route vers le tricentenaire, de savourer de nombreux beaux millésimes.

    Caves cisterciennes

    Il y a près de 2000 ans, les gallo-romains plantaient de vignes le coteau d’une villa qui deviendra Urville au Moyen Age. Il faut attendre 1116 pour que Saint Bernard, venu de l’Abbaye de Cîteaux proche du Clos Vougeot, réorganise le vignoble. Il importe de Bourgogne le Morillon Noir, ancêtre du Pinot, et fait construire plusieurs caves dont une à Urville, annexe de Bavin-Saint Eulalie en 1152.

    Toutes ces propriétés sont rattachées à la grande Abbaye de Clairvaux fondée par le Saint Homme qui rayonnera dans toute l’Europe médiévale. A sa mort en 1153, la production de vin est proche de 600 000 litres, principalement expédiés en barriques car le verre est rare et cher à l’époque. Les vins appelés : Vins de Bar, sont appréciés par les Comtes de Champagne et à Paris après avoir remonté l’Aube et la Seine sur des bateaux marchands.

    Après la Révolution française, Napoléon transforme l’Abbaye de Clairvaux en prison. Les caves d’Urville deviennent presbytère du village au XIXe siècle. La Famille Drappier installée en mitoyenneté avec ces caves, les achète et s’y installe après la Seconde Guerre mondiale. Elles abritent aujourd’hui quelques grands millésimes et les plus grands flacons, fierté de la maison.

    Élaboration

    Une fois les raisins vinifiés, il appartient au vigneron de les unir avec précision, tout en respectant le style de chaque cépage, l’esprit de chaque parcelle, presque en retenant jusqu’au souffle de chaque climat. C’est alors que les trois générations de DRAPPIER se réunissent avec le chef de cave pour la délicate mission qui, chaque année, conduit à l’assemblage des vins en vue de renouveler leurs cuvées, ils se soucient non pas de la simple homogénéité du vin, mais recherchent plutôt l’expression maximale de chaque cuvée telle qu’elle est née.

    Farouchement opposés à l’utilisation excessive de soufre, nous pratiquons les doses les plus faibles de la profession. Les Champagnes obtenus ont ainsi des couleurs plus naturelles avec des ors riches, voire cuivrés et des arômes plus épanouis. Outre le respect du consommateur, cette spécificité autorise une prise de mousse à basse température particulièrement lente, qui génère une effervescence fine et subtile.

    Les liqueurs d’expédition sont vieillies en cuve de chêne du Limousin puis en dame-jeanne pendant plus de 15 ans, gagnant ainsi en concentration et en noblesse. Elles sont ajoutées dans chaque flacon à dose réduite afin d’accentuer la longueur en bouche sans jamais alourdir le palais. Les  Champagnes ainsi obtenus en sont plus complexes et plus purs aussi.

    Tandis que les millésimes mûrissent dans la fraîche obscurité des caves de Reims creusées dans la craie en 1870, les gros flacons sont sagement alignés dans la cave du XIIe siècle, construite à Urville le par les moines cisterciens de l’Abbaye de Clairvaux. Les inconditionnels des vins de Champagne ne s’en laissent jamais conter. Ils apprécient la vinosité et la régularité d’un Champagne bien né. Le Général de Gaulle était de ceux qui aimaient le Champagne Drappier pour son caractère affirmé. En son temps, il fut le plus célèbre client de la Maison Drappier. Son  Champagne favori était de toutes les réunions à Colombey-les–deux-Eglises, village proche d’Urville, fief de la famille Drappier. En hommage à l’illustre personnage, la Maison Drappier lui a dédié une de ses grandes cuvées.

    Flacons d'exception

    Personne ne connaît l’origine des noms bibliques donnés aux grandes bouteilles de Champagne. Notre version est la suivante :

    Lors de la naissance de Jésus, de somptueux cadeaux sont offerts au nouveau-né par les rois mages. Parmi eux Balthazar, descendant des rois de Babylone.

    Un gros flacon de Champagne est un cadeau exceptionnel pour une occasion exceptionnelle. De là à attribuer à chaque contenant le nom d’un roi de la Perse ancienne il n’y avait qu’un pas, que les Champenois auraient franchi à la fin du XIXème siècle.

    En ce qui concerne le Primat, étant le seul élaborateur de ce contenant, nous avons choisi un nom gallo-romain plus proche de notre terroir. Primat du latin Primat : de premier ordre. Quant au Melchisédech, le plus gros contenant de Champagne disponible au monde,  nous faisons un retour à la tradition de Babylone.

    La Maison Drappier est la seule à effectuer la prise de mousse, le remuage et le dégorgement individuel de chaque flacon de la demi-bouteille au Melchisédech. Cette technique traditionnelle assure au vin une fraîcheur et une finesse d’effervescence exceptionnelles.

    Urville et sa région

    Terre d’accueil du Pinot Noir, cépage qui « coule dans nos veines », Urville est le village où bat notre cœur depuis 1808.

    Plantée il y a 2000 ans par les Gallo-Romains, la vigne y descend des coteaux environnants sous le regard bienveillant de Saint-Bernard, fondateur de l’Abbaye de Clairvaux.

  • Champagne Perrier-Jouët

    Champagne Perrier-Jouët

    UNE HISTOIRE INÉDITE

    L’histoire entre Perrier-Jouët et le champagne a commencé il y a plus de 200 ans. La Maison a été fondée par deux personnalités marquées par une grande ouverture d’esprit ainsi qu’un amour pour l’art et la nature - et une vision audacieuse pour le champagne. Depuis, la Maison est restée fidèle à la philosophie de ses fondateurs, associant une liberté créative et un regard novateur sur la nature.

    Pierre-Nicolas Perrier et Rose-Adélaïde Jouët partageaient une même passion pour la nature et les arts. Elle était une jeune femme cultivée issue d’une famille de marchands normands, lui un vigneron et botaniste émérite. En 1811, un an après leur mariage, ils fondent la Maison Perrier-Jouët pour répondre à leur envie de créer une Maison de champagne différente. 

    Ces fondateurs épris de liberté ont choisi le Chardonnay comme signature de la Maison Perrier-Jouët, le faisant passer à force de travail et d’expérimentations du statut de cépage peu utilisé à celui de pilier du style floral et délicat qui a forgé la réputation du champagne Perrier-Jouët. Leur attachement au terroir, une vision innovante du champagne et leur soif de créativité ont redéfini l’histoire du champagne.

    Le destin de la Maison Perrier-Jouët a toujours été façonné par des choix audacieux, à commencer par la décision des fondateurs de faire du Chardonnay le cépage signature de la Maison, donnant naissance au style floral et délicat qui a fait la renommée de son champagne dans le monde entier.

    Le champagne Perrier-Jouët est immédiatement reconnaissable à son style floral et délicat : au nez, la fraîcheur des fleurs et la finesse du Chardonnay signature de la Maison ; sur le palais, une richesse et une complexité issues de la connaissance du terroir développée par le chef de caves et de sa capacité à sélectionner et assembler différents crus pour proposer un champagne élégant et harmonieux.  Associé aux deux autres cépages cultivés en Champagne, le Pinot Noir et le Pinot Meunier, le Chardonnay offre une présence vive et lumineuse. Mais son expression la plus pure se dessine naturellement dans les cuvées 100 % Chardonnay : le Perrier-Jouët Blanc de Blancs classique et le Perrier-Jouët Belle Époque Blanc de Blancs millésimé. 

    La passion des fondateurs pour l’art, la nature et le champagne s’est transmise de génération en génération. Botaniste comme son père, leur fils Charles Perrier a repris la direction de la Maison en 1848. La philosophie de la famille, favorisant la créativité et une observation non-conventionnelle de la nature, est indissociable de l’histoire du champagne. Aujourd’hui, ces valeurs continuent de façonner et de définir la Maison Perrier-Jouët.

    Grâce à cette continuité, la Maison Perrier-Jouët a développé une expertise inégalée dans l’art de sublimer le Chardonnay. Et de façon remarquable, Hervé Deschamps n’est que le septième chef de caves de la Maison de champagne en plus de 200 ans d’existence. À son tour, il va transmettre son expertise à Séverine Frerson, la première cheffe de caves de la Maison.

    Inspiré par les formes gracieuses et sinueuses de la nature, l’Art nouveau a pris son envol en Europe à la fin du 19e siècle. L’exubérance et la liberté créative qui définissent ce mouvement ont ouvert la voie à l’art avant-gardiste du 20e siècle. L’une des valeurs de l’Art nouveau était de réinventer la nature. C’est de cette volonté de sublimer une nature débridée que s’inspire le concept « Art de la nature » chéri par la Maison Perrier-Jouët.

    L’affinité de la Maison Perrier-Jouët avec le mouvement Art nouveau trouve son plus bel exemple dans l’emblématique anémone du japon dessinée pour la Maison en 1902 par Émile Gallé. Aujourd’hui, le lien durable qui unit la Maison avec l’art et la nature se traduit par un univers original baptisé « Art de la nature », qui revisite le luxe.

    LE « TRIANGLE D’OR » DU CHAMPAGNE

    Les fondateurs de la Maison Perrier-Jouët ont choisi la Côte des Blancs, au cœur du « triangle d’or » du champagne, pour son terroir particulièrement propice à la culture du Chardonnay, entretenant des relations de confiance avec les producteurs des plus grands crus. Aujourd’hui, il s’agit de l’un des vignobles de Champagne les plus respectés, classé à 99,2 % sur l’Échelle des Crus, avec des parcelles exceptionnelles à Cramant et Avize.

    DES VIGNOBLES DURABLES

    Fidèle à la philosophie de ses fondateurs, connus pour leur vision avant-gardiste et leur intérêt pour une viticulture naturelle, la Maison Perrier-Jouët s’engage en faveur d’une gestion écoresponsable de ses vignobles en Champagne.

    CERTIFICATION ENVIRONNEMENTALE

    Les vignobles de la Maison Perrier-Jouët ont reçu le certificat Viticulture durable en Champagne grâce à une culture durable et responsable des trois principaux cépages de la région : Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier. En 2016, les vignobles de champagne Perrier-Jouët ont reçu la plus haute certification environnementale en France, la HVE (Haute Valeur Environnementale), pour leur respect de la biodiversité et des normes écologiques.

  • Champagne Vincent Couche

    Champagne Vincent Couche

    Vincent Couche

    Passion Nature 

    Vincent COUCHE découvre les vignes et le secret de leurs sols à l’âge de 8 ans, avec sa mère.

    Subjugué par cette nature, puissante et fascinante, il se forme à Beaune et suit une formation spécialisée en œnologie : pour acquérir de l’expérience et découvrir de nouveaux savoir-faire, il multiplie les stages en Suisse et en Allemagne avant d’installer son domaine en 1996.

    Sa rencontre avec des ingénieurs agronomes marque un tournant : ce passionné de la nature passe alors en 1998 à la culture bio et biodynamique, convaincu que le secret de l’excellence d’un vin réside dans l’équilibre parfait entre les sols, la vigne et son environnement. Son domaine est certifié Demeter en 2008.

    Mais le vigneron va même plus loin, recherchant dans chaque bouteille produite au domaine, l’harmonie parfaite de saveurs et d’arômes qui procureront l’émotion à chaque dégustation.

    Il compose et crée les assemblages lui-même apportant la touche finale délicieuse et précise qui font ses vins uniques.

    Chloé COUCHE et Magali GARRET

    LES PERSONNALITÉS DU DOMAINE VINCENT COUCHE

    Aux côtés de Vincent, son épouse Chloé. Rencontrée à la saison des vendanges, à Chablis où sa famille possédait un petit vignoble, elle vit alors à Paris et est titulaire d’un double DEA en Arts Plastiques et en Histoire de l’Art.

    Séduite par cet homme passionné, créatif et entier, elle le rejoint dans l’Aube, où elle est institutrice en maternelle : l’occasion de faire partager sa passion de l’art aux enfants.

    Au Domaine, elle se montre inventive pour imaginer les supports de communication et concevoir les étiquettes des cuvées.

    Elle sera aussi celle qui encourage Vincent à se lancer dans la certification en biodynamie.

    Magali GARRET est l’assistante de Vincent : elle gère les demandes extérieures,  l’administratif, le secrétariat et l’aspect commercial.

    Titulaire d’un BTS d’Assistante de Direction, elle débute au domaine par la gestion de l’export.

    Elle est un élément phare du domaine et accompagne Vincent COUCHE sur les salons, partageant avec lui les mêmes valeurs de respect de la nature et d’éco-responsabilité.

    Tradition et innovation, qualité et rareté

    LES VALEURS DU DOMAINE VINCENT COUCHE

    Il y a d’abord le respect de la terre et l’attachement à un savoir-faire ancestral, proche de la nature : Vincent COUCHE est un artisan qui a hérité de gestes minutieux et précis.

    Vient ensuite cette volonté de toujours s’améliorer pour atteindre l’excellence : il cherche des méthodes, essaie des décoctions dont il a le secret, teste et innove, pour livrer des vins uniques, que l’on ne trouve que dans ce Domaine de Champagne.

    Vigneron indépendant, Vincent COUCHE ne délaisse aucun détail : des sols et des plants qui produisent le fruit, aux cuves et lieux de stockage en passant par les bouteilles, tout est choisi avec attention dans le seul but d’obtenir une qualité haut de gamme.

    Cette exigence constante conduit le domaine à proposer aujourd’hui 8 cuvées de Champagne, 2 de Chablis et 2 ratafias, à raison de 100 000 bouteilles par an.

    Une rareté synonyme d’exigence pour cette maison de champagne bio et biodynamique qui mise sur l’émotion de ces vins atypiques.

  • Château Bizard

    Château Bizard

    C'est en 1862 qu’Eugène Missol, "le grand-père du grand-père" des propriétaires actuels, plante des champs de vigne sur la partie élevée en coteaux au sud du petit village d'Allan. Il marque le début de l’esprit vigneron de la famille.

    Son fils Adrien Missol puis son petit fils Eugène Missol Legoux poursuivent cette passion et développent l’exploitation. A l’époque les vins sont (encore) exportés en barriques à destination de la Belgique et des Pays Bas sous l’appellation "Côtes du Rhône".

    En 1900, la construction d'une cuve de 1500 hectolitres recouverte de carreaux de verre démontre déja la volonté de substituer les anciens foudres en chêne au profit d'une solution technologique plus adaptée et plus économique.

    (Cette cuve obsolète a été démolie en 1996. Une chapelle familiale dédiée à Notre-Dame des Vignes a pris la place.)

    Depuis 1980, Marc et Marie Lépine, les descendants directs, expriment avec générosité et rigueur la vocation viticole de Château Bizard.

  • Château Cohola

    Château Cohola

    Sur le terroir de Sablet

    « Le Château COHOLA à Sablet réunit le meilleur du goût de la Provence : des vignes bien sûr mais aussi, des oliviers, des cerisiers, des ruches, des truffiers.

    Exposé plein Ouest dans les dentelles de Montmirail, les vignes bénéficient d’un ensoleillement idéal, les arbres fruitiers d’un microclimat favorable, les abeilles de fleurs sauvages et les truffiers d’une terre prometteuse. 

    La vue plongeante régale les yeux en offrant au visiteur un panorama exceptionnel sur le vignoble de la vallée du Rhône»

    Profitez de nos hébergements in situ. Venez coucher le soleil, voir les vignes pousser en musique, découvrir les miels des mystérieuses abeilles noires.

    Le château COHOLA s’étend sur 15 terrasses pour 4 Ha de vignes.

    "C’est un terroir de haute expression plein de promesses : un sol d’éboulis, un sous sol de safre, un climat provençal, des levures autochtones et notre caractère pour sublimer le tout.

    Les Grenache et les Syrah peuvent exprimer leur caractère Rhodanien authentique, riche et coloré.

    Les Viognier, Grenache Blanc, Roussanne et Marsanne plantés sur les terrasses les plus fraiches nous font rêver.

    La culture biologique et le respect du rythme de la nature nous donnent des rendements inférieurs à 20 Hl/Ha quelle que soit la météorologie. Parfait pour la production de vins de garde.

    Les vendanges sont manuelles et le moment d’une grande fête entre fous de vins " .

  • Château Côtes de Cassagne

    Château Côtes de Cassagne

    Propriété viticole de 1.8 hectares en appellation bordeaux supérieur.

  • Château de la Selve

    Château de la Selve

    Une histoire qui remonte au XIIIe siècle

    A l'origine, un château fortifié du XIIIème siècle

    Le Château de la Selve était à l’origine une maison forte aux frontières de l’Empire puis du Royaume de France.

    Il fut ensuite le relais de chasse d’une illustre famille du Vivarais, les ducs de Joyeuse, avant de devenir au fil des siècles une exploitation agricole.

    Le Château de la Selve, c'est aujourd'hui

    9 cuvées en IGP Coteaux de l’Ardèche

    3 gammes de vins « Les domaines », « Les Terroirs » et « Les Confidentielles »

    Une équipe de 7 personnes à l’année suppléée d’une dizaine de saisonniers du solstice d’hiver (fin décembre) au solstice d’été (fin juin)

    Un domaine de 44 hectares

    Une agriculture bio et biodynamique

    5 cépages différents : cinsault, syrah, grenache, cabernet sauvignon et viognier

    Benoît et Florence... un couple et des idées !

    Mon histoire familiale me prédestinait à travailler la vigne ; en effet, je compte parmi mes aïeux une grande famille de vignerons de la Vallée du Rhône, les Delas.

    Dés mon adolescence, je passe une grande partie de mon temps libre à travailler dans les caves et les vignes de domaines de la Vallée du Rhône.

    Notre philosophie, révéler le terroir Ardéchois dans nos vins

    Je suis convaincu que l’Ardèche est un terroir au potentiel sous-exploité : vignes au cœur de la garrigue, soleil brûlant le jour mais nuits fraîches et sols argilo-calcaires datant du crétacé aux arômes de truffe et humus.

    Dans les vignes, notre objectif est de favoriser la vie des sols et les défenses naturelles de la vigne grâce au travail en bio et biodynamie qui laisse s’exprimer minéralité et finesse dans nos vins.

    En cave, nous adoptons une approche peu interventionniste en accompagnant naturellement le vin au cours du processus de vinification pour créer des vins vivants qui reflètent notre merveilleux terroir Ardéchois.

  • Château de Melin

    Château de Melin

    L’Histoire du Château de Melin

    A 12 KMS au sud ouest de Beaune, au cœur des vignobles, les tours à hautes toitures en ardoises du château de Melin dominent le hameau du même nom.

    Construit en 1551 par la famille Rozereau, le château fut ensuite racheté par la famille Brunet de Monthelie à la fin du XVIIème siècle qui agrandit alors le château, en édifiant notamment un second logis face au premier, flanqué d’une aile en retour d’équerre reliant les deux constructions.

    L’ensemble des trois bâtiments rectangulaires, dotés chacun d’une tour escalier, s’organise en fer à cheval autour d’une cour carrée.

    En 1960, la Paroisse d’Aubervilliers devient propriétaire du Château et tous les étés fait revivre ce Château avec le père Lecoeur, des animateurs et une centaine d’enfants.

    C’est en 1999 que la demeure est acquise par ses propriétaires actuels, Hélène et Arnaud Derats, qui réalisent alors une restauration totale du Château.

    Parallèlement, ils reprennent l’exploitation viticole familiale, comprenant 22 hectares de vignes situés en Côte de Beaune et Côtes de Nuit.

    Domaine du Château de Melin

    Depuis la révolution française, six générations de viticulteurs se sont succédé.

    Dans les années 30, Paul Dumay exploitait une dizaine d’hectares dans la vallée des Maranges.

    À son décès en 1968, sa fille Marie-Claire Derats-Dumay et son époux Jean-Claude reprirent le Domaine Paul Dumay.

    Entre 1970 et 1995, ils acquièrent de nombreuses petites parcelles en Côtes de Beaune et Côtes de Nuits, le domaine comprend alors 15 hectares.

    En 2000, Arnaud, leur fils, d’une formation d’ingénieur et après 10 ans de carrière dans le BTP, fut rattrapé par la tradition.

    Avec son épouse Hélène, ils achètent le Château de Melin , situé sur la commune d’Auxey-Duresses, et décident d’y installer la domaine familial viticole.

    Le Domaine du Château de Melin exploite actuellement 22 hectares de vignes et produit ainsi 22 appellations : 20 en Côtes de Beaune et 2 en Côtes de Nuits.

    La vinification se déroule encore dans la cuverie à Sampigny-les-Maranges.

    Par contre, l’élevage des vins se fait dans nos chais au Château ainsi que la mise en bouteilles.

     

    L’agriculture biologique

     

    Il est essentiel pour qu’un vin soit de bonne qualité de respecter la vigne et son environnement. Elle exprimera alors pleinement les spécificités de son terroir au travers de ses raisins.

    C’est pour cela, qu’en 2009, après quelques années de culture raisonnée, nous avons fait le choix de convertir le domaine à la culture biologique. Cette culture consiste à cultiver nos vignobles dans le respect de l’environnement, c'est-à-dire sans utiliser de pesticides, ni d’herbicides et ni de produits phytosanitaires chimiques. Cela signifie également, la culture du sol (labour), puis tontes de l’herbe et utilisation exclusive de soufre et de cuivre contre les maladies le la vigne.

    Le but final étant d’obtenir des raisins de belle qualité, exprimant au mieux le terroir bourguignon.

    Plusieurs fois par an, nous sommes contrôlés par un organisme certificateur indépendant : Ecocert.

    Le premier millésime qui obtiendra le label « Bio » sera 2012.

  • Château de Panery

    Château de Panery

    Sur la commune de Pouzilhac entre Tavel et Uzès, le Domaine de Panéry couvre un territoire de valons et de collines boisées, riche d’une histoire millénaire. La gamme des vins du Domaine conjugue les cépages célèbres du Languedoc, syrah, grenache, merlot, chardonnay, vionnier, roussanne et mourvèdre.

    Assemblés, élevés et mis en bouteille à la propriété, les rouges, blancs et rosés de Panéry composent une gamme cohérente et en harmonie, en accord avec les exigences de la cuisine contemporaine.

    Il est fait mention d’un Domaine de Panéry en l’an 1670. Le lieu-dit Panély – ferme du pain – en provençal, est devenu Panéry en français.

    Le domaine cultivait essentiellement le blé, ce n’est qu’au début du XIXème siècle que la culture de la vigne a commencé. Ayant fait de mauvaises récoltes, un propriétaire de l’époque promit à la Vierge de faire ériger deux statues à son effigie si elle lui accordait de bonnes vendanges. Son vœu se réalisa en 1898.

    La marque du territoire

    Le blason du Duché d’Uzès rappelle l’attachement à la noblesse de son histoire. Trois fleurs de lys pour son lien à la royauté, quant à sa devise « ferro non auro », par le fer et non par l’or, est illustrée par « de gueule [rouge] à trois bandes d’or ».

    Valoriser un patrimoine et développer un territoire

    Les terres du Duché d’Uzès n’ont pas toujours connu la noblesse de la vigne. Et pourtant, après avoir nourri les hommes de son blé, elles donnent aujourd’hui des vins d’une finesse remarquable.

    Au beau milieu des bois et des collines en contrebas de Pouzilhac, le Domaine de Panéry prend un nouvel élan dans la production de vins rouges, blancs et rosés, valorisant son patrimoine historique.

    La culture des oliviers

    Les terres du Domaine de Panéry accueillent aujourd’hui des oliviers. Fruit d’une collaboration avec Alexis Muñoz, expert des huiles d’olive, les jeunes arbres fraîchement plantés donneront leurs premiers fruits d’ici deux ans. Le domaine produira et commercialisera alors son huile et sera en mesure de fournir les producteurs d’huile d’olive, contribuant au rayonnement et au développement du territoire.

  • Château des Pertonnières

    Château des Pertonnières

    Depuis 1512, dans le fascinant terroir du Beaujolais des Pierres Dorées, à Le Breuil, le Château des Pertonnières sublime ses cuvées grâce au savoir-faire acquis au fil des générations par la famille DUPEUBLE.

    Jusqu’en 2014, la gestion exclusivement familiale était assurée par 3 frères : Damien, Julien et Paul.

    Aujourd’hui, le Château des Pertonnières représente 45Ha ; Ghislaine et Stéphane (fille et fils de Damien) s’occupent de l’exploitation, la vinification et la commercialisation, avec Paul.

    Toute l’équipe du Château des Pertonnières se réjouie de vous ouvrir ses portes pour vous faire déguster et partager leur passion : le Beaujolais !

  • Château Estanilles

    Château Estanilles

    L'HISTOIRE DU CHATEAU ESTANILLES

    La vigne est cultivée depuis plusieurs millénaires sur le lieu-dit de Lenthéric et depuis plusieurs décennies, millésime après millésime, le Château Estanilles produit des vins d’une qualité remarquable, parmi les plus reconnus du Languedoc et de l’appellation Faugères, dont le domaine est un des fers de lance mythique et pionnier de l’appellation.

    Chateau estanilles cour entrée Lentheric, faugeres, languedoc, grand vin  Les origines millénaires :

    L’Histoire du vignoble du Languedoc débute avec les Grecs plusieurs ères avant notre ère, lorsqu’ils y introduisirent la vigne au Vème siècle avant J.C. Et c’est comme bien d’autres vignobles français qu’il prend réellement son essor sous l’impulsion des Romains, qui reprirent le flambeau, fins connaisseurs de la culture de la vigne de leur état. C’est depuis cette époque que la viticulture joue un rôle vital dans l’économie régionale.

    C’est en 1945, après la création de l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) en 1936, que le vignoble et ses terroirs extraordinaires commencent à être reconnus au niveau national. Les premières appellations en VDQS (Vin De Qualité Supérieure) apparaissent sur tous les noms de terroirs, appellations qui se transformeront par la suite en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée).

    DÉBUT DE LA RECONNAISSANCE DU LANGUEDOC

    Depuis le début des années 1980, le vignoble languedocien connaît un grand remaniement tant quantitatif que qualitatif. Trop cantonné jusque-là à sa mauvaise réputation, le Languedoc se réapproprie son terroir et entreprend une restructuration générale de son vignoble.  A côté d’un arrachage massif des plants de vignes, les cépages typiquement méditerranéens sont développés en parallèle d’une réadaptation des cépages traditionnels et une optimisation de leur culture. Dès 1975, la sélection et des recherches sur la caractérisation des terroirs sont entrepris en Languedoc, accompagnées de recherches sur les modes de conduite des vignes, la maîtrise des rendements et de la vinification.

    Cette stratégie qualitative de restructuration du vignoble languedocien aboutit à la classification progressive de son terroir en diverses Appellations d’Origine Contrôlée, garantes de la qualité et de l’authenticité des vins désormais offerts à des consommateurs nationaux et mondiaux de plus en plus exigeants et avides de qualité et d’originalité.

    L'entrée du domaine en 1910

    1860 - L’HISTOIRE DU DOMAINE COMMENCE

    Louis de VIGNE LAVIT, premier propriétaire du domaine et du Chateau Autignac, était un éminent viticulteur visionnaire de la commune. Il choisit d’implanter des vignes sur les contres fort de la montagne pour ses qualités organoleptiques singulières du terroir de Lenthéric. Les générations successives de cette famille tiendront leur rang au sein de la viticulture locale.

    1976 - CHATEAU ESTANILLES ET NOTORIÉTÉ

    En 1976, Michel Louison, autodidacte, repris le flambeau et fut un des pionniers de l’appellation en introduisant la Syrah, cépage qui donna la renommée du château Estanilles au tout début des années 1980. Il introduit également les méthodes et la rigueur des grands châteaux bordelais. Il fut également, un des premiers à embouteiller sa production dans le Languedoc.

    Depuis, le Château Estanilles est un des fers de lance de l’appellation ainsi qu’un des domaines les plus réputés du Languedoc.

    1982 – AOP FAUGERES

    Grace à son terroir unique et ses caractéristiques singulières, propices à l’élaboration de grands vins, L’AOP Faugères devient la première appellation avec pour dénomination CRU

    2009 - CHATEAU ESTANILLES - NOUVEAU PASSAGE DE FLAMBEAU

    Formé très tôt à la dégustation de grands vins, grâce à sa famille (et aux vignes qu’elle possède en Costières de Nîmes) qui lui a transmis l'envie et la passion, à 25 ans, Julien Seydoux, autodidacte et intuitif songe déjà à devenir vigneron.

    Julien apprend sur le terrain et dans les livres, notamment pour y trouver la méthode de conduite la plus qualitative. Aidé d’Arnaud Barthe à la vigne et dans le chai, avec lequel il forme un tandem parfait, il dessine le profil de chaque cuvée, à l’instinct. Si, à la dégustation, les vins laissent toujours jaillir l’expression du terroir, ils s’expriment de manière délicate et avec finesse, les principaux traits de caractère du vigneron Julien Seydoux.

    « Il faut une constante attention au moindre détail afin de chercher ce qui peut être amélioré »

    Il garde les bases, ne cherchant pas à gommer l’histoire, mais il transforme les méthodes de travail.

    Respect de la matière première.

    « On doit absolument respecter la nature, toucher le moins possible aux raisins, donner aux vins des apports en sulfites et intrants nécessaires pour leur permettre de se stabiliser et d’affronter le temps, mais en quantités infimes pour ne pas changer le goût du fruit ».

    « La vraie différence, c’est le respect de la matière première, la vinification et l’élevage »

    « L’élevage est la partie qui m’intéresse le plus car c’est La touche finale. Comment sublimer un beau millésime ? Cela passe par la case élevage et cette case, on ne la trouve pas dans les livres. On la crée. À l’instinct. Personne n’a de recette. Pour moi, c’est ce qui fait la vraie différence. On passe beaucoup de temps, tous les mois, à déguster chaque barrique pour en voir l’évolution. On ne travaille qu’avec des tonneliers français et avec différentes chauffes. »

    Son obsession pour la précision le pousse à aller chercher le diable dans chaque détail pour hisser toujours plus haut le domaine. Les vins gagnent en finesses et élégances et sont reconnus par la presse française et étrangères.

    UN TERROIR UNIQUE

    Le Château Estanilles est ancré sur des sols parmi les plus anciens du monde, qui ont subi des phénomènes extrêmes de compression à l’ère primaire pendant l’époque géologique de l’ère ordovicienne, il y a plus de 500 millions d’années.

    Le Château Estanilles est ancré sur des sols parmi les plus anciens du monde, qui ont subi des phénomènes extrêmes de compression à l’ère primaire pendant l’époque géologique de l’ère ordovicienne, il y a plus de 500 millions d’années. Situé sur la commune de Cabrerolles et plus précisément sur le lieu-dit Lenthéric, dans la partie collineuse de l’appellation Faugères, le domaine s’étend sur 40 hectares divisé en 35 parcelles singulières qui ont toutes leur propriété unique faites, d’un sol particulier, d’une exposition propre, d’un âge de la vigne, du type du cépage, de son clone, de son porte greffe, donne cette diversité à chaque parcelle qui à leur tour forge l’identité des vins du domaine.

    UNE RICHESSE EXCEPTIONNELLE

     A cette richesse s’ajoute les particularités singulières et uniques de son terroir, sa forte densité en schistes gréseux, ses sols drainants, son climat et son éloignement des zones urbaines façonnent l’identité, la richesse et la complexité des vins élaborés par le Château Estanilles.

    Ces schistes gris, bleus, jaunes ou ocres se sont formés à partir d’argile de dépôts marins. Leur aridité force la vigne à puiser les réserves d’eau au plus profond du sous-sol en traversant les strates par leurs interstices, la rendant ainsi peu sensible au stress hydrique des saisons sèches. 

    Autres éléments d’excellence, la forte présence du schiste renforce la sensation de fraîcheur ; les sols pauvres et bien drainés favorisent la concentration des arômes et limitent la production, un des facteurs connus pour prétendre à l’élevage de grands vins. Enfin, les sols acides donnent des vins à contrario peu acides marqués d’un bon PH garant de longévité et de finesse. Tous ces autres facteurs sont déterminants pour la complexité et la conservation de la fraîcheur aromatique et gustative des vins du Château Estanilles.

    L’environnement préservé et ouvert aux vents du nord autant qu’à ceux du littoral permet d’atténuer la chaleur en période de maturation des baies de raisin. C’est un facteur déterminant pour la conservation de la fraîcheur aromatique et gustative des vins. La composition du sol et la conduite de la vigne en biodynamie sont également des facteurs essentiels.

    Ce terroir du nord du département de l'Hérault est adossé aux premiers contreforts de la montagne noire, entre la vallée de l'Orb et la plaine de Béziers.

    L’appellation Faugères, située à 25 km au nord de Béziers, est adossée aux premiers contreforts de la montagne noire, entre la vallée de l'Orb et la plaine de Béziers. Elle est délimitée par son terroir homogène et, par ce fait, non extensible.

    Nos cépages Rouges: 45% Syrah, 35% Grenache, 15% Carignan, 5% Mourvèdre      

    Noc cépages Blancs : 50% Marsanne, 30% Roussanne, 20% Vermentino 

    LA PRECISION AU SERVICE DE LA MATIERE PREMIERE

    En 2015, le chai a été entièrement rénové et tout le matériel a été remplacé pour que chaque geste soit le plus précis possible pour sublimer la matière première.

    Le chai se compose de 30 cuves thermorégulées, d’une centrale d’azote, d’un circuit indépendant de froid et de chaud. Toutes les manipulations sont effectuées pour minimiser l’oxygène dissout.

    Les barriques sont remplies par gravité, sont nettoyées à la vapeur ainsi que par eau chaude à haute pression pour garantir un lavage hautement qualitatif. L’hygiène règne en mettre pour minimiser tout problème bactériologique.

    Chaque cuve, chaque dégustateur, chaque pompe, chaque matériel sont minutieusement désinfectés après chaque usage. Notre chaine d’embouteillage est entièrement inertée sous azote pour réduire l’oxygénation lors des mises en bouteilles.

  • Château Fontarèche

    Château Fontarèche

    Une terre d'empreintes

    Plongez dans le passé du Château Fontarèche… Plus de 1000 ans d’histoire qui ont marqué nos terres et révélé toute la puissance et le caractère de nos vins.

    La première mention de Fontarèche apparaît dans un acte de l’an 984 pour lequel le Sieur ERMENGAUD, archevêque de Narbonne, donna à titre de fief honorable à un nommé Sifrède : « la metterye dicte Fontaresche avec la tour qui y estait lors, excepté l’église et choses ecclésiastiques ».

    Il donnerait à manger chaque an à seize chevaliers.

    En 1201, l’archevêque de Narbonne fit bâtir une forteresse avec fossé au lieu dit Fontarèche. L’inventaire des revenus et droits seigneuriaux de l’archevêque de Narbonne qui fut rédigé dans la seconde moitié du 14ème siècle, note, pour Fontarèche : « un château Fort avec donjon et chapelle, des condamines, des terres, des vignes achetées par Pierre de la Jugie (archevêque de Narbonne de 1347 à 1375), un pâturage, un pré, une forêt avec garennes… »

    Vers la fin du 17ème siècle, Fontarèche acquiert un statut de « seigneurie particulière » et devint la propriété des nobles.

    Fontarèche devint alors la propriété de la famille MIGNARD qui compta parmi ses membres des peintres célèbres, dont Pierre MIGNARD qui succéda à Lebrun à la direction  de l’académie royale de peinture sous le règne de Louis XIV. Il fut le portraitiste du roi et de personnalités de la cour. Parmi ses œuvres, on peut admirer les peintures qui décorent la coupole du Val de Grâce à Paris ou encore la Vierge au Raisin exposée au musée du Louvre.

    La famille de LAMY,  actuellement propriétaire de Fontarèche, figure dans la descendance de la famille MIGNARD, avec notamment Marie-Eulalie MIGNARD qui était la dernière propriétaire portant le nom Mignard et qui y décéda en 1943. Elle repose dans la chapelle du Château.

    C’est en 1957 que Jacques de LAMY, actuel propriétaire de Fontarèche, pris la suite de son père, le comte Edouard de LAMY.

    Le vignoble de Fontarèche dessine un carré parfait de 145 hectares autour du Château, héritage d’un patrimoine chèrement conservé au fil des siècles.

    Un lieu d'exception

    Découvrez notre domaine, un des rares à avoir toutes ses vignes s’épanouissant en un seule et unique endroit. Fermez les yeux et laissez-vous porter par les parfums subtils de la flore sauvage qui se mêle à cette terre d’histoire…

    - 145 hectares de vignes

    - 10 ha de bois

    - 2 km de canaux d’irrigation

    - Vigne la plus âgée plantée en 1962 (Carignan)

    - 1000 ans d’histoire

    - Rangée de vigne la plus longue : 830 mètres

    - Propriétaire : famille DE LAMY, depuis 1682

    - Directeur : Vincent DUBERNET

    Un équilibre naturellement présent

    Les couleurs, les notes et les parfums de nos vins témoignent d’une nature généreuse et d’un savoir-faire transmis de génération en génération. Un subtil mélange de traditions et de techniques modernes ont donné force et délicatesse à nos vins. Le vrai goût du plaisir…

    Établies sur une ancienne terrasse de l’Orbieu, les vignes plongent leurs racines dans un sol de Graves, riche en galets, présentant l’équilibre recherché du terroir viticole, celui d’un sol amenant à des contraintes hydriques modérées, à certaines phases de la maturation du raisin.

    Pas moins de 17 cépages sont présents à Fontarèche, dont le pilier des rouges,

    le Carignan.

    Le Picpoul Noir fait figure de rareté, et rentre très avantageusement dans la composition du Corbière Rosé.

    La Roussanne est quant à elle la pierre angulaire du Corbières blanc.

    Chardonnay, Viognier, Sauvignon blanc ou encore Vermentino gonflent par ailleurs les rangs des cépages classés en IGP OC.

    Dans un climat Méditerranéen semi-désertique, chaleur, vent ou épisodes cévenols sont autant de paramètres météorologiques sensibles qu’il faut savoir anticiper et gérer.

    La présence d’eau à Fontarèche est une bénédiction. Elle est utilisée dans une modération toute agro-œnologique.

    Une équipe 100% portugaise prend soin du vignoble, depuis plus de 20 ans.

    Une connaissance profonde de la viticulture en climat chaud amène à effectuer les bons gestes de la plantation jusqu’à la récolte, en passant par la taille et l’entretien des sols.

    Respecter ce qui nous entoure

    L’Agronomie et l’Œnologie sont au cœur de notre travail.

    Ces sciences sont d’abord au service du consommateur, mais répondent également à notre souci de transmettre aux générations futures un patrimoine durable et vivant.

    Sur le Domaine de Fontarèche, nous sommes particulièrement attachés à :

    - Prendre soin de nos terres, en pratiquant une agronomie réfléchie et respectueuse

    - Participer à l’entretien et à l’embellissement du paysage

    - Produire des vins répondant à tous les critères sanitaires, avec une parfaite traçabilité

    - Mettre en marché un vin suscitant le plaisir du consommateur, à chaque millésime.

    - Rendre accessible ce produit par des gammes de prix raisonnables.

    - Demeurer dans une démarche visant toujours la qualité.

  • Château Lacapelle Cabanac

    Château Lacapelle Cabanac

    LES VIGNERONS

    Aujourd'hui, la vigne est parvenue à maturité, ​son vin exprime toutes les qualités d'un grand terroir.

    En 1978, l'ancien propriétaire du château du village de Lacapelle Cabanac avait restauré un bâtiment envahi par la friche pour y installer des cuves de vinification.

    Au cours des travaux, il mit à jour une étonnante construction : un bâti de pierres voûtées, dont la partie supérieure était parcourue de rigoles.

    C'étaient les vestiges d'un chai datant du 18ème siècle.

    En haut, le raisin était foulé aux pieds puis le jus s'écoulait par les entailles dans des barriques disposées au sol.

    En l'an 2001, nous sommes séduits par ce domaine trentenaire qui a déjà réalisé de jolies cuvées.

    "Créer le vin de nos rêves tout en respectant l'environnement."

    Suivant la rénovation du chai, de nouvelles cuves de dimension plus modestes sont acquises pour permettre une vinification parcellaire.

    Dès la fin 2001, nous convertissons les 19 hectares de cette belle propriété du causse à l'agriculture biologique.

    Nos vins gagnent en régularité et en typicité .

    Après avoir créé une gamme allant des vins fruités et veloutés aux cahors de grande concentration, élevés en fûts de chêne neufs (Malbec XL), nous sommes revenus à l'élevage à l'ancienne.

    Malbec Original, cuvée élevée sur lies en cuves béton, à partir d'une vendange de grande maturité, représente la plus belle expression de notre terroir.

    LA VIGNE

    Ici, à Lacapelle-cabanac, le vin de Cahors a retrouvé son terroir d'origine.

    Vignoble du causse, le château Lacapelle Cabanac est planté sur des pierrailles calcaires enrobées d'argiles de décalcification datant du kimméridgien.

    ​Les vignes, situées sur le causse à environ 300 mètres d'altitude, bénéficient d'un climat différent que dans la vallée du Lot.

    L’amplitude thermique entre le jour et la nuit y est plus prononcée.

    La maturité des baies est plus tardive et produit des vins à la texture fine avec un très beau potentiel aromatique.

    Le vent d'Autan, vent du sud-est, chaud et sec qui y souffle à l'automne, permet au vigneron du causse d'attendre la maturité complète du raisin sans craindre les précipitations venues de l'Atlantique. 

    ​Eloigné de la rivière, c'est un sol drainant très propice à la vigne.

    La plante doit plonger profondément ses racines dans les fissurations du sous-sol pour capter l'eau.

    Les rendements, naturellement peu élevés, sont un gage de qualité.

  • Château Les Hauts d'Aglan

    Château Les Hauts d'Aglan

    Fille, petite fille et arrière-petite-fille de vignerons, Isabelle Rey-Auriat reprend la propriété familiale de 14 hectares en 1994 et réveille la cuvée A, le vin des bons souvenirs et des repas familiaux du dimanche chez ses grands-parents au cœur des vignes.

    Le vignoble du Château Les Hauts d’Aglan se trouve à égale distance de l’océan Atlantique, de la Méditerranée et des Pyrénées.

    Il bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle et d’une exposition plein sud sur les plus hautes terrasses situées à l’extrême ouest de l’appellation Cahors.

    La rigueur d’Isabelle ainsi que la forte personnalité et l’originalité du terroir signent toutes les bouteilles du vignoble.

    Résistant à la tendance des vins boisés, Isabelle Rey produit des Cahors élégants, sur le fruit et digestes qui ne sont jamais en contact avec le bois.

    Les produits du Château Les Hauts d’Aglan sont une référence en matière de Vin de Cahors.

  • Château Saint Jean Lez Durance

    Château Saint Jean Lez Durance

    Depuis 1880, le Château Saint-Jean-Lez-Durance produit sur 33ha des vins en appellation AOP Pierrevert et IGP Haute-Provence, au cœur de la Haute-Provence non loin des célèbres Gorges du Verdon et du massif du Luberon.

    C'est aussi ici, que depuis 5 générations, la famille d'Herbès cultive avec passion ses vignes aux cépages méridionaux, donnant noblesse et caractère aux cuvées du domaine.

    Riche de nombreux terroirs, coteaux argilo-calcaires ou de safre, terrasses de graves ou de limons, le Château Saint-Jean lez Durance propose une grande diversité de vins qui ont fait sa renommée.

    Dépositaire d’un patrimoine historique rare, Jean-Guillaume et Constance d’Herbès s’attachent à préserver le fruit du travail de leurs ancêtres en s’inscrivant dans une démarche de culture biologique (certification Bio en 2016) et culture bio « Active » (utilisation de compost, semis d’hiver dans les vignes, respect du calendrier lunaire).

    La petite histoire

    Le Château Saint-Jean-Lez-Durance, est une propriété de la famille d’Herbès depuis 1754, sur les terres caillouteuses si chères aux poètes et aux écrivains comme Magnan, Herman Hesse, Diesbach ou encore Jean Giono, qui avouaient aisément une "faiblesse" pour les vins du domaine, le plus ancien de la région.

    Cette propriété doit sa création à un aïeux de la famille qui se lança le pari fou de domestiquer la rivière Durance, connue alors pour être indomptable à cause de ses crues violentes.

    Il construisit alors des digues autour de la propriété.

    Ce n’est que plus tard, en 1880, qu’Henri d’Herbès, décida de convertir la ferme en domaine viticole.

    Puis son petit-fils, Jean d’Herbès, animé par la volonté de faire rayonner la qualité terroir de Haute-Provence, œuvra à la création de l’Appellation Pierrevert et au développement du domaine familial.

    Aujourd'hui, ce sont Jean-Guillaume et Constance entourés de leurs trois enfants qui mettent leur savoir-faire au service de l'élaboration de vins généreux, frais et fruités.

    C’est en effet après avoir renoncé à leur vie parisienne que la famille est revenue s’installer sur les terres familiales de Haute-Provence, et travaille avec énergie et passion pour vous proposer une gamme variée de vins en rosé, rouge et blanc, régulièrement récompensés dans les concours nationaux et internationaux.

    De plus, soucieux de faire évoluer leur terroir ainsi que leur patrimoine, ils ont décidé de passer à la culture biologique.

    Anecdotes du domaine

    Jean-Guillaume et Constance choisissent le nom de leurs cuvées en s’inspirant du patrimoine historique de la Haute-Provence.

    Ainsi, le terroir de Pimayon (« Pic Major » en langue provençale) désigne le point haut ; la cuvée "Platanes" fait référence aux arbres centenaires qui entourent les vignes dont est issu le vin de cette cuvée ; la cuvée "Quatre Reines" évoquent quant à elle les prestigieuses Demoiselles de Provence qui grandirent au pied du rocher de Saint-Maime.

  • Château Saint-Sauveur

    Château Saint-Sauveur

    Le Château Saint Sauveur d'Aubignan existe déjà au XIIe siècle. Il appartient à la famille REY depuis 1936. Cette propriété se trouve dans le Vaucluse, à 25 km au nord-est d'Avignon, sous le soleil levant du « géant de Provence», le légendaire Mont-Ventoux qui du haut de ses 1912 mètres abrite à ses pieds le vignoble de la vallée du Rhône.

    Vous serez séduits par l'originalité de son caveau de dégustation situé dans la Chapelle Saint Sixte du XIe siècle de cet ancien monastère où fût jadis élaboré le vin de paille des moines. Vous y découvrirez sa fresque mystérieuse…

    Durant la deuxième partie du XXe siècle, Guy REY, homme de coeur, a su avec son épouse, restaurer cette chapelle, replanter les vignes adéquates et établir un beau domaine de 64 hectares.

    Aujourd'hui ce sont les trois enfants qui reprennent le flambeau : Guylaine, Florence et Franck REY.

    Ils vous accueillent et vous feront déguster leurs plus jolis vins.

    Au Château Saint-Sauveur d'Aubignan, revivez le Moyen-âge, mais avec des grands vins très actuels présentés dans des conditions optimales de conservation (lumière, fraicheur).

    Domaine en agriculture biologique à partir de la récolte 2015.

  • Château Salettes

    Château Salettes

    L'ORIGINE DU DOMAINE

    Domaine Château Salettes est certainement l’un des plus vieux domaines de l’appellation Bandol. Appartenant à la famille Ricard depuis 1604, les générations des Ricard de la Gaillardière, des Ricard et enfin Boyer se sont transmis cette terre caillouteuse où le Mourvèdre, cépage roi, donne ses lettres de noblesse au Bandol.

    Le nom «  SALETTES » provient de ce lieu où l’on stockait sur le domaine du sel, denrée riche et précieuse au moyen âge.

    En 1604 les Ricard de la Gaillardière ont acheté ce domaine. Ils étaient marchands sur le Vieux-Port de Marseille et rêvaient de cette vie à la campagne proche de la terre, des vignes et des Oliviers.

    Jusqu’en 1956, année du fort gel en France qui a fait périr la plupart des oliviers présents sur la propriété, le domaine produisait autant d’huile d’olive que de vin.

    SALETTES AUJOURD'HUI

    Le Domaine Château Salettes continue d'exploiter ses terres pour produire du vin ; la culture de la vigne comme simple tradition. Des vins AOC Bandol et IGP Mont-Caume un rouge de caractère, la finesse d’un blanc et la fraîcheur d’un rosé.

    Parce que nous sommes au plus proche de la nature et du bien-être de notre terre, la production est certifiée agriculture biologique (EcoCert) depuis le millésime 2018. Un pas de plus vers un domaine “éco-responsable”, une démarche qui nous tient à coeur.

    Notre envie ; préserver notre planète en prenant soin de notre terroir.

    Une aventure que nous continuons de partager avec vous.

    UNE ÉQUIPE QUALIFIÉE ET ENGAGÉE

    Le domaine Château Salettes s'appuie sur l'expertise de son équipe pour exploiter ses terres depuis plusieurs générations.

    Des personnes qui partagent les valeurs du domaine, mais surtout qui ont le soucis de préserver notre terroir et de valoriser la production des vins.

    Attachée aux traditions et à l'histoire de la Famille Ricard, notre équipe s'investit toujours plus pour satisfaire vos papilles.

    Un remerciement à nos équipes pour leur bienveillance et leur ténacité.

    HISTOIRE DE LA CAVE

    La cave actuelle est installée dans un ancien moulin à huile d’olive qui a fonctionné jusqu’en 1956 (année du fort gel en Provence). Il est mentionné sur le haut de la porte principale l’année de la construction : 1604.

    L’ancienne cave, comme dans beaucoup de domaines en Provence et à Bandol notamment, se trouvait jusqu’en 1985 sous la maison d’habitation construite antérieurement au moulin à huile.

    Une histoire riche de traditions que nous valorisons et préservons avec bienveillance et humilité.

    INNOVATIONS EN 2015

    Une extension de cave a été construite en 2015 afin de permettre l'élaboration d'une cuvée en sélection parcellaire "Cuvée Cayenne" ainsi que la vinification d'une nouvelle gamme qui tend sur le vin nature.

    Des investissements ont été réalisés dans de nouveaux foudres de chêne français, cuves bois tronconiques, œuf béton afin d’affiner l’élevage de nos vins.

    UNE CAVE AUX CONDITIONS OPTIMALES

    Grâce à l’épaisseur des murs de l’ancien moulin à huile d’olive, la température et l’hygrométrie sont maîtrisées tout au long de l’année afin de permettre un élevage et un vieillissement du vin dans de parfaites conditions.

    Nos vins en élevage sont régulièrement dégustés par le directeur et le caviste afin de décider des futurs soutirages et mises en bouteille.

    PÉRIODES DE VENDANGES

    Les vendanges démarrent chaque année après le 25 août sauf quelques années chaudes et sèches avec le Viognier, entamées avant le 20 août. Ces vendanges se sont parfois terminées autour du 10 octobre voire du 17 octobre comme en 2014. Cette période intense et longue, qui concrétise toute une année de travail à la vigne, est cruciale et demande beaucoup d’attention.

    La vendange est manuelle pour tous les vins AOC Bandol et IGP Mont Caume. Elle est effectuée par une équipe de 20 personnes avec un tri à la parcelle.  Les raisins sont acheminés à la parcelle par box de 300 kgs. Un tri est effectué à la réception.

    LA VINIFICATION DES BLANCS ET ROSÉS

    Pour les blancs et rosés, les raisins sont égrappés et/ou foulés avant d’être pressés ou alors encuvés pour une macération (parfois dans le pressoir) de plusieurs heures.

    Les fermentations sont en levures indigènes et durent parfois jusqu’en décembre. La vinification est la plus naturelle possible.

    Les vins sont collés en décembre/janvier avant d’être mis en bouteille entre février et mars.

    Le Bandol rosé et blanc ne peut être commercialisé avant le 1ermars suivant la récolte.

    LA VINIFICATION DES VINS ROUGES

    Pour les rouges, selon le résultat souhaité, les raisins sont égrappés et parfois foulés ou alors encuvés en grappes entières pour certaines parcelles de Mourvèdre. Les macérations s’effectuent dans des cuves béton tronconiques qui apportent une meilleure inertie de température et une extraction douce de la couleur. Les macérations durent de 3 à 5 semaines en fonction des parcelles. Le tout décidé suite à dégustation.

    Pour les Bandol rouge, la fermentation malolactique s’effectue en foudres puis les vins commencent leur élevage de 18 mois obligatoire avant la mise en bouteille. Ces vins ne peuvent être vendus avant le 1ermai (un an et demi après la récolte).

    DU NOUVEAU DEPUIS 2011

    Depuis 2011, la part des rouges en Bandol et en IGP Mont Caume a considérablement augmenté passant de 5 % à  35 % (40% pour le Bandol). Château Salettes est certainement l’un des domaines qui a le plus inversé cette tendance en produisant plus de blancs et de rouges chaque année et en réduisant un peu la part des rosés.

  • Château Simian

    Château Simian

    En Provence, au pied du Massif d'Uchaux, ce domaine familial vous invite à la découverte de son vignoble, fruit de 5 générations.

    Le Château Simian compte aujourd'hui 26 hectares de vignes : 6 en AOC Châteauneuf-du-Pape, 11 en AOC Massif d'Uchaux et AOC Côtes du Rhône, et 9 en Vin de Pays.

    Les vignerons, Jean-Pierre Serguier et Florian, son fils, en recherche constante de la qualité, sont convaincus de l'atteindre notamment en favorisantune parfaite harmonie de la vigne avec la nature.

    Depuis 2008, tout le vignoble est cultivé selon une approche biodynamique.

    Ces méthodes alliées à une mosaïque de terroirs nobles, aux choix judicieux dans la riche palette des cépages locaux, dont certains parfois oubliés, le tout associé au savoir-faire des vignerons et à une sage gestion du vivant, contribue à donner des vins d'une exceptionnelle qualité : fins, frais, équilibrés, francs en arômes, avec des tannins soyeux et dôtés d'une plaisante buvabilité.

    IL ETAIT UNE FOIS...

    Notre histoire commence aux alentours de 1920 à Piolenc, un petit village provençal du Vaucluse, au pied du Massif d’Uchaux, à quelques kilomètres d’Orange.

    En ce temps-là, Sophie SIMIAN, propriétaire d’une bastide et des terres environnantes, n’ayant aucune descendance, décida de léguer ses biens à la jeune femme loyale et dévouée qui travaillait pour elle depuis des années.

    Marcelle LADRET  vit donc sa fidélité récompensée. Elle et son époux entreprirent de remettre les lieux en état et d’agrandir le vignoble. Ils eurent une fille, Madeleine, qui rencontra un viticulteur de Châteauneuf-du-Pape : Yves SERGUIER.

    Yves SERGUIER

    Lui passait le plus clair de son temps à cultiver passionnément sa vigne. Il venait de succéder à son père Marcel qui avait lui-même hérité des parcelles acquises vers 1880 par Hippolyte SERGUIER, ouvrier vigneron de son état.

    Yves et Madeleine s’installèrent en 1956, dans la bastide appelée la Simiane, rassemblant ainsi les terres de Piolenc, d’Uchaux et de Châteauneuf-du Pape dans un même patrimoine.

    Jean-Pierre SERGUIER

     

    En 1957, leur fils Jean-Pierre vit le jour. Son intérêt pour le vignoble ne fit que s’accroître avec l’âge. Après une formation au lycée viticole de Beaune, en Bourgogne, il reprend le domaine familial et réalise, en 1981, le rêve de quatre générations de viticulteurs : élever et mettre son vin en bouteille au domaine.

    Florian SERGUIER

     

    Il épouse Mireille, descendue de Lyon pour une saison de vendanges. Leur fils Florian, né en 1991, se forme au lycée viticole d’Orange, avant de rejoindre le domaine en 2010. Petit à petit, la transmission s’opère harmonieusement.

    Nos Terroirs

    1. AOP CHATEAUNEUF DU PAPE = 6,60ha

    A l’origine, le vignoble était dispersé du Nord au Sud de l’appellation, sur des terroirs fort différents dont certains étaient particulièrement chaleureux et arides.

    Conscient des conséquences du réchauffement climatique, Jean-Pierre entreprend dès 2008 une restructuration du vignoble orientée vers le Nord de l’appellation, à proximité de la ferme familiale de la Bertaude. Les trois parcelles retenues y sont plus tardives, peu sèchantes et peu chargées de galets roulés car à dominante de grès et de safres.

    ~ la Bertaude: sur un sol argilo-gréseux Yves SERGUIER y a planté en 1972 des Grenaches noirs et blancs, Roussannes et Syrah.

    ~ le Caladas, dans la montée qui vous amène à Châteauneuf du Pape (quartier Palestor). On y trouve de rares affleurements argilo calcaires à galets roulés, et beaucoup de grès siliceux. De très anciens Grenache noirs - certains datent de 1880, époque où Hippolyte SERGUIER a planté ses premières vignes - y côtoient la Clairette, le tout complanté récemment par Jean-Pierre et Florian SERGUIER de Counoise, Mourvèdre, Cinsaut, Picpoul, Picardan.

    ~ la Plantade, une très belle exposition Nord-Ouest au pied d’une petite falaise de safre. Marcel SERGUIER y a planté en 1948 des Grenache noirs. On y trouve aussi de vieilles Counoises.

    2. MASSIF D'UCHAUX (AOP Côtes du Rhône Villages Communal) = 5 ha

    Terroir situé à une dizaine de kms au nord d’Orange, sur la commune de Piolenc. "Saint Martin de Jocundaz" et "La Louronne", lieux-dits où se trouvent les vignes, ont donné leurs noms aux cuvées.

    Leurs étonnants grès silicocalcaires sont parfaitement adaptés à la vigne qui y trouve chaleur et réserves en profondeur. L'endroit est entouré de bois de pins et de chênes verts, environnement typique des vignobles du Massif d'Uchaux, et facteur d'équilibre d'un ecosystème très actif. Y sont présents les cépages Grenache noir, Carignan, Mourvèdre, Syrah et Counoise pour les rouges, Grenache Gris et Viognier pour les blancs. 

    3. AOP COTES DU RHONE = 5ha

    Une parcelle est située sur le sol argilo-gréseux de la Bertaude (Orange), plantée en 1972 de Grenache noir et Mourvèdre.

    Trois autres parcelles sur Piolenc, dans la siliceuse "Combe des Avaux" au pied du Massif d'Uchaux : Grenache noir, Carignan, Mourvèdre, Clairette, Grenache blanc et gris y ont été plantés depuis 1956 pour les plus anciennes.

    4. VIN DE FRANCE = 9ha

    Il s'agit de sols argilo-calcaires limoneux et profonds qui entourent le domaine sur Piolenc. Malgré une situation de plaine, ces parcelles se drainent bien, et l'enherbement du sol aidant, la vigne s'y exprime remarquablement. Y sont présents les cépages Syrah, Merlot, Caladoc, Marselan en rouges, Rolle (Vermentino) Marsanne et Sauvignon en blancs.

    UN VIGNOBLE EN AGRICULTURE BIO (AB) ET BIODYNAMIQUE (DEMETER)

    Comme beaucoup de viticulteurs, les années 70  nous ont conduit vers le "développement agricole" intensif : engrais chimiques, désherbants, pesticides, mécanisation et productivisme.

    C'est dans les années 90 que nous avons pris conscience des déséquilibres agronomiques, écologiques et sociaux que nous avions à gérer.

    Aujourd'hui, nous pensons être redevenus des vignerons, et avons fait nôtre, cette devise :

    "On ne commande la nature qu'en lui obéissant"

    Depuis 1994, le vignoble est enherbé entre les rangs de l'automne au printemps, ce qui régule la vigueur et permet une intense vie du sol, les racines étant bien plus efficaces que la charrue pour aérer et décompacter le sol.

    Sous les rangs, nos pratiques sont ancestrales : buttage, décavaillonnage, binage. Nous n'apportons aucun engrais, seulement un compost de fumier de vache et des préparations biodynamiques. Nous ne traitons qu'avec du soufre et de la bouillie bordelaise, que nous savons aujourd'hui utiliser à des doses 30 fois moindres. Au besoin, nous effeuillons la vigne afin d’aérer les grappes.

    Dynamiseur utilisé pour les préparations telles que compost, bouse de corne et silice

    En 2008, nous avons commencé une approche biodynamique de la conduite du vignoble qui est aujourd'hui certifié DEMETER. Les interventions sont faites dans la mesure du possible en tenant compte des cycles cosmiques et des rythmes naturels.

    Des préparations de silice, bouse de corne et compost, sont dynamisées dans de l'eau puis épandues sur la vigne. Elles ont pour but non plus de soigner ou nourrir la vigne, mais de vivifier, régénérer le sol et les plantes dans leur globalité. Par plante nous entendons la vigne et toute sa flore environnante, longtemps qualifiée à tort de "mauvaises herbes".

    Cette philosophie de culture qui respecte les grandes lois de la nature aboutit à la production de raisins d’une exceptionnelle qualité : peaux épaisses riches en couleur et en arômes, aux tanins soyeux ; pulpe juteuse et sucrée à l’acidité très stable.

    EVOLUTIONS, À CONTRE-COURANT

    Aujourd'hui, on plante des clones sélectionnés pour leur régularité de production. Les grandes parcelles bien plates et mécanisables sont préférées. La plantation et le palissage sont aidés financièrement par l'Europe, ce qui conduit à l'arrachage des plus vieilles souches conduites en gobelet, peu productives mais très qualitatives.

    C'est triste de voir disparaître ce patrimoine et cette diversité ! Nos choix sont aujourd'hui diamétralement opposés : en 2011, nous avons vendu 4ha de nos vignes de Côtes du Rhône situés dans des garrigues à Piolenc. Ces parcelles étaient palissées, productives, irriguables, faciles à conduire.

    En même temps nous avons acheté 4ha de parcelles dans le Massif d'Uchaux, entourées de bois, agées de soixante ans et conduites en gobelet. La vendange ne peut s'y faire qu'à la main. Economiquement et à court terme, cela est une aberration. Nos convictions de vignerons, et la qualité des premières récoltes nous confortent dans nos choix.

    L'équipe

    Florian, la dernière génération, surtout présent dans le vignoble, supervise tous les travaux saisonniers, tout en participant à la gestion du domaine et à l’activité commerciale. Heureux papa de 3 petites filles qui viendront peut-être un jour lui prêter main forte !

    Jean-Pierre, le paternel, cédant peu à peu ses prérogatives, participe aux multiples activités qui amènent les grains de raisins à se retrouver dans une bouteille sur votre table. Partout là où on a besoin de lui, il n’arrête pas de courir, avec la passion comme carburant !

    Pierre, fidèle collaborateur depuis 2010, s’occupe principalement de la vinification et de l’élevage des vins. Et, quand ceux-là sont enfin tranquilles, il travaille à leur commercialisation aux professionnels. Son dévouement au domaine est à la hauteur de ses multiples compétences !

    Christelle, les yeux rivés sur l’écran de l’ordinateur, assure le suivi commercial, administratif et logistique. La préparation des commandes à la cave et l’accueil des clients au caveau de dégustation lui font faire un peu d’exercice !

    Anne-Laure, d’abord saisonnière, fait maintenant partie de l’équipe et seconde Florian dans les travaux viti-vinicoles. Perchée à 3 mètres de hauteur sur l'enjambeur, elle n'a "même pas peur" !

    Marion, sœur de Florian, met à l’occasion ses compétences en communication au service du domaine. C’est elle qui se cache derrière nos profils instagram et facebook !

    L'équipe saisonnière, aux profils variés, alliant des experts du sécateur, aux as du pilotage de St Chamond, en passant par les maîtres de l'ébourgeonnage !

  • Château Valcombe

    Château Valcombe

    Le Vignoble

    Sur ces terres, s’épanouissent les vignes. En parfaite harmonie avec son environnement, le domaine est travaillé en agriculture biologique ; Nous attachons une grosse importance au travail en vert du vignoble.

    Respectueux et conscients des atouts naturels du terroir, nous ne faisons que mettre en valeur la vigne afin qu’elle profite au mieux de ce que la nature lui apporte.

    Notre philosophie est celle du respect de la nature ; de la mise en valeur de l’existant. Nous travaillons le domaine dans la tradition, sans aide chimique, juste à la sueur de notre front : notre vignoble s’appuie sur un haut palissage en bois ; les vignes sont effeuillées, égrappées et non écimées, le tout manuellement.

    Parce que le paysage est merveilleux et harmonieux, nous avons choisi de nous lancer dans l’aventure du Vin par ce domaine en particulier, simplement parce que la vue des vignes est magnifique, que nous nous y sentons bien et que c’était le critère principal de sélection du domaine avec la qualité de son terroir. Un existant magnifique que nous mettons en valeur pour souligner d’autant plus l’harmonie du domaine avec son environnement.

    La moyenne d’âge de nos vignes est supérieure à 50 ans. Elles sont le gage de la qualité. Chez nous, pas de quantitatif. Nous aimons les vins puissants et concentrons toutes les forces dans vignes dans quelques grappes seulement. Concentrer pour mieux donner ; pour que le goût du terroir soit respecté et pas dilué.

    Certfiées ECOCERT depuis 2013, nos vignes bénéficient d’un travail mécanique et manuel sans chimie. Pour que seule la nature et l’équilibre de l’écosystème des vignes triomphe.

    Le vignoble, c’est la qualité des vins ; dans notre façon de travailler, nous misons uniquement la qualité du raisin ; la vinification est très naturelle.

    Le terroir

    Le vin, c’est le raisin, c’est un terroir, un climat et notre travail du vignoble.

    Chaque terroir est unique ; celui du château Valcombe est composé de reliefs variés: hauts plateaux, plateaux et pentes douces qui se situent à une moyenne de 250 mètres d'altitude. Notre cuvée la « Grande Serène », référencée dans les plus grands restaurants en est un bel exemple.

    Le mont Ventoux apporte les variations thermiques qui donnent au raisin son caractère ; le soleil lui donne la force, les orages ses réserves liquides capturées dans les couches profondes d’argile bleue.

    De cette situation géographique si particulière du domaine, naissent des vins puissants aux arômes inoubliables qui tapissent votre palais jusqu’à le marquer du goût du terroir. Des arômes qui resteront gravés dans votre mémoire gustative.

    Nos cuvées donnent « l’eau à la bouche » …

  • Château Vieux Moulin

    Château Vieux Moulin

    « Mon terroir, c'est le cœur des Corbières. On est en plein centre du Languedoc. C'est un terroir chaud, sec, qui peut être très dur mais qui peut aussi nous apporter beaucoup. Un peu à l'image du Carignan, qui est le Cépage emblématique de cette région.

    Quand tu te lêves le matin, au milieu des vignes, sur ces terroirs du Sud, proche de la mer, de la montagne... tu te dis que vivre ici c'est quand même assez exceptionnel...

    On est la 7ème génération d'un domaine familial qui a un peu moins de 200 ans et qui est implanté ici, sur la commune de Montbrun. On a 28 hectares. Conduit uniquement en Culture Biologique.

    À l'époque, c'était un domaine en polyculture, mes ancêtres vivaient de l'élevage, des céréales, un peu de maraîchage et bien sûr de la vigne...On a la chance d'avoir une terre paysanne... vivante.

    Avec Laurence mon épouse, on cherche à faire des vins qui nous ressemblent. Des vins de partage, sur le fruit, avec beaucoup de gourmandises, de l'amplitude, des choses droites aussi... honnêtes. On espère en tous cas que nos vins transmettent des émotions aux gens.

    Vigneron, c'est pas un métier pour moi, c'est juste la vie que j'ai toujours voulu.

    Je m'appelle Alexandre They et je suis vigneron au château vieux moulin. »

  • Clos Canareccia

    Clos Canareccia

    Une histoire de famille, Storia di ceppu famigliale

    L’histoire du domaine débute dans en 1970. Pierre et Christian, son beau-fils vignerons et passionnés par le vin, cultivent leurs hectares de vignes à Aléria.

    Le domaine s’agrandit peu à peu, des parcelles de Merlot et d’autres cépages traditionnels comme le grenache ou la syrah sont plantés.

    Le domaine atteint les 35 hectares et la tradition familiale se poursuit…

    2010, la naissance du Clos Canereccia, Nàscita di u Dumìniu Canereccia

    40 ans plus tard, c’est Titi, le fils de Christian, qui prend les commandes.

    En véritable passionné, il affirme rapidement sa volonté d’imaginer, cultiver et élaborer son propre vin. Les travaux s’entament petit à petit, l’acquisition de petit et gros matériels permet à la cave de prendre peu à peu forme.

    Cette même année, les premières vinifications en cave sont couronnées d’un premier succès…

    La restructuration du vignoble, U rinnovu di a vigna

    Les parcelles de Merlot sont remplacées par du Niellucciu, du Sciaccarellu ou encore du Carcajolu Neru. Le Vermentinu reprend ses droits dans le vignoble du Clos Canereccia.

    Toute la vendange est traitée par gravitation dans les cuves inox. Au sous-sol, le chai abrite les fûts de chênes, où le rouge est en cours d’élevage.

    Depuis 2017, 9 hectares sont alors entièrement dédiés à cette nouvelle cave. Les vins du domaine expressifs, caractériels et inattendus, sont à l’image du jeune vigneron qu’est alors Christian. Le domaine s’inscrit dans une démarche de conversion biologique.

    « Faire un vin c’est bien, le partager c’est mieux »

    « Hè megliu à sparte ! »

    Dans une ancienne cuve en béton, le caveau de dégustation permet aujourd’hui d’accueillir les amateurs comme les curieux de vins dans une atmosphère surprenante, à la température idéale pour une dégustation originale.

    Une passion en amène une autre, et très vite la philosophie de la cave tend vers l’ouverture. Dans ces mêmes cuves, on découvre l’histoire du vin au travers d’une exposition et des amphores.

  • Clos des Roques

    Clos des Roques

    HISTOIRE

    En 2001, Nelly et Christian GASTOU livraient leurs raisins à la cave coopérative. Mais voulant aller plus loin dans la démarche de mise en valeur de ces superbes vieilles vignes, ils ont choisi avec la complicité de l’œnologue Claude SERRA de récolter, vinifier, élever et mettre en bouteille cette production.

    En 2006, Les 4 hectares du crû LA LIVINIERE du CLOS DES ROQUES permettent une production annuelle de 10.000  bouteilles. Situé au coeur de la première Appellation Communale du Languedoc, le vignoble du Clos Des Roques se divise en trois îlots distincts.

    L’Ordalon (le jardin des ormes) : à 80 m d’altitude, aux portes du village, ces premières terrasses aux argiles blanches exposées plein sud, très chaudes et abritées, permettent l’élaboration de vins souples et fruités.

    Le Clos des Roques : à 120 – 130 m d’altitude, situé sur les hauteurs  du village de CESSERAS, ce terroir plus calcaire bénéficie de la douceur et de la régulation de la pierre. Ce patchwork de petites parcelles donne des vins puissants qui affirment l'originalité et la  personnalité du Clos des Roques.

    Le Mal Pas (le mauvais passage) : 

    Sur ce coteau extraordinaire situé à 180-200m d’altitude surplombant les vignobles du Minervois sont cultivés depuis 1945 les plus vieux  Carignan et Mourvèdre du vignoble. Le vin produit à la race, le caractère et la longévité des grand Crus.

    En 2008  Nelly et Laurent lancent la conversion en agriculture biologique des parcelles en AOP Minervois La Livinière. Le changement de travail est radical mais la réussite viendra.

    En 2011  Le premier millésime Bio voit le jour et rencontre un grand succès dès son lancement. Les millésimes 2011, 2012, 2013 seront vite commercialisés.

    En 2014 Laurent décide de renforcer la structure technique et commerciale. Pour ce faire, Il agrandit le domaine avec l’acquisition de parcelles de coteaux à fort potentiel. Cet effort ne cessera plus.

    2015 verra alors la mise en place d’un circuit touristique des parcelles AOP MINERVOIS LA  LIVINIERE , appelé  "chemin des cathâres" , le décor y est magnifique "entre terre et ciel".Une centaine de rosiers seront plantés dans les parcelles par Christian Gastou afin de compléter ce merveilleux décor.

    En 2016 Sophie Gastou , prend en charge le suivi et le développement de la gamme des vins AB – organic wines. Le domaine saisi l’opportunité de racheter des parcelles abandonnées situées sur les hauteurs du village  de Cesseras (altitude 180 m) , après un travail de remembrements, celles -ci sont replantées et inscrites en agriculture biologique, complétant ainsi les îlots existants.

    En 2017 Christian Gastou, continu sa volonté de développement en agriculture biologique, en réalisant l’acquisition de parcelles mises à disposition par la SAFER 34, sur le petit hameau de Fauzan ( altitude 350 m) . La réhabilitation de vieux chemins, la reconstruction de capitelles, de murets et de cabanons  en pierre, permettent l’extension du circuit touristique menant au Malpas.

    En 2018, 2019 et 2020, Christian et Claude Gastou, realisent la plantation de parcelles de chênes truffiers (600 arbres), mais également de nombreuses variétés telles que grenadiers, oliviers, abricotiers, pêchers….Ces arbres en bordures de parcelles assurent ainsi la biodiversité et amènent une touche sympathique au paysage du Minervois.

    L'EQUIPE

    Famille Gastou, vignerons de père en fils.

    CLAUDE GASTOU

    Œnologue, chargé des vinifications, gestion administrative et commercialisation des vins. Après un parcours professionnel de directeur technique pour des Domaines et groupes coopératif Languedociens, il a rejoint le domaine familial.

    CHRISTIAN GASTOU

    Vigneron – Pépiniériste , chargé de la mise en place du vignoble, du matériel végétal et de la culture de la vigne. Grâce à son expérience de pépiniériste viticole, il est depuis 2001 à l’origine de l’aventure en cave particulière.

    CLAUDE SERRA

    Œnologue – Consultant , chargé des choix œnologiques et commerciaux. Riche d’une grande expérience professionnelle au sein de nombreuses régions viticoles, il est présent depuis le premier millésime 2001.

    LAURENT GASTOU

    Vigneron  – Vinificateur , chargé de la gestion du vignoble , de la culture de la vigne , des traitements et de la récolte du raisin.

     Jeune agriculteur installé depuis 2006 sur le domaine familial , Laurent assure la gestion des travaux agricoles dans le respect des normes environnementales mais aussi l'ensemble des travaux au chai de vinification.

    SOPHIE GASTOU

    Sophie Gastou , prend en charge le suivi et la conversion du vignoble , en agriculture biologique. Chargée du développement des vins AB , elle participe au développement commercial de ces vins.

  • Clos du Père Clément

    Clos du Père Clément

    Un lieu, une histoire..

    Le Clos du Père Clément a été crée en 1972, dans la belle commune de Visan. Le vignoble est enraciné autour d’une remarquable bâtisse du XVIIe siècle, à proximité de la Chapelle Romane Notre Dame des Vignes, monument historique protégé.

    Un vigneron singulier

    Jean-Paul Depeyre est un vigneron passionné et engagé dans son métier. La passion du vin, il la tient de son grand père paternel, à qui il rend hommage dans ses vins.

    Il travaille ses vins dans le respect du terroir et préserve les trésors familiaux. Amoureux de sa région natale, il sublime le terroir, depuis plus de 40 ans, dans des vins authentiques et singuliers.

    Cette passion et ce savoir-faire se transmettent autour d’un verre de vin, et ce n’est pas pour déplaire à nos papilles !

  • Clos Saint André

    Clos Saint André

    Le Clos Saint-André existe depuis 2004, Jean-Claude Desmarty et fait à peine 1 hectare, fondée par son arrière-grand-mère. Il en assure seul la totale activité, du travail à la vigne à la commercialisation.

    Il possède de vieilles vignes composées de 70% de Merlot et de 30% de Cabernet. Jean-Claude Desmarty travaille l’intégralité de ses sols avec un cheval. Il veut favoriser au maximum la qualité de sa terre en développant sa biodiversité et en évitant tout tassement.

  • Domaine Achard-Vincent

    Domaine Achard-Vincent

    Le domaine ACHARD-VINCENT est un domaine familial de 11 hectares. Situées entre le Vercors et la Provence, les vignes bénéficient d’un climat chaud de type montagnard.

    Les hivers sont froids avec de la neige tandis que les étés sont chauds avec des nuits assez fraîches ce qui apporte au raisin une belle maturité avec une certaine fraîcheur.

    Le domaine est familial depuis 6 générations. Il est né de la fusion du domaine VINCENT à Sainte-Croix et de la ferme ACHARD à Saillans avec le mariage de Claudie et Jean-Pierre.

    Aujourd’hui, Thomas vient de s’associer afin de reprendre la succession. Il apporte un nouveau dynamisme au Domaine, qu’il convertit à la biodynamie.

    Le Domaine ACHARD-VINCENT fait partie des pionniers de l’agriculture biologique car, dés 1968, le grand-père débuta la bio selon la méthode Lemaire-Bouchet.

    Il fallut ensuite entendre l’arrivée de Jean-Pierre pour suivre le cahier des charges des vins bio de Nature et Progrès de 1982 à 2009. Thomas suit maintenant un mode de production biodynamiqe certifié DEMETER depuis 2005.

    Agriculture et Certifications

    La base de notre Agriculture Biologique est la fumure organique : nourrir au mieux le sol qui nourrira la vigne. Pour cela, nous apportons de la matière organique compostée, des engrais verts que nous enfouissons dans le sol après la tonte.

    Nous sommes très exigeants sur la tenue de nos vignes en privilégiant un maximum de main d’oeuvre pour la taille, le binage, le relevage, l’épamprage, les vendanges en vert afin de maîtriser le rendement au plus près de la récolte et optimiser la qualité du raisin. Nous gardons une rangée sur deux enherbée naturellement afin de préserver au maximum la diversité qui préservera l’équilibre de la faune et de la flore dans nos vignes.

    Les seuls produits de traitements que nous utilisons sont les sels de cuivre et la fleur de soufre associés à de l’argile et différentes infusions de plantes afin d’optimiser les défenses naturelles de la vigne.

    Les vendanges ont lieu en septembre, au début du mois pour le Cépage MUSCAT à petits grains et à la fin du mois pour le Cépage CLAIRETTE blanche. Elles sont entièrement manuelles. Les raisins sont cueillis délicatement et triés avant d’être versés dans des caisses « pallox ».

  • Domaine Anthony Pérol

    Domaine Anthony Pérol

    Notre Histoire

    Fondé sous l'Empire, le domaine est entré dans la famille Pérol un siècle plus tard, en 1912. Il est implanté au coeur des Pierres Dorées dans le hameau de la Colletière  situé face au village médiéval à Châtillon d'Azergues.

    Le vignoble est composé de quatre cépages :

    Pour les AOC :

    - Le Gamay noir à jus blanc pour les vins rouges et rosé bulles.

    - Le Chardonnay pour les vins blancs et le crémant.

    Pour les vins de Pays :

    - La Syrah pour le vin rouge et le vin rosé

    - Le Viognier pour le vin blanc 

    Les vendanges sont effectuées à la main, ceci permettant une cueillette sélective.

    Les vignes du domaine familial sont cultivées depuis plusieurs générations, fidèles au « savoir-faire » du vigneron. 

    Depuis 2005, Notre vignoble est cultivé avec passion en agriculture biologique pour le plus grand respect du terroir et des traditions.

    Notre élevage bovin "Salers" en Agriculture Biologique

    Aujourd'hui à la fois Vignerons éleveurs, nous produisons nous même nos céréales, tous ceci dans le respect des critères de l'agriculture Biologique. 

    Notre élevage de vaches Salers est conduit en bio depuis une vingtaine d'année maintenant. Le troupeau est élevé en plein air, les vaches peuvent paitre et se balader en pleine nature comme bon leur semble.

    En agriculture biologique rien ne se perd. Ainsi la paille récoltée dans les champs sert de litière aux vaches durant l'hiver.

    Apport organique de Fumier Bio de notre élevage de Salers

    Le fumier laissé par notre élevage devient compost pour l'épandage dans nos vignes.

    On en revient finalement aux anciennes méthodes, à la tradition.

    Le compost enrichit les sols. Il les rend vivants.

    Ainsi la vigne retrouve tous les éléments dont elle a besoin pour se developper dans le plus grand respect de la nature.

    Des raisins de qualité pour des vins d'exeptions !

    Nos cépages Gamay et Chardonnay profites d'apports naturels provenant de notre élevage Bio. 

    Ceci nous permet d'obtenir une récolte saine de qualité, remplie d'arômes et de complexité.  

    La vinification Beaujolaise

    Un cépage unique : Le Gamay noir à jus blanc.

    La récolte se fait à la main, pour préserver l'’intégrité des grappes.  Vinification des grappes entières : On transporte les grappes entières (baies et rafles) intactes dans la cuve. De la vendange à la mise en cuve, le raisin est donc manipulé avec beaucoup de précautions.

    La macération : Au milieu de la cuve, des grappes baignent dans le jus. Elles macèrent : les pellicules libèrent leurs constituants (arômes, tanins, couleurs). Le vin prend sa couleur. La durée de cette macération varie de 3 à 10 jours selon le type de vin que l'on souhaite obtenir. 

    Suite de la vinification Beaujolaise

     

    La fermentation alcoolique se produit alors dans le jus libéré par le tassement des grappes mais également à l’intérieur des raisins (c'est la macération intracellulaire). Cette vinification est unique au monde. 

    A la suite de cette macération, on procède alors au pressurage, le moût est alors mis en cuve (Le vin de presse et le vin de tire sont assemblés) pour finir la fermentation alcoolique. Le moût va ensuite effectuer sa seconde fermentation dite fermentation malo-lactique. 

    L'élevage : C'est la phase où le vin atteint sa maturité. Après stabilisation et filtration, il est mis en bouteilles.

    Nos vins

    C'est avec beaucoup de passion que nous façonnons nos vins toujours avec joie pour le plus grand plaisir de vos papilles! Nous travaillons dans un respect total de la nature, nous somme à l'écoute de la biodiversité et du terroir qui nous entour, pour le bien être de toutes et de tous. L'agriculture Biologique est notre Conviction !

  • Domaine Belambrée

    Domaine Belambrée

    Nous avons repris le domaine en 2007.

    Dès le début, le choix de travailler les 10 hectares en agriculture biologique s’est imposé comme une évidence.

    En cave, l’utilisation de produits œnologiques a toujours été très limitée et répond aujourd’hui au cahier des charges des vins Bio.

    Aujourd’hui, le domaine compte 15 hectares, à côté des plus vieilles vignes que nous bichonnons, de nouvelles plantations viennent compléter la diversité de nos cépages, et enrichir la palette aromatique de nos cuvées.

    Côté cave, un nouveau chai inauguré en 2014, nous permet un travail plus efficace, ainsi que l’accueil et la vente au domaine.

    Au fil des ans, notre savoir-faire et notre expérience s’étoffant, nous cherchons à produire des vins qui reflètent l’expression de notre terroir, des cépages, et du millésime, mais aussi que ces vins soient le reflet de notre histoire et de notre passion.

    C’est tout cela que nous souhaitons transmettre à travers nos vins.

    Caroline & Fabrice

    LE TERROIR

    Situé sur le versant sud du massif de la Trévaresse, nos terres sont à 380 mètres d’altitude.

    Les sols très caillouteux sont argilo-calcaire, avec une couche de terre parfois fine proche d’une roche calcaire plus dure conférant de la minéralité aux vins.

    Le climat méditerranéen, parfois aride et très chaud, connait des nuits fraîches, même en été, permettant  des maturités de raisins très intéressantes.

    Le mistral, vent souverain de notre pays, est atténué par la Trévaresse.

    Notre paysage provençal est constitué de vigne, d’olivier, d’amandier et de chêne vert.

  • Domaine Bordenave

    Domaine Bordenave

    L'ESPRIT BORDENAVE : LE PLAISIR PARTAGÉ !

    Vous rejoignez de très nombreux amateurs de vins fins séduits par notre philosophie : transmettre et partager notre passion du vin.

    Offrez à votre table notre Jurançon, un vin de terroir reconnu par les amateurs et référencé par les guides et magazines du vin. Un vin rare et authentique, proche de chacun au quotidien ou dans les moments d'exception, complice d'un plaisir inaltérable.

    Un bonheur que l'on savoure chez soi, entre amis, à la terrasse d'un bistrot ou au restaurant ; un prélude épicurien aux instants partagés. Si le vin se suffit à lui-même, il peut aussi accompagner, voire se marier avec ce que l'art culinaire et la gastronomie nous offrent de meilleur.

    Chacune de nos bouteilles cache tout un univers qu'il faut découvrir avec un seul guide, le plaisir. Mais que serait un bon vin s'il n'était pas aussi source de plaisir ? Il suscite un véritable art de vivre alliant le goût de la qualité, de la convivialité et le sens de la mesure.

    Le vin incite à l'humilité et aux instants partagés.

    UNE HISTOIRE SÉCULAIRE

    Le domaine Bordenave, situé au cœur de l'appellation du Jurançon, à Monein, est l'une des plus vielles propriétés de la région, exploitée de père en fils et fille depuis 1676.

    A la suite d'importants investissements dans les chais et de la restructuration du vignoble, le domaine a présenté son premier millésime en 1993.

    Bordenave, c'est tout l'attachement d'une famille à exalter l'essence d'un terroir. Ici, nos liens sont anciens, sincères et généreux, et nous sommes toujours restés humbles face à la force de la terre et à la valeur de chaque instant. Faire du Jurançon est une école de l'art et la patience. Un art où le temps n'est jamais vraiment maîtrisé car nous privilégions toujours la recherche permantante de la qualité à celle de la quantité, du pied de vigne à la bouteille que l'on va déboucher.

    D'aussi loin que je m'en souvienne, mon enfance a toujours eu pour cadre l'environnement majestueux des vignobles. Petite, je suivais mes parents dans les vignes et dans les chais et j'étais déjà fascinée par toute la magie qui entoure le monde chaleureux du vin. Plus tard, initiée au vocabulaire puis à la véritable science de la connaissance des vins, j'ai appris que goûter le vin est à la fois un art et un métier.

    DES HOMMES ET DES FEMMES

    Notre savoir-faire de vigneron joue un rôle fondamental dans la production d'un grand vin, tout comme le terroir et les cépages.

    Ce terroir trouve sa véritable expression grâce aux hommes et aux femmes qui se mettent à son écoute.

    Sur notre terre chargée d'histoire, la tradition de la vigne est née d'une volonté de vivre en harmonie avec le temps. Force, patience, persévérance, humilité et espérance, en sont les maîtres mots.

    LE TRAVAIL

    Un travail, noble, ingrat parfois, passionnant toujours. Une longue histoire d'amour avec la nature dont il faut parfois accepter les caprices.

    Ce travail est l'accompagnement permanent des valeurs qui nous poussent à faire des choix, ceux de limiter les rendements pour en privilégier la qualité.

     

    Dans la vigne comme au chai, le respect des pratiques traditionnelles s'allie au progrès permanent des techniques pour porter chaque récolte, chaque millésime à son plus haut niveau de perfection.

    Un travail toujours récompensé par la nature et les hommes.

    UN TERROIR

    La topographie des côteaux de Monein optimise l'effet des rayons du soleil et une bonne maturation des raisins.

    Nos vignes sont plantées sur le versant sud et ouest des pentes du piémont pyrénéen sur des sols argilo-limoneux, riches en galets roulés, portés par les torrents et glaciers pyrénéens. Ces sols, possédant la pauvreté requise ainsi qu'une excellente régulation hydrique, favorisent l'enracinement profond de la vigne.

    Ainsi, soumise à rude épreuve, la vigne offre une production limitée et la forte concentration du grain apporte une originalité typique à l'ensemble de nos vins.

    Nous respectons notre terroir et la nature par une culture Bio & HVE3, une fertilisation organique et un travail méticuleux dans les vignes, perpétuant des savoir-faire ancestraux.

    UN CLIMAT

    La rigueur montagnarde, la douceur océanique et une bonne répartition des pluies permettent un développement harmonieux de la vigne.

    Le mode de conduite en hautains protège nos cépages de l'action néfaste des gelées de printemps.

    L'arrière saison propice, où se conjuguent journées ensoleillées, nuits froides et humides, gelées, préserve la maturation du raisin des humeurs de l'automne.

    Grâce à l'effet de fœhn, courant d'air chaud venant d'Espagne, elle offre une surmaturation des raisins typique de notre appellation, appelée passerillage.

    En novembre, en particulier, le contraste entre la froideur des nuits et la chaleur des journées a pour effet de flétrir davantage les raisins, tout en augmentant leur concentration.

    LA CONDUITE DE LA VIGNE : DES TRAVAUX ET DES JOURS

    Tout l'art de notre métier consiste à conduire la vigne, à la tailler, à lui apporter les attentions nécessaires (analyse du système racinaire, alimentation des ceps), à ne laisser sur les sarments que la quantité de raisins qu'elle peut raisonnablement nourrir et, enfin, à cueillir ceux-ci lorsqu'ils atteignent leur pleine maturité.

    Tout au long de l'année, nous apportons à la vigne une surveillance attentive et des soins constants. Nos mains viennent, à chaque étape, entretenir le don de la nature.

    DU RESPECT DE LA VIGNE, NAÎT LA NOBLESSE DU VIN

    La protection biologique et  Haute Valeur Environnementale 3  du vignoble s'opère grâce à nos interventions limitées et respectueuses de l'environnement.

    La taille en guyot double opère une parfaite ventilation des grappes.

    L'enherbement naturel entre les rangs nous permet de concurrencer les vignes et de produire ainsi des raisins d'un très grand potentiel qualitatif.

    Les vendanges en "vert" permettent d'éliminer constamment "gourmands" et repousses et d'éclaircir si nécessaire les raisins.

    Les vignes sont effeuillées minutieusement au mois de juillet afin de favoriser la maturation homogène et la concentration du raisin.

    L'ENCÉPAGEMENT

    Notre vignoble est planté des 5 cépages de l'appellation Jurançon :  Petit Manseng et de Gros Manseng, Camaralet, Courbu et Lauzet  cépages typiques du Jurançon, .

    Le Gros Manseng nous permet d’élaborer des vins secs appréciés pour leur fraîcheur et leurs arômes riches en fruits, ainsi que de très agréables moelleux au bel équilibre sucre/acidité.

    Le Petit Manseng, quant à lui, récolté par tris successifs, est associé à l'élaboration de vins moelleux à liquoreux dont les arômes, évoquant les fruits confits ou le miel, sont l'expression même d’une subtilité singulière.

    LES VENDANGES

    Au rythme de la nature, nous attendons la maturité maximale des raisins pour commencer les vendanges.

    Elles sont manuelles et se déroulent de début octobre pour nos Jurançon secs, jusqu’aux derniers jours de novembre pour nos moelleux.

    Mais c’est également de notre travail de vinification que dépendent la personnalité et l’originalité du millésime. Tout est essentiel dans ce que nous élaborons pour le vin.

    LA RECHERCHE DE LA PERFECTION

    Fruit de rendements limités et d’une récolte minutieuse, notre Jurançon exige une vinification très soignée, pour présenter le meilleur équilibre alcool-sucre-acidité.

    Le processus de vinification s’opère de manière traditionnelle, mais intègre aussi les techniques actuelles respectueuses de notre terroir, fermentations, contrôle des températures.

    Parfois, nous recherchons une courte macération pré-fermentaire des grains pour en extraire les arômes et accentuer ainsi le potentiel aromatique de nos vins.

    Nos vins sont vinifiés par cépage :

    Nos jurançons secs issus du Gros Manseng, sont élaborés par macération pelliculaire avec une fermentation à basse température puis un élevage sur lies fines et une mise en bouteilles au printemps.

    Nos vins moelleux, issus de cépages Gros Manseng et Petit Manseng, sont vinifiés et élevés séparément dans des cuves inox puis mis en bouteilles douze mois après récolte.

    Nos moelleux Petit Manseng, vinifiés et élevés en fût de chêne avec un pourcentage variable de bois neuf suivant les millésimes, s’épanouissent dans nos chais, grâce à un élevage et un assemblage raffiné avant une mise en bouteille allant de 12 mois après récolte, jusqu’à 24 mois pour le Cercle des Amis.

    L'authenticité de nos vins est à l’égal de l’expression de notre terroir et de nos cépages.

    Notre recherche de la qualité nous pousse à nous ouvrir à la modernité tout en puisant dans l’histoire les fondements de notre savoir-faire.

    Notre vin se construit sur la convergence patiente de toutes ces expériences.

  • Domaine Brusset

    Domaine Brusset

    Dans ce domaine familial, depuis 1947, la famille Brusset a su allier au savoir faire, les nouvelles techniques apportées par chaque génération. André Brusset (1910-1999) fondateur de l'exploitation a transmis sa passion à son fils Daniel et son petit-fils Laurent.

    Deux passionnés, deux expériences qui font du Domaine Brusset une rareté où la complémentarité de deux générations donne les meilleurs résultats, dans le respect des traditions.

    C'est au sein des vignobles des Côtes-du-Rhône méridionaux, à Cairanne, que se situe le domaine BRUSSET totalisant 70 hectares.

    De nombreux cépages nobles y sont cultivés.

    Pour les vins rouges et rosés : Grenache, Syrah, Mourvèdre, Cinsault et Carignan.

    Grenache blanche, Viognier, Roussanne, Clairette pour nos vins blancs.

    Les célèbres vins rouges du domaine représentent 90 % de la production.

  • Domaine Cady

    Domaine Cady

    Le Domaine viticole

    Vignerons de père en fils depuis 1927 soit depuis quatre générations, le domaine compte aujourd’hui 28 Ha. Philippe et Sylvie CADY et leur fils Alexandre mettent leur savoir-faire et leur passion au service de la qualité.

    Notre exploitation est située à St Aubin de Luigné au cœur de l’appellation COTEAUX DU LAYON. Ses coteaux exposés plein sud bénéficient d’une situation privilégiée qui favorise le murissement de nos raisins.

    Notre vignoble et ses vins sont certifiés « biologique. » par ECOCERT.

    Nos vendanges s’effectuent entièrement à la main, de manière à sélectionner les grappes et les raisins pour élaborer des vins de qualité. Nos vins sont vinifiés de manière naturelle et par conséquent sans chaptalisation.

    Notre cépage emblématique est bien sûr le Chenin Blanc, planté sur nos terroirs schisteux en coteaux dominant le Layon.

    Nos trois appellations phares :

    COTEAUX DU LAYON 1er CRU CHAUME, un terroir argilo-schisteux bien ventilé donnant naissance à un vin blanc suave et onctueux qui grandit en complexité avec les années.

    COTEAUX DU LAYON ST AUBIN « Les Varennes », un terroir particulier de mica et quartz conférant au vin des arômes de fruits exotiques tout en conservant des notes rafraichissantes de fruits frais.

    ANJOU BLANC « CHENINSOLITE », un vin blanc sec aux arômes complexes et fruités, vinifié et élevé en barriques de chêne pendant 11 mois.

    Notre gamme de vins est variée et large, étant donné les différents cépages et la diversité des appellations de notre région.

    Cela nous permet donc de satisfaire le plus grand nombre avec des Anjous blancs et rouges, des Coteaux du Layon, du Rosé de Loire et du Cabernet d'Anjou mais aussi avec du Crémant de Loire Brut (Blanc et Rosé). 

    Le vignoble, au coeur des Coteaux du Layon

    Notre travail préparatoire est indissociable du cycle naturel végétatif de la vigne. Avant l'époque haute en couleur des vendanges, la vigne nécessite de nombreux soins et un grand savoir-faire pour donner le meilleur d'elle-même. En fait, un futur bon vin trouvera sa qualité dans les premières étapes et dès lors, notre souci principal est d'être attentionné à chacune d'entre elles.

     La taille : le bon moment

    De novembre à mars, la vigne entre dans une période de sommeil, appelée aussi repos hivernal. La sève ne circule plus dans la plante.

    Dicton : "taille tôt taille tard, rien ne vaut la taille de mars"

     La taille : limiter le nombre de bourgeons

    La taille est une étape importante qui conditionne la fructification, on taille pour limiter la croissance, pour diminuer le vieillissement de la souche tout en favorisant le développement des rameaux fructifères.

    L'opération conduit à choisir à la fois la forme du pied mais aussi la quantité de végétation et de raisin que l'on veut obtenir.

    La taille des vignes régule la production et permet d'améliorer la qualité des raisins en concentrant les sucres sur un nombre réduit de grappes du fait de la réduction du nombre de bourgeons laissés sur chaque souche.

     L'ébourgeonnage

    Cette étape se déroule de mai à juin, il consiste à supprimer toutes les jeunes pousses qui sont inutiles pour le cep de vigne.

    Ces "gourmands" qui ne servent à rien encombrent la souche.

    Le vigneron fixe un nombre de rameaux porteurs de fruits par pied et passe dans toutes les parcelles pour supprimer les pousses en trop.

    Cette méthode règle le rendement et l'étalement des raisins sur la souche.

     La floraison : une étape crutiale

    Elle se déroule en juin, les fleurs s'ouvrent le capuchon floral se détache du réceptacle, laissant apparaitre le futur grain de raisin.

    Si nous avons la chance d'avoir du beau temps en pleine floraison, en plus de la promesse d'une belle récolte, nous profiterons, le soir venu, du parfum incomparable et subtil exhalé par les milliers de fleurs de vigne.

     L'effeuillage et les vendanges en vert

    Cette étape s'effectue en juillet entre le stade nouaison et véraison.

    L'effeuillage consiste à supprimer une partie des feuilles de la zone fructifère. Il permet d'améliorer la maturité du raisin en favorisant l'aération des grapppes et la pénétration du soleil au coeur de la souche.

    Pour garantir une qualité optimum de la vendange, le vigneron pratique l'éclaircissage (vendanges en vert) : il supprime les grapppes en excédent, afin de ne pas affaiblir les pieds de vigne. Cette élimination permet de répartir la vendange sur l'ensemble de la souche pour éviter l'entassement des grappes.

     La vendange du Crémant de Loire

    Comme pour le Champagne, le Crémant de Loire est récolté manuellement en cagettes ajourées.

    Cette technique permet d'éviter l'écrasement du raisin pour conduire la grappe entière jusqu'au pressoir.

    Le plus grand respect du Chenin et du Chardonnay est nécessaire pour l'élaboration d'un excellent Crémant de Loire.

     La vendange de l'Anjou Blanc

    La cueillette de nos Chenin est réalisée manuellement en choisissant des raisins dorés à pleine maturité. Ce stade offre au moût de raisin les arômes les plus expressifs pour la vinification de blanc sec.

    Ces vendanges se déroulent la première quinzaine d'octobre.

     La vendange par tries des coteaux du Layon

    Les vendanges du chenin sont spécifiques : elles sont réalisées par tries successives de vendanges;

    Entourés d'une équipe de 10 saisonniers, nous procédons à une récolte en plusieurs fois : la souche n'est pas vendangée entièrement, ne sont prélevés que les raisins qui présentent les signes d'une surmaturité, appelée "pourriture noble". C'est le raisin dit "botrytisé" qui va donner tout son caractère sucré à nos coteaux du Layon

     La vendange des cépages rouges

    Les Gamay sont cueillis fin septembre et les Cabernet durant le mois d'octobre.

    Pour obtenir une maturité optimum sur nos vins rouges, nous devons attendre le plus tard possible pour les récolter.

    La vendange manuelle nous aide et garantie la sélection de raisins sains.

    Le chai, la vinification et l'élevage de nos vins d'Anjou

    Nul ne peut dire qu'il existe une seul et unique méthode pour produire du vin. La vinification est, dans sa définition la plus simple, la transformation d'un moût de raisin en vin par la fermentation partielle ou totale du sucre.

    A cette étape plusieurs techniques sont associées. Les méthodes de vinification sont multiples et parfois secrètes : le vigneron est pour les uns un artisan et pour les autres un artiste.

    L'élaboration des vins d'Anjou rouges

    Les raisins de Gamay et de Cabernet sont égrappés (séparation de la rafle et de la baie) avant d'être mis en macération pour 5 à 15 jours (macération : cuvaison de la baie de raisin avec son jus)

    La cuvaison permet l'extraction de la couleur et des tanins contenus dans la pulpe et la pellicule du raisin.

    Après cette macération en cuve, le jus et le moût sont pressés.

    L'Anjou Gamay est élevé en cuve pendant 5 mois puis mis en bouteille au mois de mars.

    L'Anjou Rouge est élevé en cuve pendant 12 mois puis mis en bouteille au mois de septembre.

    L'Anjou Villages est soutiré en fûts de chêne et élevé pendant 12 mois.

    L'élaboration des vins d'Anjou blancs secs

     

    Le raisin de chenin blanc est pressé directement. La vendange est déposée sur un tapis qui la conduit dans le pressoir.

    Une fois pressé, les jus sont débourbé (sédimentation naturelle des particule grossière du moût de raisin) pour obtenir un jus clair.

    La fermentation alcoolique (transformation des sucres du raisins en alccol) se déroule en cuve pour l'Anjou Blanc et en fûts de chêne pour le Cheninsolite. Durant toute cette étape la température est maitrisée par un système de thermorégulation.

    L'Anjou Blanc est élevé en cuve pendant 5 mois puis mis en bouteille au mois de mars.

    Le Cheninsolite est élevé en fûts pendant 11 mois puis mis en bouteille au mois de septembre.

  • Domaine Chante Cigale

    Domaine Chante Cigale

    Le Domaine

    L’histoire commence en 1874 lorsqu’Hyppolite Jourdan renomme la propriété familiale de 28 hectares « Clos Chante Cigale ».

    En 1936, l’appellation Châteauneuf du pape est déclarée première AOC de France et les producteurs de l’appellation se structurent alors en conséquence. Paul Jourdan est à cette époque à la tête de la propriété familiale et décide de la nommer « Domaine Chante Cigale ».

    Le Domaine Chante Cigale est aujourd’hui une des plus importantes propriétés familiales de Châteauneuf-du-Pape. Il est désormais mené par Alexandre Favier, qui perpétue la tradition des vignerons de la famille.

    Le Domaine dispose d’un vignoble qui s’étend sur plus de 40 hectares sur l’appellation Châteauneuf du pape répartis sur 45 parcelles, éclatées sur l’ensemble de ce terroir d’exception : la diversité des sols et des cépages permettent d’élaborer des vins uniques. L’esprit du domaine est assuré par Alexandre Favier et son équipe qui assurent eux même chaque étape de la production des vins de la propriété.

    Les vignes

    L’héritage des terres, le respect de notre prestigieux terroir, le travail du sol et l’équilibre naturel de la vigne sont les principes de l’élaboration des vins du Domaine Chante Cigale.

    Plus que jamais, Alexandre Favier est conscient de succéder à plusieurs générations de vignerons bienveillant et garant de notre vignoble d’exception.

    Après avoir observé, écouté et cultivé au quotidien son vignoble, riche de par sa diversité et de son patrimoine de vignes centenaires, Alexandre Favier avance avec certitude et conviction pour mener d’une main de maître chacune des 45 parcelles qui composent les grands vins du Domaine Chante Cigale.

    La Cave

    Les chais de vinification et d’élevage du Domaine Chante Cigale sont en perpétuelle évolution afin de respecter au maximum les différents  terroirs et de répondre au mieux aux besoins de ses vins.

    Alexandre Favier investit dans un équipement sur mesure, adapté à son vignoble morcelé. Cuves en bétons, inox, ovoïdes, foudres et même dernièrement une jarre en terre cuite; des contenants choisis pour révéler le meilleur de chaque parcelle et lieu-dit du vignoble.

    Vinification

    Une vinification douce, respectant la baie dans son intégralité pour préserver le fruit et la minéralité, identitaires d’un vignoble et d’un terroir profondément enraciné.

    Une vinification peu interventionniste ou chaque geste compte, répétés sur chaque parcelle isolée avec précision, respect et passion.

    Tous les vins du Domaine sont ensuite élevés dans nos chais plusieurs mois avant l’étape ultime des assemblages, moment crucial et passionnant qui révèlera toute la complexité de nos grands terroirs.

  • Domaine Chapelle & Fils

    Domaine Chapelle & Fils

    Notre savoir faire

    Depuis quatre générations le travail du vin rythme la vie de la Famille CHAPELLE.

    Pour nous chaque vin est l’histoire d’une alliance entre les terroirs qui nous portent, que nous avons reçus de nos ainés, et les hommes qui les travaillent et les font vivre.

    Alliance symbolisée dans le logo de DOMAINE CHAPELLE.

    Tout grand vin commence à la vigne où chacun met en œuvre son expérience et son savoir faire.

    En faisant le choix d’une viticulture Bio, les membres actuels de la Famille CHAPELLE s’engagent, avec leur équipe, dans des pratiques culturales respectueuses de la nature et de l’environnement.

    Le travail du vigneron

    Les sols :

    Maintien et développement de leur vie microbienne et respect de l’équilibre écologique de chaque parcelle

    La plante :

    Recherche d’un développement harmonieux et mise en place d’un système d’autodéfense face aux agressions

    Le raisin :

    Amener à la cuve un fruit sain et entier qui ne soit pas contaminé par les résidus de produits phytosanitaires

    Respecter les sols pour une meilleure expression des terroirs

    Notre démarche culturale

    Dès le début des années 80, Roger Chapelle remarque le développement important des araignées, ravageurs inconnus en aussi grande quantité dans sa jeunesse, ainsi que la sélection de certaines herbes résistantes aux herbicides.

    Il note également une tendance à la baisse d'acidité dans les vins.

    1989 : Suppression du désherbage à titre expérimental sur certaines parcelles du domaine

    1992 : Jean-François est à l'initiative du premier groupe de lutte raisonnée sur le village de Santenay

    1993 : Réintroduction de thiphlodromes sur diverses parcelles

    1995 : Arrêt total du désherbage sur l'ensemble du domaine et équipement des premières charrues hydrauliques

    2001 : Embauche de Yannick Jacrot, chef de culture ayant une expérience en bio et biodynamie.

    2003 : Première suppression de produits de synthèse sur une parcelle de 3 hectares

    2006 : La totalité des vignes du domaine sont conduites en culture bio

    2008 : Qualité France, organisme certificateur bio, nous autorise à communiquer sur notre démarche de reconversion du domaine en viticulture bio

  • Domaine Chaume-Arnaud

    Domaine Chaume-Arnaud

    Jusqu’en 1956, les oliviers étaient plus nombreux que la vigne sur les communes de Vinsobres et St Maurice mais une nuit de février, tous les oliviers périrent par le gel.

    A l’époque, les cultures étaient habilement réparties entre abricotiers, céréales, lavande, oliviers, vigne, il y avait toujours un troupeau ovin ; un modèle agricole qui s’est perdu peu à peu mais qui se révèle logique de nos jours.

    C’est pourquoi, aujourd’hui sur le domaine, les oliviers, les céréales, les tomates tiennent compagnie à la vigne.

    Ici, nous mettons également l’accent sur le respect du sol : préserver l’avenir de la terre, maintenir un équilibre harmonieux, telle est la conception de notre travail.

    Tous les produits du domaine sont certifiés AB et Demeter depuis 2009.

    Nous avons commencé l’application des principes de l’agriculture biodynamique en 2003, c’est une agriculture qui se cale sur les rythmes naturels, elle facilite les défenses naturelles de la plante et la régénération des sols, elle harmonise l’équilibre entre les forces telluriques et cosmiques.

    Nous avons d’abord expérimenté les préparations bio dynamiques sur les parcelles à problèmes et devant les améliorations constatées, nous avons généralisé l’approche à l’ensemble du domaine.

    Au fil des ans, nous constatons que, non seulement nos sols sont plus vivants mais nos vignes sont plus vigoureuses et nos vins ont évolué vers un équilibre plus harmonieux.

    Les communes de Vinsobres et St Maurice sont situées dans le sud du département de la Drôme, dans la Vallée de l’Eygues. Elles regardent la face nord du Mont Ventoux.

    Le climat est de type méditerranéen, propice à la culture de la vigne et de l’olivier.

    Le côteau au sol argilo calcaire et caillouteux nous offre de belles expositions sud, sud-est, nous y cultivons le grenache, le cinsault, le mourvèdre, la syrah.

    Le plateau à plus de 400m d’altitude est plus argileux et très caillouteux.

    Toujours venté, il nous procure des conditions plus fraîches, nous y cultivons la syrah et les cépages blanc : roussanne, marsanne, viognier.

    La plaine de l’Eygues, fertile, est la situation idéale pour les cépages « venus d’ailleurs », nous y expérimentons le chenin, le vermentino, le chasselas le caladoc, le merlot, la syrah.

    Nos parcelles sont bien regroupées autour de la ferme ce qui facilite le travail en biodynamie.

    Notre vent local :

    Le Pontias est très important pour le terroir de Vinsobres. Vent thermique matinal froid et sec, il naît à Nyons. L’été il rafraichit la Vallée, il évite les rosées matinales souvent génératrices de maladies, au printemps, parfois, il protège les cultures des gelées.

    NOTRE CONCEPTION DE L'AGRICULTURE

    Nous avons d’abord choisi de travailler en agriculture biologique qui nous semble plus respectueuse de la terre et des hommes, c’est devenu une évidence pour nous à la fin des années 90.

    Puis, nous avons eu envie d’aller plus loin en appliquant les principes de l’agriculture biodynamique en 2003, c’est une agriculture qui se cale sur les rythmes naturels, elle facilite les défenses naturelles de la plante et la régénération des sols, elle harmonise l’équilibre entre les forces telluriques et cosmiques.

    Nous avons d’abord expérimenté les préparations bio dynamiques sur les parcelles à problèmes et devant les améliorations constatées, nous avons généralisé l’approche à l’ensemble du domaine.

    Au fil des ans, nous constatons que, non seulement nos sols sont plus vivants mais nos vignes sont plus vigoureuses et nos vins ont évolué vers un équilibre plus harmonieux.

  • Domaine Chevalier

    Domaine Chevalier

    La Cave Chevalier est implantée dans la Drôme, entre Lyon et Marseille, dans le sud de la France.

    Le climat et les cépages sont à l’origine de la qualité des vins de la Cave Chevalier. Nées de la fusion, du travail de l’Homme et de la Terre, les vignes restituent ce doux nectar. La Nature est préservée.

    L’exposition au soleil lui permet d’obtenir des récoltes de qualité. Les vignes poussent au chant des cigales et le raisin se délecte de chaque rayon de soleil. Sa position septentrionale permet d’exprimer tout son potentiel aromatique.

    Marlène Chevalier

    Après des études en marketing et une expérience professionnelle dans le monde de la publicité, s’investit dans la Cave Chevalier.

    Diplômée du niveau I “Initiation à la Dégustation” à l’université du Vin de Suze la Rousse, Marlène est en charge du développement commercial. Elle répond aux demandes des clients, en terme marketing produit, de logistique à travers les 5 continents. Marlène est votre interlocutrice privilégiée.

    Nicolas Chevalier

    Après des études en arboriculture et viticulture en maitrise des fermentations, souhaitait découvrir d’autres manières de vinifier. C’est pour cela, qu’il décide de migrer vers d’autres contrées, exploitant les vignes : l’Australie, l’Afrique du Sud et les Etats-unis. Son carnet de bord est riche.

    En 2001, Nicolas s’envole pour l’Australie pour 6 mois, participe aux vendanges et à la vinification de la Shiraz au nord d’Adélaïde, dans la clare Valley.

    Puis il décolle pour les Etats-Unis, chez Kendall Jackson, à Monterey, en Californie, le second groupe viticole (en terme de volume) des Etats-Unis. La cave Kendall Jackson est reconnue comme une institution aux Etas-Unis, pour la Culture d’excellents blancs dont le chardonnay blanc.

    En mai 2002, il part pour l’Afrique du Sud, à proximité du Cap, pour découvir le Domaine de Boschendal à Stellenbosch. Ce domaine, qui vinifie depuis plus de 3 siècles, s’est imposé comme référence africaine en terme de qualité de ses vins.

    Il revient de ses différents déplacements avec une parfaite connaissance des techniques de vinification des différents cépages, dans ces différentes contrées vinicoles. Il les met en œuvre pour ses vins.

    Nous sommes en constante recherche d’évolution afin de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires, voici un exemple de nos actions :

    -récupération des emballages usagés ;

    -enherbement du vignoble ;

    Cet aspect de l’environnement est important pour nous pour travailler dans une meilleure qualité possible et nous essayons d’évoluer afin d’améliorer le respect de la nature qui est notre outil de travail.

    Nous sommes en train de passer toute l’exploitation en HVE niveau 3 (Haute Valeur Environnementale) pour l’ensemble de nos produits. La certification devrait être effective pour la saison 2020/2021.

  • Domaine d'Anglas

    Domaine d'Anglas

    LA PROPRIÉTÉ

    UN PEU D’HISTOIRE…

    vlcsnap-2015-06-02-09h56m20s89Situé dans l’Hérault, sur la commune de Brissac, petit village au pied de la Séranne*, le Domaine d’Anglas appartient à la famille Gaussorgues depuis 1896, date à laquelle l’arrière- grand-mère de Roger, Marie, en hérite. Au début du 20ème siècle, suite au déclin de la soie, elle décide de tourner la page et fit arracher les mûriers, l’arbre nourricier du ver à soie.

    On peut encore en voir sur la propriété ! De beaux arbres qui, s’ils pouvaient parler, nous conteraient les histoires d’antan…

    Vous trouverez également sur le domaine une ancienne magnanerie datant du 17ème siècle, on peut y voir un puits où l’eau était remontée grâce au manège d’un petit âne.

    Cette eau-là…on ne devait pas se permettre de la gaspiller en voyant le labeur de ce docile animal !

    Elle fit planter 60 ha de vignes et fit construire sur le domaine une cave en conséquence.

    En 1925, Son fils , André Gaussorgues, le grand-père de Roger, prit le flambeau.

    La-propriete-DomaineAnglas-01En 1929, afin de mieux organiser la commercialisation des vins du secteur, il fut un des instigateurs de la cave coopérative de Saint Bauzille de Putois.

    En 1971,Jean Gaussorgues, un de ses fils, l’oncle de Roger, préserva le vignoble et développa en pionnier sur le domaine des activités touristiques le long du fleuve Hérault qui borde une partie de la propriété.C’est en regardant son grand-père que Roger souhaite devenir vigneron et part faire des études forestières.

    À 20 ans, il revient au domaine et se lie d’amitié avec Louis, un employé agricole italien travaillant sur la propriété, qui lui transmet son amour de la vigne et lui apprend le métier de vigneron : Taille manuelle de la vigne, ébourgeonnage, palissage, dépointage, sarclage…

    De cette époque, il garde un souvenir ému de ses nombreux échanges avec Louis.

    Malgré les difficultés, il s’obstine et comme son arrière-grand-mère, son grand père et son oncle avant lui, il continue le développement du domaine d’Anglas en maintenant l’harmonie entre la vigne et la nature environnante.

    *La montagne de la Séranne est une barrière naturelle haute de 700 à 942 m où culmine le Roc Blanc. Elle est parcourue d’anciens sentiers empruntés par les bergers et leurs troupeaux. Cette montagne longue de 25 km est le dernier rempart avant le Causse du Larzac. 

    LE DOMAINE VITICOLE

    Le vignoble du domaine d’Anglas est un vignoble confidentiel de 12ha, situé au cœur d’un cirque naturel de 115 hectares de nature orienté au sud vers la Méditerranée et au nord vers les Cévennes et le Larzac.

    En 1996, Roger décide de créer de nouvelles parcelles sur des terrains à fort potentiel qualitatif, notamment sur le plateau faisant face au Château du village de Brissac, mais cela nécessite un énorme travail de défrichement.

    Un dimanche d’hiver, accompagné de son épouse Carole, il décide de terminer le défrichement en enlevant les gros blocs de rochers qui restaient sur la parcelle avant d’y planter les vignes.

    Devant ce labeur colossal, ils se rendirent à l’évidence, ils n’y arriveraient pas seuls !

    Ils décidèrent d’économiser pour faire venir au bout d’un an un bulldozer afin de broyer ces énormes rochers.

    Une fois la vigne plantée, elle mit 7 ans pour produire ces premières grappes de raisins. Ce sont des petits raisins délicieux, gorgés de sucre et de soleil. Cette vigne a donné le meilleur d’elle-même. On admire son courage lorsque l’on voit où elle est plantée ! Elle est située sur un sol argilo-calcaire composée à 90% de cailloux. Ses racines doivent descendre très loin pour chercher la fraîcheur.

    Le rendement est faible : 17hl /ha !!!! Mais la cuvée « Face au Château » est devenue aujourd’hui la cuvée icône du Domaine d’Anglas !

    Le terroir donne tout son caractère aux raisins et permet de faire un vin de qualité ! Ce qui renforce la typicité du domaine.

    Aujourd’hui, il produit 9 vins: 2 AOP Terrasses du Larzac, 3 AOP Languedoc, 2 IGP Pays d’Hérault, 2 Vin de France et 1 Vin Mousseux.

    Ces vins sont le reflet de sa personnalité : authentique, généreux et respectueux !

    Depuis 1993, avec son épouse, Carole,  ils ont transformé le camping à la ferme de leur oncle en un camping de charme proposant des hébergements de qualité au cœur du vignoble (www.camping-anglas.com).

    C’est l’occasion pour le vigneron de partager son métier « passion » et de faire découvrir ses produits.

    Si vous avez le privilège de découvrir le Domaine d’Anglas à l’occasion des diverses animations organisées tout au long de l’année, vous pourrez admirer les paysages magnifiques qui entourent ce joli vignoble!

    LEUR PHILOSOPHIE BIO

    C’est en 1994, qu’il décide de façon définitive d’éliminer toute utilisation de produit chimique. En effet, cette année-là c’est la naissance de son premier enfant.

    A l’automne de cette même année ,de fortes pluies inondèrent le vignoble.

    Très observateur, Roger s’aperçoit que la terre au pied des vignes non labourées et traitées avec des produits chimiques avait disparue tandis que les autres vignes labourées et non traitées n’avaient subis aucun dommage.

    Cela confirma son intention de cultiver le domaine en agriculture biologique.

    En 1999, Roger sort de la coopérative de Saint Bauzille de Putois, que son grand-père avait fondé avec d’autres vignerons en 1929,  pour développer une gamme de vins rares et de qualité sur 12 ha de vignes, et a choisi de cultiver ses vignes en Agriculture Biologique, démarche pionnière pour l’époque, mais évidente tant elle lui semblait juste et en accord avec lui-même.

    Les Labels Écologiques du Domaine d’Anglas:

    1999: labellisé Ecocert (agriculture et vinification biologique)

    2012: labellisé Nature & Progrès (association écologique française indépendante)

    2014: labellisé Clef Verte (label environnemental international pour les hébergements touristiques et les restaurants)

    En appliquant ainsi des méthodes respectueuses de l’environnement, il protège l’écosystème de la terre et la ressource en eau en diminuant le risque de pollution des nappes phréatiques ainsi que la santé de toutes les personnes gravitant autour du domaine : famille, employés et clients.

    LE SAVOIR-FAIRE

    UN TRAVAIL HORS NORME

    Carole et Roger se sont engagés à vous offrir des vins du Languedoc authentiques, vinifiés dans le respect de la tradition et du terroir…

    Ils ont privilégié la qualité à la quantité en produisant 2 fois moins qu’un vignoble classique : 25hl/ha au lieu de 60hl /ha !

    Les seuls traitements réalisés sont effectués uniquement avec des produits naturels ne comportant aucune molécule chimique afin d’aider la vigne à se défendre par elle-même et garder les sols vivants.

    LES VENDANGES MANUELLES

     

    Ils ont choisi de cueillir le raisin à la main pour préserver les grappes entières et effectuer une sélection minutieuse des meilleurs raisins. Les grappes abîmées ne sont pas vendangées.

    La cueillette du raisin commence uniquement  lorsque les grains atteignent leur maturité maximale.

    Les vendanges ont lieu à l’automne, généralement au mois de septembre et octobre.

    Pour limiter la manipulation du raisin, les grappes coupées au sécateur sont déposées délicatement dans un panier. Puis les paniers sont vidés dans des caissettes.

    Les caissettes sont alors  transportées sur une remorque jusqu’à la cave.

    Le raisin vendangé peut être utilisé comme fruit frais, pour celles ou ceux qui veulent faire « leur cure de raisin BIO » !

    Découvrez le livre photographique du Domaine d’Anglas !

    LA VINIFICATION

     

    La vinification est l’opération qui transforme le raisin en vin.

    C’est une des étapes la plus importante dans  la création d’une cuvée.

    Plus on a le souci du détail plus la qualité du produit augmente.

    La vinification se déroule en 2 étapes :

    La fermentation levurienne, qui est le processus chimique naturel pendant lequel le jus de raisin va se transformer en alcool.

    La fermentation malolactique, agit quand la précédente étape est terminée.

    Elle permet de garder une qualité constante du vin et diminue son acidité.

    Ici, au domaine, ils pratiquent une vinification artisanale et naturelle, sans ajout de sulfites, ce qui permet de conserver l’expression pure du raisin.

    Chaque étape de la vinification est organisée avec délicatesse afin de respecter la qualité naturelle du raisin.

    Grâce à une cave semi enterrée, vestige de l’arrière-grand-mère, le jus s’écoule par gravité directement dans les cuves.

    L’ÉLEVAGE

    Très peu de pompages sont nécessaires pendant l’élevage des vins.

    Certains vins sont élevés :

    En barrique de chêne:  « Face au Château », AOP Terrasses du Larzac rouge « Chemin des Moutons », AOP Terrasses du Larzac rouge, « Face au Château » AOP Languedoc blanc, et  « Bordée par les Mûriers » AOP Languedoc  rosé.

    En foudre de chêne:  « Esprit de la Garrigue » AOP Languedoc rouge et « Le Petit Roy » IGP Pays de l’Hérault.

    Ainsi l’élevage des vins du Domaine d’Anglas se prolonge en douceur et en finesse.

    L’ASSEMBLAGE

    Savoir-faire-DomaineAnglas-VignobleL’étape de l’assemblage des vins, avec l’aide de l’œnologue, permet de finaliser sublimement les différentes cuvées.

    Grâce à un travail soigné et appliqué, tous les vins du domaine sont très stables naturellement et pourront après la mise en bouteille se garder de nombreuses années ( dans de bonnes conditions de stockage pas plus de 14°): ils continueront à se bonifier lentement dans le temps.

    Il en résulte des vins sans artifices marqués par leur terroir d’origine…

    LA MISE EN BOUTEILLE

    La mise en bouteille est réalisée à la propriété.

    C’est l’étape finale qui conclut l’élevage du vin avant  sa commercialisation.

    Ce jour-là, plusieurs opérations sont réalisées : la filtration, le tirage, le bouchage, le capsulage, l’étiquetage, le contre-étiquetage et la mise en carton.

    L’ALMANACH DU VIGNERON

    L’ECO-PASTORALISME:  PÂTURAGE DES VIGNES ET FERTILISATION DU SOL

    Durant l’hiver, de Décembre à fin Mars, 400 brebis viennent sur les terres du Domaine d’Anglas. Le troupeau pâture , fertilise les sols et entretien l’enherbement des vignes. Elle est complétée par des apports de fumier de moutons composté : d’ Octobre à Novembre.

    L’ÉBOURGEONNAGE

    Cela consiste à débarrasser la vigne de ses jeunes pousses inutiles : de mi-Mai à fin Juin.

    LES TRAITEMENTS

    Les seuls traitements réalisés sont effectués uniquement avec des produits naturels ne comportant aucun produit chimique de synthèse. Le cuivre et le soufre sont employés de façon modérée, en prévention, pour lutter contre des maladies comme l’oïdium et le mildiou.

    LE FAUCHAGE

    Il permet d’éliminer l’herbe sous la souche : de Mai à Juillet.

    LES LABOURS OU LE GRIFFONNAGE DES VIGNES

    Le labour ou le griffonnage permet de faire disparaître les mauvaises herbes : de Mai à Juillet.

    LE CONTRÔLE DE MATURITÉ

    Avec la présence de l’œnologue , cela permet de contrôler la maturité du raisin.

    LES VENDANGES

    C’est la récompense de tant de mois de labeur : de Septembre à Octobre. Les vendanges sont manuelles et la récolte n’a lieu qu’à maturation optimale du raisin ; les grappes sont soigneusement cueillies dans des caissettes. Les coteaux ensoleillés donnent une petite production de 20/25 hl par hectare.

    LA VINIFICATION

    La vinification est entièrement artisanale et naturelle, sans ajout de sulfite. Chaque étape de la vinification est organisée avec délicatesse afin de respecter la qualité naturelle du raisin. Grâce à une cave semi enterrée, vestige de l’arrière-grand-mère, le jus s’écoule par gravité directement dans les cuves.

    Très peu de pompages sont nécessaires pendant l’élevage des vins.

    L’ÉLEVAGE

    Une sélection de certains vins est élevée en fût de chêne et une autre en foudre. Ainsi l’élevage des vins du Domaine d’Anglas se prolonge en douceur et en finesse.

    L’ASSEMBLAGE DES VINS

    Cette étape permet de finaliser sublimement les différentes cuvées ! Elle se fait avec l’œnologue grâce à un travail soigné et appliqué.

  • Domaine de Fenouillet

    Domaine de Fenouillet

    Notre histoire

    Le Domaine de Fenouillet, situé à Beaumes de Venise, est heureux de vous présenter son histoire.

    Le domaine de Fenouillet situé dans les dentelles de Montmirail en plein cœur de la Vallée du Rhône, c’est là que l’arrière-grand-père de Patrick et Vincent Soard, « Casimir » fut le premier dans les années 1900 à vinifier et à être récompensé pour ses vins de la Vallée du Rhône.

    C’est son fils « Louis » dans les années 50 qui continuera l’élaboration du Muscat de Beaumes de Venise, cépage Muscat à petits grains, prestigieux vin de la Vallée du Rhône.

    Petit à petit le Domaine s’enrichit de nouvelles terres, de nouvelles appellations, telles que les Beaumes de Venise Rouge, les Ventoux en rouge, rosé et blanc ou le Côtes du Rhône rouge. Puis « Yvon » le père de Patrick et Vincent continue l’exploitation de ce merveilleux vignoble, en préparant l’avenir et en leur inculquant l’amour du métier de vigneron et le respect de l’environnement.

    Ce qui les conduit naturellement vers l’Agriculture Biologique pratiqué depuis 2009. En constante évolution, le domaine est conduit en culture Biodynamique et utilise l’isothérapie sur ses vignes. Il n’a de cesse de protéger son environnement et laisser une terre vivante aux générations futures.

    Ces vins de Beaumes de Venise vous permettrons des accords mets-vins incroyables. En effet mariez notre Muscat cuvée Ancestrale à un comté jeune et réalisez une alliance d’exception.

    Une variété de terroirs exceptionnels aux parcelles bien exposées, réparties sur 9 communes. On retrouve principalement :

    des sols sableux du miocène à Beaumes de Venise.

    des coteaux caillouteux de Saint-Hippolyte.

    des terrasses argilo-calcaires au cœur des Dentelles de Montmirail.

    des sols sableux caillouteux des Garrigues et argilo-calcaires de la Ponche

  • Domaine de Grangeneuve

    Domaine de Grangeneuve

    Grangeneuve a été créé il y a 50 ans par mes parents, Odette et Henri BOUR.

    Que de chemin parcouru depuis le début de  l’aventure entreprise alors qu’ils avaient presque l’âge de la retraite !

    Il nous aura fallu des dizaines d’années de travail acharné pour arriver à faire connaître nos vins, depuis la création de notre vignoble au lieu et place  des bois de chênes, dans une AOC totalement méconnue, jusqu’à ce jour où nos vins figurent sur la carte de très beaux établissements y compris de nombreux restaurants étoilés.

    Nous devons certainement notre succès à notre niveau d’exigence de qualité.

    A Grangeneuve, rien ou presque n’est laissé au hasard, sauf la météo !

    Nous pratiquons la culture raisonnée, nous travaillons les sols régulièrement, nous utilisons les produits les moins agressifs possibles.

    Nous vendangeons à parfaite maturité en fonction des objectifs de chaque cuvée.

    Nous effectuons des vinifications soignées, précises, afin de mettre en valeur nos raisins, fruits de notre terroir. Les vinifications sont réalisées par cépage et par parcelle, en nous adaptant au potentiel de chaque vigne et aux objectifs que nous nous sommes fixés pour chaque cuvée.

    Nous investissons régulièrement dans le matériel de cave et de vinification afin de progresser chaque année dans notre recherche de qualité.

    Nous sommes animés par le désir de faire des vins de qualité, sans concession aucune, avec une profonde considération pour notre clientèle.

  • Domaine de l'R

    Domaine de l'R

    Le Domaine

    La philosophie

    Le Domaine de l'R, c'est une viticulture en phase avec les éléments qui la composent : le sol, l’eau et… l’air.

    La conduite du vignoble se fait de manière la plus naturelle possible en travaillant le sol et en protégeant les vignes du mildiou et de l’oïdium avec du soufre et du cuivre.

    Les vendanges sont manuelles et les raisins transportés par caisses.

    Au chai, les encuvages sont réalisés par gravité dans des cuves en ciment brut. Les remontages et les soutirages se font logo-abquand les jus et les vins le demandent. Le soufre n’est là que s’il est nécessaire… La dégustation, omniprésente lors de la vinification et de l’élevage, conduit les décisions.

    L'Histoire

    Frédéric Sigonneau, après un parcours initiatique l’ayant mené jusqu’en Espagne (Dominio de Atauta, Ribera del Duero), revient en Touraine en 2004 et fonde trois ans plus tard son domaine sur les vestiges du domaine familial à Cravant les Coteaux. En 2015, Fred retrouve les 8 ha originels du domaine, qui n’attendaient que d’être réveillés.

    Le Vignoble

    Le cabernet franc, cépage rouge emblématique de la Loire constitue l’ensemble du vignoble de l’R. Les vignes ont en moyenne 60 ans et s’étendent sur les graviers de la rive droite de la Vienne, au cœur de l’appellation Chinon.

    Mais Fred veut du nouveau… En 2015, il se lance dans l’aventure du blanc, en plantant sur des coteaux 25 ares de chenin qui donneront leurs premiers jus en 2018.

  • Domaine de la Bouvaude

    Domaine de la Bouvaude

    Bordée à l’ouest par la Vallée du Rhône, et à l’est par les premiers contreforts Alpins, la Drôme provençale dans sa diversité de paysages, de couleurs et de parfums, séduit le visiteur…

    A l’écart de l’agitation du sillon rhodanien, au cœur de ces paysages où le souffle de la Provence semble ralentir le temps, Rousset-les-Vignes dans son écrin de garrigues, s’offrira à ceux qui sauront prendre le temps de sortir des sentiers battus.

    C’est dans ces lieux exceptionnels , où les femmes et les hommes cultivent la vigne depuis l’antiquité, que nous avons su, en conjuguant tradition et respect de la nature, construire la notoriété du Domaine et de nos vins.

    Petite exploitation de caractère, où le métier de vigneron s’exprime complètement, le Domaine de la Bouvaude produit de grands vins régulièrement cités et médaillés.

    Pour pouvoir décrire nos vins, je me dois de vous parler du terroir, du lieu.

    Ici, à Rousset les Vignes, il y a 20 millions d’années, la région était envahie par la mer. Celle-ci a déposé plus de 1000 m de sédiments.

    Sur le Domaine, vous verrez des plages fossiles. Sur les parcelles, les sols sablo-argileux se sont formés générant une finesse qui va caractériser l’ensemble des vins du Domaine. Les cultures ont toujours été  menées de façon éco-responsable, et cette année, nous avons pris la route pour la conversion vers l’agriculture biologique.

    Le Mistral, qui souffle parfois, assèche les feuilles des vignes et nous offre une protection naturelle contre les attaques des parasites.

    L’altitude (450 m), permet des vendanges un peu plus tardives que dans la vallée, ce qui facilite une maturité optimale des fruits tout en conservant de la fraîcheur dans les vins

  • Domaine de la Cadenette

    Domaine de la Cadenette

    Entre Nîmes et la Camargue, les vignes du domaine de La Cadenette sont regroupées autour du mas sur environ 60 hectares d'un sol de galets amenés par le Rhône. Quelques fois le mistral balaie et assainit le vignoble, mais souvent c'est un soleil cuisant qui chauffe les pierres et la vigne.

    Les Costières de Nîmes sont issus de l'assemblage de cépages Syrah et Grenache qui nous offrent des rouges fruités, relevés de notes épicées et réglissées et des rosés toniques et rafraîchissants évoquant la mûre et la groseille. Les vignes âgées de Merlot et de Carignan produisent les raisins qui donnent ensuite les vins de pays du Gard et pays d'Oc.

    Costières de Nîmes, vins de Pays du Gard et pays d'Oc, découvrez notre production de vins rouges, rosées et blancs...

  • Domaine de la Cotelleraie

    Domaine de la Cotelleraie

    Le Domaine de la Cotelleraie est une exploitation viticole qui appartient à la famille Vallée depuis plusieurs générations.

    La passion de la vigne et du vin…

    …je suis tombé dedans quand j’étais petit, comme on dit.

    Mon père Claude Vallée, qui a commencé à travailler à 14 ans, m’a transmis le virus du travail bien fait ainsi qu’un savoir-faire que je tacherai de transmettre à mon tour à mes enfants s’ils le souhaitent.

    Alors qu’en 1957 (lors des débuts de mon père), l’exploitation comptait 12 ha de vignes ainsi que des cultures d’asperges et d’arbres fruitiers, elle est représentée aujourd’hui par 27 hectares de vignes.

    Je représente donc depuis ma reprise en 1997 la première génération qui ne se consacre qu’au vin.

    Un approche plus respectueuse de l’environnement

    Conscient d’avoir hérité d’un domaine dont les vignes de cabernet franc sont plantées sur les meilleurs terroirs de Saint Nicolas de Bourgueil, j’ai décidé en 1999 de mettre en place une philosophie de culture biologique tant le respect de la plante, des sols et de l’environnement me semblait être une exigence de travail.

    Pour faire des vins de qualité, il ne suffit pas d’avoir des connaissances techniques, il faut aussi avoir de la sensibilité, savoir écouter la plante, lui laisser reprendre ses droits naturels et profiter d’un écosystème équilibré avec une vraie vie microbienne dans les sols.

    Le vin est une matière vivante qui se fabrique avant tout autour du cep de vigne tout au long de l’année.

    C’est pourquoi, mon équipe et moi-même avons mis en place un rythme de travail rigoureux de labour, de décavaillonnage, de binage et de traitement à base de souffre ou de cuivre à partir du printemps pour éviter l’usage de désherbants chimiques, engrais et autres pesticides.

    La réalisation d’un tel travail ne peut s’envisager qu’avec une équipe soudée et consciente des bien-fondés d’une telle démarche.

    Le biologique, plus qu’une certitude

    Enfin, il nous est apparu comme une évidence de concrétiser ce dur labeur de toute une année par la reprise des vendanges manuelles puis en 2009 par la demande de labellisation auprès d’Ecocert.

    En plus de respecter notre environnement, l’objectif de cette culture biologique est de créer des vins de qualité, des grands cabernets qui reflètent leur terroir, des vins francs, frais, fruités, élégants et dotés d’une belle matière.

    Chaque année nous tient en haleine car, d’une année à l’autre, d’une cuvée à l’autre, la vigne ne répondra pas de la même façon.

    Et c’est cela faire du vin….

  • Domaine de la Favière

    Domaine de la Favière

    Historique

    C’est donc ici que l’exploitation familiale a débuté, occupée en majorité par les arbres fruitiers.

    Petit à petit, elle s’est mise à aligner des rangs de vignes sur les coteaux abrupts et ensoleillés et s’est totalement reconvertie à la viticulture pour atteindre aujourd’hui environ 10 hectares en AOC Condrieu, St Joseph rouge et blanc et Vin de Pays .

    Nous bénéficions ici d’un terroir unique et d’un climat bien spécifique (type méditerranéen avec des hivers assez froids).

    Les sols sont durs et parfaitement drainé. L’eau s’y fait rare.

    Ceci exige de la vigne souffrance et efforts : Les racines doivent descendre pour s’alimenter en profondeur et extraire ainsi des arômes prestigieux.

    La philosophie du Domaine

    Nos méthodes de travail sont traditionnelles pour que chaque pied puisse délivrer la quintessence de ses fruits et que nos vins gardent un caractère et une typicité particulièrement appréciés.

    Résolument tournés vers une démarche de qualité au détriment du rendement nous pratiquons une conduite raisonnée de la vigne en respectant l’équilibre entre le végétal et la terre (nos traitements phytosanitaires sont modérés, nous n’utilisons pas d’insecticides et seulement des engrais organiques.

    Nos vendanges sont entièrement manuelles et nos vinifications des plus traditionnelles avec une utilisation bien dosée de techniques nouvelles et l’emploi de matériel moderne.

  • Domaine de la Madone

    Domaine de la Madone

    Nos vignes sont plantées sur des sols d’une grande diversité, en lien avec une faille géologique à l’origine de la formation du Forez à l’ère tertiaire, au moment de la poussée des Alpes.

    Nos cuvées reflètent le potentiel des basaltes autour des volcans (Cuvée La Madone), et des différents granits : Cuvée Migmatite riche en mica noir, cuvée Dacite riche en calcium.

    En agriculture bio depuis 2001, et bio-dynamique certifiée DEMETER depuis 2009, nous vendangeons manuellement toutes les parcelles, vinifions séparément chacune d’elles.

    Dans un seul but : laisser s’exprimer les différentes facettes de notre formidable terroir forézien.

    LA CRÉATION DU DOMAINE

    Au départ, dès 1997, en louant quelques parcelles de vieilles vignes et une cave dans mon village natal, en parallèle à une activité de commercial en vins. Pour tester ma motivation au rude métier de la vigne…

    Rapidement, profitant d’une restructuration chez mon employeur pour quitter l’entreprise aidé d’une compensation financière, nous avons acheté les premières parcelles de terres et de friches.

    Puis, dès 2001, nous plantâmes 4 hectares sur différents terroirs, dont une majorité autour du volcan de la Madone.

    En 2004, fut construit un chai entièrement neuf à Jobert, sur un terroir de Dacite.

    Par la suite et jusqu’à aujourd’hui, des plantations régulières et un agrandissement du chai nous ont permis de travailler environ 11 hectares de vignes, vinifiés dans un chai moderne fonctionnel.

    Nous sommes quatre à œuvrer quotidiennement au domaine :

    . Sandra, responsable administratif et en relation avec les clients.

    . Stéphanie, spécialisée dans les travaux manuels des vignes : taille, travaux en vert, gestion de l’équipe de vendangeurs.

    . Philippe, tractoriste et en charge de la partie entretien du matériel agricole.

    . Gilles, fondateur et gérant de la SCEA LES VINS DE LA MADONE.

    Toutes nos parcelles sont vendangées à la main, et un soin tout particulier est apporté à la réception de la vendange au chai.

    Nous ne sulfitons pas les jus avant fermentation, et limitons l’apport de soufre en cave au strict minimum, selon les caractéristiques du millésime.

  • Domaine de La Pigeade

    Domaine de La Pigeade

    Notre histoire a commencé au début des années 60, quand Nicole et Claude Vaute s'installent sur la propriété familiale.

    Issus tous deux de famille d'agriculteurs, ils seront pourtant la première génération de viticulteurs. Ayant eu la bonne idée de croire en la toute jeune appellation Muscat de Beaumes de Venise, ils n'ont eu de cesse de développer et d'étendre le Domaine, tout en laissant la vinification à la coopérative du village.

    Forts de ce travail d'orfèvre de mise en culture et de remembrement, c'est sur une superbe propriété de 25 ha (principalement plantée en Muscat) que s'installent leur fils Thierry et son épouse Marina. Bénéficiant d'un tel atout, ces derniers décident de construire leur propre cave dans laquelle le premier millésime verra le jour en 1996.

    Situé en plein cœur de la Provence et de la vallée du Rhône, le Domaine chevauche quatre appellations prestigieuses : Muscat de Beaumes de Venise, Vacqueyras, AOC Ventoux et Vin de Pays de Vaucluse. Dans un magnifique écrin de verdure, notre bâtisse du XVIème siècle abrite aujourd'hui nos chais de vinification et d'élevage.

    Aux pieds des Dentelles de Montmirail, à quelques kilomètres du Mont Ventoux et du Luberon, notre position géographique nous permet de bénéficier d'un micro climat exceptionnel, propice à l'élaboration des meilleurs vins.

    Accompagnés aujourd'hui d'une équipe jeune et motivée, sur une propriété de plus de 30 ha nous renouvelons chaque année notre engagement devant notre dieu Bacchus à produire des vins de qualité, dignes d'être servis sur vos tables puis présentés à vos familles et amis.

  • Domaine de la Tour Penedesses

    Domaine de la Tour Penedesses

    Les vignes du domaine de la Tour Penedesses se situent à Faugères, dans l'immense forêt de garrigues, véritable niche écologique de chênes verts et de liège. 

    Le domaine existe depuis plus de onze générations et depuis 2000 il bénéficie du travail de l'Artisan Vigneron Alexandre Fouque.

    Le vignoble, planté à plus de 80% en coteaux, est cultivé familialement en culture raisonnée et présente les avantages de pouvoir produire sur de multiples appellations : AOC Faugères, AOC Coteaux du Languedoc, Vin de Pays D'Oc.

    LES INFORMATIONS TECHNIQUES DU DOMAINE

    Zonage des parcelles suivant l’encépagement, l’âge des vignes, le type de taille, le mode de palissage, la culture du sol et la nature géo pédologique des sols pour définir des unités culturales.

    Notre Domaine a dressé une étude des potentialités du Terroir pour exploiter la richesse et la diversité de ses sols et microclimats.

    Conduite en Gobelet pour les vieilles vignes et en Cordon de Royat pour les vignes nouvelles (17 ans pour les plus jeunes) sur Syrah, Mourvèdre et Merlot avec taille courte à 2 yeux.

    Rendements limités oscillants entre 15 hl/ha sur les sols maigres et pierreux et 45 hl/ha en situation de bas de coteaux en sols détritiques et profonds de Vin de Pays d’OC.

    Culture organique, seul sanctuaire d’une vie sauvage.

    Culture raisonnée et environnement protégé pour suivre une charte interne coordonnée avec la Chambre d’agriculture de l’Herault.

    Ces directives privilégient les fertilisants naturels, le travail du sol avec une limite drastique des désherbants, et un apport limité des produits phytosanitaires basé sur l’observation et le raisonnement des interventions.

    Sur le Domaine de La Tour Penedesses, des analyses de sol sont réalisées tous les 2 ans pour compenser les exportations de matières organiques dommageables pour la qualité du sol car ils constituent la « nourriture » des micro-organismes et permettent à la vigne de s’alimenter et tirer parti des spécificités de la roche mère, donc du Terroir.

    Nous utilisons un compost de fumier de chèvre/brebis avec paille en association avec l’incorporation annuelle des sarments broyés et enfouis dans nos sols.

    Traçabilité totale de la qualité amont :

    - État visuel (suivant les stades phénologiques) par N° cadastraux ou unités culturales,

    - Travaux culturaux des sols,

    - Traitements fongicides et insecticides,

    - Apports de matières organiques,

    - Matériels utilisés et temps passés par les employés vignerons,

    - Fiches de maturité et Fiches de récolte.

    Travail du sol évitant les désherbages chimiques excessifs favorisant vie microbienne et prospection en profondeur du profil racinaire.

    Cueillette manuelle en caisses de 50 kg ou en petite bennes de 1000 kg correspondant à un transport sans écrasement ni trituration des vendanges.

    Tri sélectif de la vendange tant sur l’état sanitaire que sur la maturité propre à développer une notoriété de grands rouges.

  • Domaine de la Verpaille

    Domaine de la Verpaille

    Notre Domaine

    Nous sommes la 5e génération à faire partager notre passion à travers ce domaine familial situé au cœur du Cru Viré-Clessé.

    "LE BIO POUR REVELER NOS TERROIRS."

    Cette philosophie se traduit par la recherche de sols équilibrés et vivants.

    La vigne, nourrit par ces terroirs, donne naissance à un raisin d'excellence.

    En cave, nous savons être discrets et laisser au vin le temps de s'exprimer.

    L'authenticité de notre travail permet à nos différentes cuvées de révéler toute la richesse de nos terroirs.

    Nous produisons principalement du vin blanc sec avec le cépage CHARDONNAY. Cinq appellations se partagent la production du domaine :

    Viré-Clessé : cru du Mâconnais depuis 1998

    Mâcon-Villages : appellation régionale du Mâconnais

    Mâcon

    Bourgogne

    Blanc de Blancs : Chardonnay élaboré en méthode champenoise

    Nous avons fait le choix d'une conversion à l'agriculture biologique depuis 2006.

    En 2009, nous avons obtenu le label agriculture biologique.

    Nos vignes sont entretenues à la fois par le labour et l'enherbement naturel maîtrisé. Nous limitons l'utilisation du soufre et du cuivre en redonnant à la plante ses défenses naturelles.

    Pour la vinification, nous mettons tout en œuvre pour exprimer au mieux le potentiel du raisin récolté, fruit de toute une saison de travail et de passion.

    Nous vendangeons à maturité optimale pour obtenir à la fois concentration et richesse aromatique.

    Le pressurage est le plus doux possible pour éviter toute trituration de la vendange.

    Les fermentations se déroulent lentement durant 3 à 6 mois grâce aux levures indigènes pour un meilleur respect de l'expression du terroir.

    Nous ne chaptalisons (sucrage) pas nos vins.

    Une fois les fermentations terminées, les vins sont élevés sur lies fines jusqu'à la mise en bouteille.

    Cet élevage permet un apport de gras et de rondeur au vin et favorise leur aptitude au vieillissement.

    Nos vins sont mis en bouteilles après 12 mois d'élevage.

    Tous nos vins produits par le domaine sont issus du cépage chardonnay.

    Le Bourgogne "Chardonnay" provient d'une parcelle située au lieu dit "Les Thorains". Vous saurez apprécier son élégance et sa fraîcheur.

    Le Mâcon-Villages "Vieilles Vignes" est issu d'une parcelle centenaire. Il donne naissance à une cuvée à l'expression aromatique intense.

    Le Viré-Clessé " Harmonie" est l'accord harmonieux des différents terroirs du Domaine. La clef de cette cuvée se joue de notes fruitées et florales.

    Le Viré-Clessé "Longchamp" est un climat situé en plein cœur de l'appellation, sur un sol argileux qui apporte puissance et rondeur à ce Chardonnay, vinifié et élevé 12 mois en demi-muid (d'origines françaises et de tous âges).

    Le Viré-Clessé "Virolis" est un climat situé sur les coteaux de Viré, sur un sol calcaire et peu profond qui révèle la minéralité et la finesse de ce Chardonnay, vinifié et élevé 12 mois en demi-muid (d'origines françaises et de tous âges).

    Notre domaine produit également un Blanc de Blancs "Extra Brut".

  • Domaine de la Ville Rouge

    Domaine de la Ville Rouge

    Le domaine

    Situé au coeur de l'appellation Crozes-Hermitage sur la commune de Mercurol (rive gauche du Rhône), le Domaine de la Ville Rouge est une exploitation familiale créé par Paul Girard en 1919.

    A son début l'exploitation comptait quelques hectares de vignes les raisins étaient livrés en cave coopérative. Par la suite, c'est Gaston qui gère la propriété, puis Edgar, son fils, s'installe en 1975 et reprend la totalité des terres.

    Depuis le domaine s'agrandit et se modernise. En 2006, Sébastien, études finies, rejoint son père.

    Depuis cette date, la vinification se fait entièrement sur le domaine et il compte presque une vingtaine d'hectares.

    En 2016 Audrey, la femme de Sébastien rejoint le domaine et prend en charge la partie administrative.

    Le domaine comprend:

    - Crozes Hermitage Blanc et Rouge:

    Appellation située sur la rive gauche du Rhône qui se décline en rouge élaboré à partir de Syrah et en blanc issus des cépages Roussanne et Marsanne. Pour les vignes du domaine, le sol de l'appellation est composé de couches épaisses de cailloutis roulés, mêlés à de l'argile rouge et formant des reliefs relativement plats, appelés plateaux ou terrasses(les Chassis, les Saviaux ...)

    - Saint Joseph Blanc et Rouge:

    Vignoble situé sur la rive droite du Rhône, l'unique cépage de l'appellation est la Syrah qui donne des vins puissants aux arômes d'épices poivrées. Notre parcelle est sur la commune de Tournon/Rhône, parcelle en terrasse avec de forte pente dont l'unique composante du sol et le granit en décomposition.

    - Quelques Vin de Pays (IGP) Blanc et Rouge.

    Vignoble situé au nord de Mercurol sur les collines argileuses donnant notamment des vins blancs de grande qualité, très parfumé, avec des notes florales et fruitées très développées.

    Notre démarche

    Travaillant en agriculture biologique depuis 2009 et utilisant les principes de la biodynamie (reconversion en 2013), nous souhaitons par notre rigueur, notre engagement et notre respect de la nature, valoriser notre vignoble et ses différents terroirs afin d'offrir des vins expressifs et authentiques.

    Au vignoble

    Notre travail est ryhtmé par les saisons

    En hiver:

    la taille

    l'entretien du vignoble et du palissage

    les amendements sous forme de fumier composté

    Au printemps/été:

    l'ébourgeonnage

    le relevage

    l'épillonnage(retrait des entre coeurs autour des raisins)

    le travail du sol

    les vendanges en verts(sélections des grappes)

    la protection du vignoble

    les vendanges et le travail en cave

    Les vendanges sont réalisées entièrement à la main et commence généralement mi septembre.

    Pour les blancs nous pressurons en vendange entière; c'est à dire que nous laissons la grappe pour un meilleur drainage des jus dans le pressoir.

    Nous effectuons un débourbage au froid pour clarifier les mouts puis la fermentation peut commencer en levure indigène, soit en fûts soit en cuves.

    Les blancs ont un élevage d'environ six mois et seront mis en bouteilles au printemps prochain.

    Les rouges sont éraflés 100%, nous effectuons une préfermentaire à froid de 4/5 jours puis la fermentation alcoolique démarre en levure indigène avec contrôle des températures, macération à chaud en fin de fermentation et décuvage.

    Pour l'élevage nous réalisons un élevage de 12 mois soit 100% en fûts soit en cuve inox cela dépend du type de vin recherché.

    Nous faisons du vin avec seulement du raisin aucun produit oenologique n'est ajouté si ce n'est qu'une dose de soufre pour la protection des vins contre l'oxygène.

  • Domaine de Lauzières

    Domaine de Lauzières

    UN DOMAINE VITICOLE AU CŒUR DES ALPILLES

    Niché au creux d’un vallon intact des Alpilles, au Sud-Est de la vallée des Baux de Provence, le Domaine de Lauzières s’étend sur 30 hectares de vignes, 25 hectares d’oliveraie et 16 de garrigue. De la précieuse alchimie de ce terroir argilo-calcaire, Christophe Pillon, propriétaire-récoltant, puise l’inspiration d’une double collection d’huiles et de vins respectueux des méthodes les plus naturelles.

    Viticulture biodynamique, élevage en amphores, vendanges manuelles de nuit, chaque phase d’élaboration est maîtrisée dans les moindres détails, où la main de l’homme se fait discrète pour que s’exprime la vérité de la nature.

    L’HISTOIRE DU DOMAINE DE LAUZIÈRES

    Lauzières a vraisemblablement été fondée au XVIe siècle, à l’époque où les huguenots se réfugiaient dans les Alpilles. Mais c’est en 1992 que Gérard Pillon et Jean-Daniel Schlaepfer, passionnés de vin, découvrent tout proche de la voie Aurelia, au cœur de ce terroir baigné de lumière, le Domaine de Lauzières.

    A la reprise, des travaux sont effectués pour dynamiser le Domaine. En 2011, Gérard Pillon passe le flambeau à son fils Christophe qui reprend le Domaine entièrement afin de concrétiser ses projets visionnaires.

    Entrepreneur dynamique, épicurien et engagé dans le développement durable, Christophe Pillon perpétue et renforce l’engagement du Domaine dans l’agriculture biologique et biodynamique tout en le modernisant dans le respect des traditions qu’il incarne. De 2013 à 2018, toutes les caves sont entièrement rénovées et la cuverie est intégralement remise à neuf.

    En 2015, la certification Demeter est délivrée aux vins ainsi qu’à l’huile d’olive. Demeter est la marque internationale de la biodynamie, présente dans plus de 50 pays sur tous les continents qui regroupe plus de 300 viticulteurs en France et plus de 700 dans le monde.

    VINIFICATION À LA FOIS TRADITIONNELLE ET NOVATRICE

    Vers la mi-août, la vendange entièrement manuelle et nocturne est réalisée par une équipe locale, fidèle et passionnée. Le raisin, directement amené en cave, est soigneusement trié. Les blancs sont directement pressés en grappe entière pour préserver leur qualité aromatique, tandis que les rouges sont égrappés puis encuvés en grain entier pour extraire le meilleur de leur complexité.

    Pour le rosé, celui-ci est un jus de goutte, c’est-à-dire, pressé par son propre poids, uniquement les premiers jus d’écoulement des raisins rouges sont soutirés. Toutes les fermentations sont faites avec les levures indigènes, se trouvant naturellement dans la pruine du raisin. Pendant que les jus pressés se transforment en vin, les températures, degrés, qualités olfactives et gustatives sont attentivement surveillés.

    La cuvaison des cépages rouges peut durer jusqu’à trois semaines et se termine par un pressurage en souplesse. Nos vins sont ensuite élevés pendant plusieurs mois sur lies fines en cuves inox ou en amphores.

  • Domaine de Ravanès

    Domaine de Ravanès

    Chargé d'histoire et de traditions datant de l'empire romain, le Domaine de Ravanès se situe sur les bords de l'Orb, à proximité de Béziers.

    Dès le début des années 1970, Guy Benin fut l'un des pionniers du réencépagement qualitatif en Languedoc, avec notamment l'introduction des cépages bordelais et des vignes palissées en région méditerranéenne. 

    Aujourd'hui Marc, docteur en Œnologie-Ampélologie de l'Université de Bordeaux, est vigneron expérimenté aux coté de ses fils, Axel pour la production et David pour la commercialisation. 

    Trois générations au service du domaine, d'une terre, d'un vignoble au caractère singulier.

    Les hommes du Domaine de Ravanès, grâce à leur savoir-faire, ont toujours priorisé la qualité avec le positionnement haut de gamme de leurs vins.

    L'un des événements marquants, illustrant parfaitement le choix d'une production qualitative, fût la distinction internationale reçue en 2004 à Londres lors d'une dégustation à l'aveugle. 

    En effet, 35 dégustateurs-journalistes ont placé la cuvée « Les Gravières du Taurou » devant le mythique « Petrus » sur le millésime 1999. 

    Le domaine  compte aujourd'hui une production sur 35 hectares en agriculture biologique et la vinification et l'embouteillage sont réalisés au domaine.

  • Domaine de Reuilly

    Domaine de Reuilly

    NOTRE DOMAINE VITICOLE

    Le vignoble de Reuilly a une longue histoire… très longue histoire puisque les premières vignes de Reuilly furent confiées au 7e siècle par le Roi Dagobert aux moines de L’Abbaye Royale de St-Denis.

    C’est en 1935 que Camille Rousseau, le grand-père maternel de Denis Jamain, s’installa à Reuilly et y planta ses premiers ceps de Sauvignon blanc.

    Le vignoble de Reuilly fût classé en Appellation d’Origine Contrôlée pour ses blancs dès 1937, un an après la mise en place du système des appellations au niveau national et en 1961 pour ses rouges issus de Pinot noir et ses rosés issus de Pinot gris.

    Au début des années 90, Denis Jamain décidait par passion du vignoble de reprendre le flambeau et d’acquérir un bel ensemble de parcelles sur la commune de Reuilly, véritable point de départ du développement du Domaine.

    Après avoir conduit l’exploitation en lutte raisonnée pendant de nombreuses années, il s’est converti à l’agriculture biologique en 2007 (certifié par Veritas) et à la biodynamie en 2011 (certifié par Demeter).

    Le domaine viticole Denis Jamain à Reuilly (36) comprend quatre lieux-dits principaux : Les Coignons, Les Pierres Plates, Les Chatillons, Les Conges, sur lesquels sont plantés 14 ha de Sauvignon blanc, 5 ha de Pinot noir et 4 ha de Pinot gris.

    Le Domaine bénéficie d’un terroir d’exception, essentiellement en argilo-calcaire de type Kimméridgien pour la culture de ses trois cépages et profite aussi de conditions climatiques très favorables pour la bonne maturation des raisins.

    Le chai de vinification à proximité immédiate des parcelles est doté d’installations modernes, performantes et assure une traçabilité parfaite des opérations et des produits. Il offre en outre des conditions d’hygiène et un environnement sanitaire irréprochable.

    LA PASSION DES HOMMES

    Denis Jamain et Patrick Ragu, le chef de culture, partagent une même passion pour le métier d’artisan vigneron qu’ils exercent. Ils ont tous deux la passion de l’excellence et privilégient toujours les choix susceptibles d’optimiser la qualité de la culture des raisins et de bonifier la winemaking.

    Ils considèrent que la terre qu’ils exploitent est un prêt et qu’ils se devront de la restituer, la plus saine possible, aux générations futures. Cette volonté de respect de l’environnement et du bien-être de la terre a pleinement motivé leur choix de l’agriculture biologique et de la biodynamie pour la conduite du vignoble.

    En plus de sa passion pour les vignes, votre producteur de vin Reuilly bio Denis Jamain a depuis son enfance une égale passion pour les arbres et il a la chance de pouvoir gérer une forêt familiale située à 15 kilomètres de Reuilly.

  • Domaine des Costes

    Domaine des Costes

    Notre histoire

    L’histoire de ce vignoble est inscrite dans son terroir. Ces quelques silex sont bien antérieurs à notre appellation et même bien avant la venue des vignes.

    Ils proviennent d’éboulis du Massif Central. Nos sols sont très riches en fer (couleur rouge) très favorable à l’expression de grands vins rouges.

    L’homme est bien petit à l’échelle du temps qu’il a fallu pour mettre en place ces terroirs d’exception.

    Découvrez notre magnifique domaine

    Le Domaine des Costes est une exploitation viticole certifiée en Agriculture Biologique depuis 2007. Située au cœur de Bergerac, son nom vient du vieux français qui signifie côtes ou coteaux.

    Un amour du vin et de la terre transmise au fil des années

    Le vignoble du Domaine des Costes appartenait à la famille Foucault au début du siècle dernier, il changera plusieurs fois de propriétaire.

    En 1992 nous reprenons la propriété en fermage.

    Toute notre attention est portée au vignoble et nous mettons en pratique nos connaissances du terroir et de la vinification pour produire des vins de Pécharmant représentatifs de l'appellation et mettre en valeur les différents terroirs.

    Nos vins se démarquent par leur finesse et leurs arômes.

    En 1999 nous décidons de rénover le chai ainsi que l'ensemble de la cuverie.

    En 2004 les vignes sont conduites en culture biologique et nous faisons la demande de certification.

    Cette démarche nous permet de mettre en avant une qualité haut de gamme, respecter l'environnement, et produire des vins bios de Bergerac appellation Pécharmant sur l'exploitation.

    Des vins biologiques de caractère

    En 1998 le domaine voit la naissance d'une nouvelle cuvée appelée la "Grande Réserve".

    Elle correspond à la sélection des meilleures parcelles de l'exploitation, elle est élevée pendant 2 ans en barriques neuves.

    Le vignoble

    Notre propriété se situe dans la commune de Bergerac, l'une des quatre communes autorisées à produire des vins qui disposent de l'appellation Pécharmant.

    L'exploitation s'étend sur plus de 11 hectares et produit principalement des vins rouges.

    Un terroir d'exception pour un vin exceptionnel

    Notre domaine dédié aux vins de Pécharmant a l'avantage de faire partie des rares zones du vignoble où l'on trouve un sol sablo-argileux et caillouteux issu des éboulis du Massif Central.

    Cette composition lui confère un terroir très favorable à la maturité des Cabernets, représentants à eux seuls plus de 50% de l'encépagement de la propriété.

    Un sol à la diversité incroyable

    Onze sols différents ont été répertoriés sur le domaine par la méthode "Hérody".

    Ils sont tous propices à la production de vins rouges de grande qualité et nous permettent d'élaborer des cuvées biens différenciées.

    Le saviez-vous ?

    Les arômes de fruits sont toujours présents et sont très intenses dans nos cuvées : c'est une caractéristique qui marque notre différence dans le panel des vins de Pécharmant.

    Notre propriété est référencée auprès de nombreux guides et a même été récompensée dans des concours pour la qualité de ses vins.

  • Domaine des Florets

    Domaine des Florets

    LE DOMAINE DES FLORETS, UN VIGNOBLE D'ALTITUDE

    Situé aux pieds des Dentelles de Montmirail, l’un des plus beaux sites classés de France, notre vignoble s’étend sur 4 hectares de terrain escarpé sur la commune de Gigondas. De vieilles vignes âgées de plus de 50 ans sont implantées jusqu’à 500 mètres d’altitude, sur des terroirs qualitatifs argilo-siliceux, permettant de produire des vins fins et pleins de fraîcheur.

    Nos vins sont suivis par l’œnologue Olivier Roustang.

    Fort de sa longue expérience en développement durable et protection de l’environnement, Jérôme Rathle, propriétaire des lieux, applique ces principes dans la viticulture et la vinification. Ainsi, le domaine est en conversion bio, et un soin tout particulier est attaché aux choix des matières premières et du conditionnement, à la gestion des effluents et de l’énergie, et à la rénovation du chai. L’approche bas carbone est privilégiée dans toutes les décisions techniques et d’investissement.

    L'exigence d'un terroir, la passion des vins, le respect de l'environnement...

    Les vignes sont situées au pied des dentelles Sarrasines. L’exposition Nord-Est permet d’apporter la fraîcheur nécessaire aux vignes pendant les périodes de sécheresse, évitant de puiser dans les ressources en eau pour l’irrigation.

    De par son passé de consultant en environnement, le vigneron est particulièrement sensible à la protection de l’environnement et de la biodiversité. Il lui est alors apparu naturel de convertir le domaine en bio et de mettre en place des programmes pour favoriser la biodiversité (ruches, nichoirs, agroforesterie…). Il a pour projet d'obtenir à terme la certification biodynamie et de développer de nouvelles approches pour une meilleure gestion de la microbiologie des sols, en harmonie avec les énergies telluriques et cosmiques.

    Le chai est à flanc de colline sur 3 étages, permettant un écoulement gravitaire naturel pour la vinification. Une ventilation naturelle apporte une température modérée constante tout au long de l’année, idéale pour la conservation des vins de manière non énergivore.

    La rénovation écologique du chai est en cours. Des choix de matériaux, d’utilisation des espaces, d’isolation et d’utilisation de puits canadiens permettent de limiter les impacts environnementaux. Chaque décision tient compte de la ressource en eau et d’une approche bas carbone, malgré les coûts économiques supplémentaires. La réutilisation de l’eau est privilégiée, et l’expansion foncière est limitée dans un souci de préserver les écosystèmes en place.

    Les principes de géobiologie ont été intégrés dans la rénovation pour s’assurer de la bonne influence des énergies lors de la vinification.

  • Domaine des Pierrots - Romaine D'Aniello

    Domaine des Pierrots - Romaine D'Aniello

    Découvrez le domaine viticole de Romain d'Aniello

    Cette exploitation est un domaine viticole situé en Nord Ardèche, au cœur de l’appellation Saint-Joseph. En effet, le jeune producteur a entièrement rénové la ferme de son grand-père, équipant ce nouveau bâtiment de matériels performants et d’une installation de dernière génération afin de produire des vins d’une rigueur irréprochable qui le caractérise très bien!  

    Le domaine réalise notamment deux cuvées très “spéciales”, une première en Saint-Joseph rouge qui fait référence à son grand-père “L’Empreinte de Papy” et une seconde en Saint-Joseph blanc qui cette fois fait référence à sa grand-mère “L’Esprit de Mamy”. Les volumes sur ces cuvées sont restreints, issus pour chacune d’une unique parcelle, il en ressort des vins authentiques et déjà présents sur de très belles tables.

    D’autres cuvées complètent ces deux haut de gamme, avec notamment un Saint-Joseph et un IGP Syrah pour les rouges, puis un Saint-Joseph blanc, un Viognier et une Marsanne.

    Romain vous invite à venir découvrir ses vins lors d’une visite au domaine où il se fera un plaisir de vous y accueillir.

    Découvrez l’historique de votre producteur de vins

    Après 4 ans d’études en viticulture et oenologie, Romain D’Aniello a débuté en tant que stagiaire auprès de vignerons de renommée comme Yves Cuilleron où il acquis un savoir-faire incontestable dans la production et commercialisation des mêmes cépages et mêmes appellations qu’il cultive aujourd’hui dans son domaine, notamment en Saint-Joseph blanc et rouge.

    Installé en 2017, le jeune vigneron cultive l’exploitation familiale baptisée “Domaine des Pierrots” en hommage à ses grands-parents qui s’appelaient Pierre et Pierrette. C’est ce dernier qui cultivait la vigne et apportait son raisin à la coopérative de Saint-Désirat.

    Actuellement, Romain D’Aniello conduit un domaine viticole dont la superficie est de 8,5 ha dont 6 ha en Saint-Joseph et 2,5 ha en IGP. Ces dernières permettent de proposer un grand nombre de cuvées à prix raisonnable. N’hésitez pas à visiter ce domaine situé à Félines au lieu-dit “La Remise”.

  • Domaine des Ronces

    Domaine des Ronces

    Domaine fondé en 1950 par Georges MAZIER sur la commune d'Orbagna, situé au sud du vignoble jurassien, sur les terres AOC COTES DU JURA. 

    L'exploitation fût reprise en 1986 par Michel MAZIER, fils de Georges. Au cours des années, le domaine s'est développé pour atteindre une superficie de 6 ha. 

    En 2010, le domaine est converti en Agriculture Biologique, il est certifié BIO en 2013.En 2014 le domaine s'est orienter sur la biodynamie ( utilise des plantes naturelles telle que la bouse de corne, la silice et de la tisane d'osier pour les traitement).

    En 2016 le domaine est certifié Demeter et la sucession à son fils Kevin MAZIER.

    La gamme proposée est très variée : du blanc floral au blanc typé, du rouge Pinot, Poulsard, Trousseau au Rosé, du Crémant Blanc, Blanc de noir au Crémant Rosé et sans oublier le vin de paille et le Macvin.

    Le Domaine des Ronces est un domaine familial créé en 1950 par Georges MAZIER avec 1 hectare. 

    A cet époque seul le chardonnay, un des principaux cépages du JURA, était travaillé. Situé au sud du JURA dans la commune d'ORBAGNA, le domaine est dans la région du sud revermont.

    En 1986, Michel MAZIER reprend la succession de son père. Il augmente la superficie à 6 hectares et diversifie sa gammme avec notamment des cépages rouges tel que le Trousseau et le Poulsard. Ces cépages sont typiquement jurassiens. Le Pinot noir complète cette gamme de rouge.

    En plus de faire évoluer ses rouges, le Domaine des Ronces plante des Savagnin, cépage blanc typique du JURA. Actuellement, le Savagnin représente 70 ares de l'exploitation.

    Depuis 2010, le Domaine des Ronces s'est converti en Agriculture Biologique et pratique la biodynamie. 

    Après 3 ans de travail d'effort de reconversion, les récoltes, à compté de 2013, seront certifiées bio dans leur totalité.

    Pratique cultural du domaine

    Depuis 2010, le domaine est axé sur une Agriculture Biologique avec des pratiques en biodynamie.

    Le travail de la vigne est en majorité sur une maîtrise des sols par le biais des travaux culturales (inter-ceps, butage, débutage, travail du rang de milieux,...) ainsi que par la maîtrise de l'enherbement par la tonte et travail du sol.

    L'objectif de ces pratiques est de redynamiser la vie microbienne du sol et de permettre aux racines une alimentation riche et régulière, et permettre une meilleure expression du terroir sur les cépages. 

    Vinification des vins du domaine

    La vendange s'effectue manuellement avec un tri dans la parcelle, celle-ci est ensuite emmenée dans la cuverie pour y être pressée.

    La première vinification est celle du Crémant du jura et du rosé où le pressurage se fait par sélection de jus.

    La fermentation du moût se fait naturellement par les levures indigènes présentes sur les raisins. Après sa première fermentation celui-ci aura une seconde fermentation qu'on appelle prise de mousse. A cette occasion, nous allons corriger la pression finale.

    Il restera 12 mois sur lattes pour effectuer son vieillissement.

    Le Chardonnay et le Savagnin sont élaborés avec des méthodes similaires pour le pressurage, seules les fermentations sont différentes. Elles se déroulent en tonneau avec les levures indigènes.

    Une fois les fermentations terminées, le vieillissement commence en barrique pour une période de 12 mois pour les Chardonnay et de 3 ans à 6 ans pour le Savagnin.

    L'élaboration des rouges s'effectue différemment. Les raisins sont mis dans la cuve après éraflage, et seront ensuite travaillés par le biais de pigeages pendant  la fermentation.

  • Domaine des Ronzes

    Domaine des Ronzes

    Le Domaine des Ronze est situé à Régnié à proximité du lieu-dit « La Ronze ».

    Ce domaine familial de 16 hectares de Gamay, convertit à l’Agriculture Biologique depuis 2006, est dirigé par Frédéric Sornin depuis 1984.

    L’âge moyen des vignes est compris entre 50 et 60 ans ce qui assure des rendements qualitatifs et relativement faible. 

  • Domaine des Vallettes

    Domaine des Vallettes

    Notre vignoble planté en Cabernet Franc s’étend sur 20 hectares à Saint Nicolas de Bourgueil, 3 ha. à Bourgueil et 3 ha. en Anjou.

    Les vignes de Saint Nicolas de Bourgueil et celles d’Anjou sont situées sur une terrasse alluvionnaire de sables et graviers de la Loire et celles de Bourgueil sont sur des coteaux argilo-calcaires exposés plein sud.

    Nous sommes viticulteurs dans notre village depuis 8 générations et nous produisons chaque année aux Vallettes environ 180 000 bouteilles.

  • Domaine Dominio Romano

    Domaine Dominio Romano

    Il s'agit d'un ancien témoignage dans lequel la culture romaine s'est liée avec la terre et le climat de la vallée du Duero en apportant sa vaste connaissance de la viticulture.

    Ainsi, ils ont jeté les bases de ce qui est aujourd'hui, des milliers d'années plus tard, une réalité : la conjonction parfaite d'un climat, d'un sol, d'une variété et d'une main sage qui recueille cette essence à l'intérieur d'une bouteille.

    En 2005, la famille Cusiné, suivant une longue tradition de passion et de dévouement dans l'élaboration de vins dans le Penedès sous le nom de PARÉS BALTÀ (au Penedès) et dans le Priorat connu sous le nom de GRATAVINUM, a décidé de lancer un nouveau projet dans la Ribera del Duero, en orientations fixées par les premiers vignerons de la région.

    Pour y parvenir, nous avons sélectionné des vignes qui reflètent le mieux leur philosophie : de vieilles vignes Tinto Fino réparties dans différentes zones de l'appellation, conduites en buissons, non irriguées et dirigées par des vignerons avec une passion particulière pour la viticulture.

    Le travail en cave a un objectif clair : transmettre le caractère du cépage autochtone Tino Fino, en bénéficiant du meilleur terroir de la région et en respectant en même temps la tradition et l'environnement.

    Le Climat

    Le climat de Ribera del Duero est façonné par ses conditions extrêmes :

    En hiver, le climat est continental, sec, venteux et très froid avec des températures qui descendent jusqu'à -20ºC.

    L'été est méditerranéen, chaud et sec, avec un fort contraste thermique entre la nuit (03-12ºC) et le jour (25 – 35ºC).

    Les précipitations sont rares, environ 450 mm par an (entre 75 et 92 jours de pluie par an). 

    Les sols

    Les vignes sont travaillées comme le faisaient nos ancêtres. Les vignes poussent très près du sol afin de se protéger du gel hivernal, et sont conduites comme des vignes de brousse sans avoir besoin d'irrigation et sont laissées libres.

    DOMINIO ROMANO possède quelques hectares (deux petites parcelles situées à proximité de la cave) mais nous achetons également du raisin à de petits vignerons locaux qui partagent notre philosophie et traitent les vignes comme si elles étaient un jardin.

    Fidèles à notre philosophie de respect de l'environnement, nous cultivons nos vignes et celles de nos collaborateurs en agriculture biologique, sans emploi d'herbicides ni de pesticides.

    Un petit trésor

    Parmi les vignobles se trouve un vignoble pré-filoxérique avec des ceps d'environ 125 ans, probablement l'un des plus anciens vignobles de la région. De ses raisins naît RDR, un vin plein de passion et d'élégance. Un véritable témoin de la grande unicité de l'histoire de la Ribera del Duero. 

  • Domaine Dominique Gruhier

    Domaine Dominique Gruhier

    Les Moines Cisterciens

    A la suite d’une donation du Seigneur de Tonnerre en 1212, les Moines de l’Abbaye de Quincy ont identifié à Epineuil un terroir exceptionnellement propice à une production viticole de qualité.

    Ils développent alors une activité considérable autour de ce très beau vignoble qui devient vite reconnu au-delà de nos frontières.

    Le vignoble prospère jusqu’à sa destruction par le Phylloxéra à la fin du 19ème siècle.

    Les vignerons replantent alors les meilleures terres viticoles

    Renouveau

    Les gelées destruction de 1956 détruisent à nouveau ce vignoble et un changement de génération fait que l’activité est presque abandonnée.

    Motivés par André Durand qui avait beaucoup œuvré pour rendre possible un projet de replantation, des vignerons ont commencé à réinvestir ce vignoble fin des années 1970.

    La famille Gruhier

    C’est en 1989 que mon père Jean-Paul Gruhier a l’opportunité de reprendre l’Abbaye du Petit Quincy, aussi appelée le Château d’Epineuil. Passionné de patrimoine et  d’art, ce lieu magnifique mais en mauvais état est un défi de taille que relèvent Jean-Paul et Malou ma mère.

    L’endroit est d’une beauté et d’une sérénité typique des lieux choisis par les cisterciens.

    En 1990 je reprends 4,5 ha de vignes et je rejoins mes parents au Petit Quincy où je réinvestis les dépendances en vue de leur redonner leur destination initiale de Cellier. L’affaire n’est pas simple. De nombreux sinistres se succèdent tant au vignoble que dans la restauration du bâti.

    Au fur et à mesure des années, j’acquiert de nouvelles vignes que nous restaurons,  j’aménage le territoire pour planter de nouvelles parcelles et je continue les travaux de restaurations des bâtiments tout en développant notre activité commerciale.

    L’Abbaye du Petit Quincy, c’est aujourd’hui plus de 30ha de vignes et de nombreuses activités d’œnotourisme en cours de développement.

    Des vignes bio

    Notre conversion biologique a commencé en 2003.

    Aujourd’hui, grâce à cette démarche, nos vignes sont plus belles que jamais. La terre est fraîche et légère et elle sent bon, preuve d’une activité du sol riche.

    Les feuilles sont vertes et craquantes, synonyme de la bonne santé du végétal.

    En 2020 un diagnostique de notre écosystème a permis de constater que nous vivions dans un environnement riche en espèces et en sujets. Etat des lieux rassurant et motivant pour préserver et améliorer encore notre environnement.

    Un terroir

    Le terroir est une notion essentielle à ma vision du vin.

    Chaque cuvée doit porter et transcender cette perception intime de la terre.

    Pour cela le sol doit être vivant, la vigne doit s’y trouver bien afin que chaque racine et radicelle captent toutes les subtilités qui composent les grands terroirs.

    J’oriente plus que jamais ma réflexion sur cette notion essentielle.

    Une équipe

    Une équipe formée, impliquée et très volontaire s’applique chaque jour avec passion à prodiguer les soins nécessaires durant tout le cycle de la vigne, de la taille à la vendange.

    Sous la pluie, le soleil cuisant, dans ces moments de grâce où la nature se réveille, à l’aurore, au couchant, quand la douceur de la lumière invite au silence, quand les fragrances de fleurs de vigne emplissent nos poumons ; à chaque moment, le geste est là, précis et bienveillant.

  • Domaine du Moulin

    Domaine du Moulin

    Vignoble ou des caves souterraines voûtées en pierres destinées à l’élevage du vin, le Domaine du Moulin est un domaine familial qui tire son nom d’un quartier de la commune de Vinsobres où se trouvait un moulin à huile d’olive. Les cépages classiques des Côtes-du-Rhône : grenache, syrah et divers autres sont plantés sur un vignoble de vingt hectares en appellation d’origine contrôlée (AOC) Vinsobres.

    Sur ces sols argilo-calcaires, les propriétaires adoptent l’agriculture raisonnée depuis si longtemps que cela leur semble naturel. D’ailleurs, ils sont surpris que l’on prenne aujourd’hui cette démarche comme quelque chose d’extraordinaire.

    Aujourd’hui encore, les vignerons ont su conserver le cep gobelet, un cep de vigne qui tient debout tout seul et dont la vendange ne peut être faite mécaniquement. « La vigne forme un petit arbuste comme il y a cent ans, et cela apporte une meilleure aération des grappes et une meilleure répartition du soleil », explique Denis Vinson. La famille veut rester dans la pure tradition du vignoble.  

  • Domaine du Rieu Frais

    Domaine du Rieu Frais

    VIGNOBLE DE MOYENNE MONTAGNE

    Notre vignoble implanté de 420 à 600 m d’altitude sur des sols argilo-calcaire bénéficie d’un ensoleillement important ainsi que d’un microclimat particulier (à la fois méditerranéen et alpin).

    Ces conditions permettent la révélation de notre terroir.

    UNE VIEILLE FERME

    Les Baronnies sont une terre de vins depuis les Gallo-romains, à toutes les époques on retrouve des écrits sur le vin.

    De mémoire d’ancien, la vigne a toujours été très présente sur l’exploitation familiale en plus ou moins grande surface. Le grand père Julien faisait du vin dans une petite cave du vieux village et livrait le reste de la production à la cave coopérative. En 1983, Jean Yves et Dominique décident de vinifier la totalité de la production et c’est sur la très ancienne ferme familiale non loin du centre du village qu’ils ont créé le domaine.

    Les vieux entrepôts à blé des années 1900 abritent la cave de vinification.

    La bergerie de plus de 200 ans a été transformée en cave d’élevage.

    UNE HISTOIRE DE FAMILLE

    Notre famille est implantée depuis plusieurs siècles à STE JALLE. Les LIOTAUD sont une des vieilles familles de la vallée, on retrouve ce patronyme à partir du XIème siècle.

    Les 2 dernières générations ont mis en avant la viticulture et leur passion pour leur terroir. La nouvelle reprend le flambeau dans le même esprit avec les enfants; Alexandre, œnologue enthousiaste et Benjamin, formidable mécanicien.

    MA CULTURE BIO

    Notre vignoble de 35 hectares se situe dans une ancienne vallée glacière en plein cœur des baronnies.

    Grâce à cet isolement et à son climat méditerranéen particulier, notre vignoble est très peu sujet aux maladies de la vigne et à ses ravageurs.

    C’est dans un air pur et sur un sol préservé que s’épanouissent nos ceps.

    C’est tout naturellement aidé par la nature et dans un souci de protection de cette dernière que je me suis engagé dans l’agriculture biologique.

    Je cherche à intégrer au mieux la culture de mes vignes dans l’environnement en respectant la faune et la flore.

    Mon agriculture est durable et respecte l’Homme.

    RESPECT DU VIVANT

    Mon agriculture biologique exclue l’utilisation de toute molécule de synthèse et de tous désherbants.

    Je n’utilise que des produits naturels pour la protection de mes vignes : du soufre en poudre biodégradable, en très faible quantité du cuivre sous forme de bouillie bordelaise, des plantes sous différentes formes (tisanes, infusion, purin, résine), ainsi que du petit lait de chèvre du pays.

    Nous effectuons en moyenne 5 traitements par an ce qui est très faible. Le dernier traitement est pratiqué plus d’un mois et demi avant les vendanges.

  • Domaine du Serre des Vignes

    Domaine du Serre des Vignes

    L’historique du domaine

    Edwige et Sylvain ROUX fondent leur famille et eurent 9 enfants. Les 2 aînés Jean-Louis (18 ans) et Daniel (16 ans) alors orphelins, décident de faire fructifier leurs terres. en 1973, l’ AOC Tricastin est créée et accompagnés d’Emile Pellegrin, les 2 frères vont continuer à planter des Grenaches puis dès 1980, s’orienter vers le Syrah.

    De 1990 à 2000, Jérôme, fils de Daniel et jeune diplômé va prendre la responsabilité de l’exploitation. En collaboration avec son père et son oncle, il s créent en 1994 le GAEC du Serre des Vignes, rejoint par Vincent son cousin et fils de Jean-Louis.

    De 2000 à 2002 , la vinification se fait en coopérative et dès 2003, le début les premières vinifications en tant que particuliers démarrent, les premières médailles arrivent. La gamme de rouge s’étoffe en rosé puis en blanc puis dès 2007, le chais se construira et la mise en bouteille se fera dorénavant au domaine.

    Convaincus du bien fondé de l’agriculture biologique, Jérôme et Vincent se convertissent au bio durant 3 ans pour obtenir la certification en 2011.  L’appellation alors rebaptisée  « Grignan les Adhémar », le domaine prend alors le visage actuel comme un rêve qui se réalise.

  • Domaine Duclaux

    Domaine Duclaux

    Benjamin et David Duclaux : 2 frères

    Créé en 1928, notre domaine a été acheté par notre arrière grand-père et a surtout été développé par notre père Edmond Duclaux.

    Aujourd'hui, nous cultivons à la main 5,8 hectares de vignes sur les coteaux pentus de Tupin et Semons.

    Notre ambition est de produire des Côte-Rôtie élégantes typiques du sud de l'appellation Côte-Rôtie (issues d'une roche mère de Gneiss).

    Des vignes sur un dédale de murs

    Les premiers murs de Côte-Rôtie ont été construits durant l’époque romaine. Aujourd’hui, nous continuons à restaurer ces murs de pierres et à cultiver la vigne sur ces terrasses étroites. Ainsi, l’histoire se perpétue.

    Le vignoble du domaine Duclaux est entièrement situé sur Tupin et Semons dans le sud de l’appellation Côte-Rôtie. 

    Lieux-dits : Maison Rouge, Coteau de Tupin, le Collet, Tupin, Coteau de Bassenon.

    Surface : 5,8 Hectares.

    Sol : gneiss. Sol de couleur claire typique du sud de l’appellation Côte-Rôtie.

    Exposition : vignes plantées sur les coteaux de la rive droite du Rhône exposés sud, sud-est.

    Climat : semi-continental.

    Densité par ha : densité de ceps à l’hectare est forte; 1 cep par m².

    Palissage : chaque cep pousse sur un échalas (piquet en bois) de plus d’ 1,80 mètre.

    Encépagement : 95 % syrah (cépage rouge) et 5 % viognier (cépage blanc). Toutes les plantations actuelles sont réalisées avec des ceps issus de sélections massales.

    Moyenne d’âge des vignes : de 25 à 30 ans.

    Type de taille : 80 % en taille gobelet, 20 % en taille guyot.

    Porte-greffe : majoritairement en 3309 C (syrah) et en 110 R (viognier).

    Rendement : entre 35 et 40 hl par ha; vendanges en vert réalisées depuis 1993.

    Protection de l’environnement : nous sommes conscients de la richesse de ce terroir. Afin de le protéger, aucun insecticide et aucun acaricide ne sont employés.

  • Domaine Durand

    Domaine Durand

    Domaine familial d’une superficie de 20 hectares conduit aujourd’hui par deux frères, Eric et Joël.

    Il est situé sur les communes de Châteaubourg et Glun, au sud de l’appellation Saint-Joseph et Cornas. Le seul cépage rouge du domaine est la Syrah. Le vignoble traditionnel, planté sur des coteaux granitiques à forte pente est conduit en lutte raisonnée.

    La recherche d’un équilibre parfait de la vigne dans son environnement permet l’expression maximale du terroir au travers du cépage, et l’obtention d’une intense maturité du raisin indispensable pour l’élaboration de vins de grande noblesse.

    Les interventions culturales (taille, ébourgeonnage, relevage, rognage et vendanges) sont effectuées manuellement. Les vins sont élaborés avec le plus grand respect afin de révéler la personnalité de chacun en privilégiant la finesse et l’élégance.

  • Domaine Eric Thill

    Domaine Eric Thill

    C'est par amour de la vigne et du vin que nous nous sommes installés en 2009 dans les Côtes du Jura. 

    Nous exploitons 5.20 hectares de vieilles vignes sur la commune de Gevingey, dans le Sud Revermont, à quelques kilomètres de Lons le Saunier.

    Notre encépagement se compose de : 3.15 hectares de Chardonnay, 1 hectare de Savagnin blanc, 60 ares de Poulsard, et 35 ares de Pinot noir.

    Notre cave se situe sur la commune de Trenal à 5 km de Lons le Saunier.

    La viticulture, plus qu'un métier : UNE PASSION !

    La qualité du raisin avant tout !

    Notre premier travail est d'obtenir une vendange saine et à pleine maturité.

    La maîtrise de la taille permet de contrôler le rendement et ainsi d'obtenir un fruit concentré en sucres et en arômes.

    L'emploi de produits phytosanitaires est réduit à son plus strict minimum pour le respect de l'environnement et de la santé humaine.

    Les vendanges sont manuelles, triées à la parcelle, récoltées en caisses directement transportées des vignes à la cave pour éviter des triturations inutiles au raisin et ainsi respecter son intégrité.

    Le fruit : notre cheval de bataille !

    Lors des vinifications nous cherchons à obtenir le meilleur du raisin : les arômes variétaux, afin de vous offrir des vins fruités et floraux.

    Petits fruits rouges pour le poulsard ou fleurs blanches pour le savagnin et le chardonnay.

    Le Pinot noir sera soyeux et délicatement fruité.

    Pour nous, l'expression du cépage et du terroir passe par l'exaltation de ces arômes si flatteurs.

    De plus, nos rendements maitrisés  concentrent la vendange.

    Après un pressurage long (4h30) et doux, la fermentation se réalise à basse température pour conserver ce fruité si durement acquis durant la saison.

    Les vins sont ensuite élevés sur lies fines durant plusieurs mois.

    Les quantités de soufre utilisées sont réduites au plus strict minimum.

    Notre engagement

    Nous sommes attentifs à la qualité des vins mais aussi à la qualité du travail.

    A la vigne nous faisons beaucoup d'efforts pour consommer un minimum d'énergie fossile.

    Le rognage, le palissage et surtout les vendanges sont réalisés uniquement à la main.

    Nous raisonnons chaque intervention à la parcelle.

    Nous effectuons plusieurs fois, en saison, des comptages concernant la biodiversité présente dans nos vignes.

    Les vins blancs fruités et floraux ainsi que le rosé sont mis en bouteilles "bourgogne" légères, issues du recyclage.

    Ces bouteilles pèsent 395g contre 600g pour une bouteille "bourgogne" classique, de ce fait nous améliorons notre bilan carbone lors de livraisons ou de déplacement aux diverses manifestations.

    Pour information : nos bouchons synthétiques sont recyclables, veillez donc à bien trier vos déchets!

    Depuis septembre 2012 nous avons démarré la certification en Agriculture biologique, pour toujours rester fidèle à notre ligne de conduite : respect environnemental et santé humaine.

  • Domaine Ferrotin

    Domaine Ferrotin

    Situé sur la commune de Châteauneuf du Rhône en Drôme provençale, l'exploitation appartient à la famille Ferrotin depuis le XVIème siècle.

    Suite à la crise du phylloxera dans les années 1900, la polyculture a remplacé en grande partie la vigne, et la vendange n'a plus été vinifiée sur l'exploitation. Ce n'est qu'au début des années 2000 que Jean Claude, passionné par le vin, décida de re-vinifier sur l'exploitation.

    Actuellement le domaine possède 15 hectares de vignes mais cultive aussi des cassis, des amandiers et des céréales. La vigne, cultivée en agriculture raisonnée, est plantée sur des sols de galets roulés et produit des vins d’AOP Grignan les Adhémar et des Vins de Pays de la Drôme). “Aujourd’hui nous sommes fiers d’élaborer nos vins dans le respect des traditions afin de satisfaire les consommateurs connaisseurs ou amateurs.”

    Les cépages sélectionnés pour les vins rouges, les vins rosés (Mourvèdre, Syrah, Grenache) et pour le vin blanc (Roussane, Viognier) permettent d’exprimer au mieux les qualités et la typicité du terroir présent du domaine.

  • Domaine Gallety

    Domaine Gallety

    Les vins du domaine Gallety sont avant tout un art de vivre se transmettant à travers les générations, avec passion et dévouement. Ils font honneur à la fois au patrimoine familial et à la gastronomie française.

    La Famille GALLETY a acquis son domaine en 1974, dans un village ardéchois de caractère situé au sein de la commune de Saint-Montan. Il était initialement composé  de vignes, d’arbres fruitiers, de forêt et de garrigue, le tout sur 80 hectares.

    La production de vin a alors nécessité la restructuration de l’exploitation. Un travail colossal quant à la sélection des cépages et l’instauration d’une méthode de culture stricte, perpétuée par la suite. Aujourd’hui, le vignoble représente 15 hectares de vignes d’un seul tenant, autour d’une bâtisse aux couleurs de l’Ardèche méridionale.

    Depuis plus de 30 ans, Alain et son fils David-Alexandre s’accordent autour d’une passion commune : l’amour du vin. 

    Des vins se distinguant par la sélection minutieuse des cépages afin d’obtenir des mariages uniques, aux arômes fins et concentrés. Leur élaboration reflète le terroir et ses richesses, dans le plus grand respect de l’environnement. Cette rigueur permet l’obtention d’un raisin unique.

    Conformément à une démarche qualitative, chaque étape de la production des crus est minutieusement suivie et contrôlée, des vendanges manuelles jusqu’à la mise en bouteille.

  • Domaine Gayda

    Domaine Gayda

    Notre histoire

    Le Domaine Gayda a été construit en 1749 comme relais de poste pour les voyageurs où les chevaux étaient tenus rafraîchis et changés. Les bâtiments de la ferme ont depuis été transformés en logements de luxe.

    Les propriétaires Tim Ford et Anthony Record se sont associés au vigneron Vincent Chansault en 2004, créant ainsi le nouveau visage moderne du vin de la région.

    Sur le site du célèbre “Arbre de Moscou”, nous avons construit la cave, le restaurant et la boutique. Cet arbre emblématique tire son nom du titre cadastral des vignobles qui entourent le domaine. L’arbre était une balise de navigation utilisée par les pionniers de l'”Aéropostale” du service postal aérien rendu célèbre par des pilotes tels qu’Antoine de Saint-Exupéry.

    Le Domaine Gayda est passionné par les cépages traditionnels cultivés sur les nombreux sols et climats du Languedoc. Des cépages tels que le Cabernet Franc et le Chenin Blanc ont été plantés dans la ferme d’origine où les influences climatiques de l’Atlantique permettent à ces variétés importées de s’épanouir. Alors que les vignobles sont fermement ancrés dans la tradition et les “terroirs”, la cave elle-même est placée sous le signe de l’innovation, avec des investissements dans tous les équipements et technologies de pointe garantissant que la vinification et la maturation se déroulent dans des conditions optimales.

    Dans la plus grande région viticole du monde, le Domaine Gayda s’efforce de créer un vin dont la provenance et le sens de “l’être” reflètent la qualité et la diversité du Languedoc Roussillon.

    Notre philosophie

    "La qualité par l'intégrité" définit nos objectifs.

    Le Domaine Gayda fournit des vins de qualité exceptionnelle à ses clients du monde entier. Nous sommes une petite équipe passionnée, axée sur la qualité, qui atteint des objectifs suffisamment élevés pour nous mettre au défi dans tout ce que nous faisons.

    Nous sommes fiers de créer de la valeur dans tous nos vins, en nous efforçant à dépasser les attentes de nos clients. Nous croyons fermement que la création d’une qualité définissable est primordiale et fondamentale. Ces principes se reflètent dans toutes nos gammes… des vins honnêtes, des vins compréhensibles, des vins de grande valeur, tous élaborés avec une passion profonde, reflétant qui nous sommes vraiment.

    Les 4 terroirs du Domaine Gayda

    Nos vignobles s’étendent à travers le Languedoc et le Roussillon, marqués par une diversité de terroirs « uniques ». Les sélections parcellaires, issues de terroirs calcaire, de grès, granitique ou de schiste assurent une véritable singularité à nos vins et sont le témoignage de notre merveilleuse région.

    DOMAINE GAYDA

    Coordonnés GPS : 43°07’13.4″N 2°09’47.6″E

    Altitude : 200m

    Type de sol : Grès calcaire

    Cépages : Syrah, Cabernet Franc, Chenin, Sauvignon, Viognier

    Orientation : Sud, Sud-Ouest

     

    LA LIVINIÈRE

    Coordonnés GPS : 43°20’04.8″N 2°37’29.6″E

    Altitude : 200 à 260m

    Type de sol : Calcaire

    Cépages : Syrah, Grenache, Cinsault, Mourvèdre, Carignan (Rouge), Viognier

    Orientation : Sud, Sud-Ouest

    COL DE LA DONA

    Coordonnés GPS : 42°43’29.6″N 2°44’16.3″E

    Altitude : 160m

    Type de sol : Schiste

    Cépages : Syrah, 1ha de Grenache depuis 2020

    Orientation : Sud

    LATOUR DE FRANCE

    Coordonnés GPS : 42°45’03.9″N 2°38’02.1″E

    Altitude : 280m

    Type de sol : Gneiss

    Cépages : Syrah, Grenache, Carignan (Rouge)

    Orientation : Sud-Ouest

    La cave

    La cave continue d'évoluer grâce à l'utilisation de nouvelles techniques et d'innovations.

    Des systèmes de refroidissement ont été installés pour réduire l’utilisation des sulfites, du béton, de la terre cuite et de l’argile sont utilisés pour la maturation des vins ainsi que des foudres de chêne.

    En plus de disposer des dernières technologies, notre esprit de pionnier nous permet de développer et d’avancer avec un esprit curieux pour créer des gammes distinctives de vins de qualité, alliant tradition et innovation.

    L'équipe

    VINCENT CHANSAULT

    WINEMAKER

    Né en 1980 est le benjamin du projet. Diplômé de l’école de viticulture et d’oenologie de Cognac, il fait ses armes dans divers domaines de la Vallée de la Loire, du Rhône et du Languedoc avant de s’envoler vers l’Afrique du Sud où il a travaillé dans un domaine de la région de Stellenbosch. C’est là-bas qu’il rencontre Tim Ford, Anthony Record et Marc Kent. Fort de ses expériences, il participe à la création du Domaine Gayda en choisissant les meilleurs cépages et les plus belles vignes dans la quête de créer des vins de qualité à l’image du Domaine et de la région.

    TIM FORD

    DIRECTEUR GÉNÉRAL

    Né en 1960 en Angleterre. Bercé dans le culte du vin par son père qui était un passionné et cultivait lui même quelques parcelles de vigne, il a passé plus de 20 ans de sa vie dans plusieurs pays d’Afrique où il travaillait dans l’horticulture. De retour en Angleterre au début des années 2000, il rencontre Anthony Record et réalise ainsi son rêve, produire du vin en France, pays d’où sa femme Barbara est originaire.

    DAVID CHARDRON

    RESPONSABLE COMMERCIAL

    Natif de Saumur, dans le Val de Loire, il suit un enseignement en Charente, dans le même établissement que Vincent, notre winemaker, en s’orientant vers la filière commerciale. Il complétera ensuite cette formation en s’intéressant à la viticulture et vinification, dans des domaines de Bourgogne, Languedoc et à l’étranger. Après diverses expériences commerciales pour des maisons du Val de Loire et du Bordelais, il retourne sur les bancs de l’école afin d’intégrer une école de commerce. Fraîchement diplômé, il rejoint l’équipe du Domaine Gayda pour y développer les ventes.

    ANTHONY RECORD MBE

    Né en 1939 au Cap en Afrique du Sud, est le parrain du Domaine Gayda. Les succès de son parcours professionnel d’entrepreneur lui ont valu de recevoir de la reine d’Angleterre une distinction honorifique et de devenir « Member of the British Empire ». Fort de ses nombreuses expériences professionnelles, ce bon vivant a su réunir une équipe entièrement dévouée à la réussite du Domaine Gayda et guidée par l’excellence.

    MARC KENT

    Marc nous a beaucoup inspirés depuis le jour ou nous l’avons rencontré en 2003. Il dirige le prestigieux Domaine Sud Africain Boekenhouskloof à Cape Town. Comme un grand frère, Marc nous guide dans notre quête de qualité par ses conseils, ses idées et son ouverture d’esprit. De plus ses connaissances et ses dons de dégustateur nous ont permis de donner naissance à l’assemblage du vin dont nous sommes tous fiers : Le Chemin de Moscou. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard s’il a été élu « Meilleur Winemaker de l’année 2019 » en Afrique du Sud.

  • Domaine Grangier

    Domaine Grangier

    Nous sommes situé à Chavanay dans les cotes du Rhône septentrionales, en plein cœur du Parc Naturel Régional du Pilat.

    Roland GRANGIER  cultive et vinifie 11 ha répartis sur trois appellations Condrieu, St Joseph, Côte Rôtie et des Vins de Pays.

    HISTORIQUE

    L'agriculture a toujours fait partie de l'histoire familiale que se soit en elevage, en arboriculture ou en viticulture .

    Marc MANOA, grand père de Roland était agriculteur il cultivait des vignes sur la commune de Pélussin, il faisait du vin et avait un elevage de vaches laitières.

    Charles GRANGIER, le père de Roland, après quelques années passées sur l'exploitation de son beau frère, s'installa sur la commune de Chavanay en créant une exploitation en polyculture (vignes et arbres fruitiers).

    En 2002 Roland GRANGIER créa le Domaine Grangier avec 1.5 ha de vignes, il reprit les vignes de ses parents et d'un voisin. Il s'agrandit en effectuant des plantations en Saint Joseph Blanc, Saint Joseph rouge et Condrieu pour destiner le domaine à la culture exclusive de la vigne.

    Après deux ans de travaux, en 2012 Roland et Céline GRANGIER ont emménagé dans une nouvelle cave. Un chai, un cuvage ainsi qu'un caveau de dégustation a été construit.

    Roland s'occupe aussi bien de la vigne que du vin et de la réception des clients, son épouse Céline le seconde et s'occupe particulièrement des tâches administratives, de la récèption des clients, des salons, des commandes.

    NOTRE PHILISOPHIE

    Perpétuer la tradition et le savoir faire tout en alliant la modernité. Le vignoble est conduit dans le respect de l’environnement afin de préserver notre terroir. Dans un souci constant de la qualité de nos vins depuis 2012 une cave a été construite afin de maîtriser au mieux les températures de vinifications, d’élevage et de conservation des vins.

    Nous sommes présents de la plantation de la vigne à la commercialisation en passant par l’ensemble des étapes des travaux de la vigne et de la vinification.

  • Domaine Gratavinum

    Domaine Gratavinum

    Le Priorat

    Situé entre Gratallops et Poboleda, caché dans les montagnes riches en ardoise du Priorat. Il y a les vielles vignes de Carignan et Grenache, variétés typiques de cette région, mais on y trouve également du Cabernet Sauvignon ainsi du Syrah, deux nouveaux arrivants qui se sont bien adaptés à la rudesse du climat et de la particularité du llicorella.

    Nous respectons l’environnement et la biodiversité locale

    Caractère des sols

    Sans doute la nature de Llicorella fait partie de la magie de nos vins. De l’ardoise constitué de sédiments argileux compactés pour des milliers d’années offrant le caractère minéral singulier des vins du Priorat.

    Sols rudes et le stress hydrique

    Culture de la vigne biologique

    Selon notre philosophie, toujours respectueuse de l’environnement et la biodiversité, nous cultivons nôtres vignobles de manière biologique, sans pesticides ni herbicides.

    Nous utilisons la poudre de soufre pour lutter contre l’oïdium, le bouillon Boudele pour le Mildiu et le Bacillus thurigensis pour le ver de la vid.

    Nous mettons tout en œuvre afin que le raisin bénéficie d’une bonne santé et arrive dans les meilleures conditions.

    Nous n’utilisions pas de système d’irrigation sous terrain, afin que les racines de nos vignes soient aussi profondes que possible.

    Cela permet à la vigne de mieux résister aux périodes de sécheresse et de respecter le caractère de la terre..

  • Domaine Herdade Dos Outeiros Altos

    Domaine Herdade Dos Outeiros Altos

    Le Domaine

    Nous avions autrefois un rêve : créer un projet familial qui nous unirait à la Nature, nous permettant de naviguer à travers notre passion pour les vins.

    Nous avons trouvé, au pied de l'Ossa Mountais et à une courte distance de la magnifique ville d'Estremoz, l'endroit "parfait", où le paysage naturel et semi-sauvage existe encore.

    Nous avons récupéré la Propriété, les jardins et les plantations, et au milieu d'une forêt méditerranéenne de chênes-lièges et de holmoaks nous avons planté nos vignes de cépages portugais. Au centre de la propriété, à côté de la maison, nous avons construit notre cave avec les pierres des sols rocailleux où poussent aujourd'hui les vignes.

    Après toutes ces années, nous pensons que cela vaut la peine de rêver, et le résultat est la naissance du premier vin Bio DOC Alentejo : Outeiros Altos. 

    La Mission

    Notre but est de déclarer notre amour pour cette terre à travers ses fruits.

    Nous nous concentrons sur l'obtention de produits d'excellence, porteurs de sa propre identité, respectant les techniques de production ancestrales basées sur la préservation de l'environnement, la promotion de la biodiversité et l'agriculture durable.

    Ce sont les raisons pour lesquelles nous disons que tout ce qui est produit ici est, naturellement, de l'Alentejo. 

    Valeurs

    Nous pensons que l'Homme a un rôle déterminant dans la préservation des ressources naturelles et dans le maintien d'un équilibre naturel.

    En tant qu'agriculteurs, nous avons endossé le rôle de « soignants » d'une terre et d'un paysage dont nous avons hérité, avec la conviction qu'il s'agit du plus grand héritage que nous laisserons aux générations futures, et que la Nature, toujours si généreuse, rend tant de soins et dévouement.

    Cette philosophie est pratiquée au quotidien et est inhérente à l'esprit de travail de chaque membre de notre équipe.

    Responsabilité environnementale

    Nous nous engageons à adopter des pratiques respectueuses de l'environnement, cherchant toujours à inculquer le respect de l'environnement à chaque individu avec qui nous sommes liés.

    La préservation des valeurs naturelles et la promotion de la biodiversité, le recours à une agriculture durable dans le respect de l'environnement et de ses cycles naturels, la pratique du recyclage et du compostage, la non-utilisation de produits de synthèse ou d'OGM (organismes génétiquement modifiés), le recours chaque fois possible aux sources d'énergie renouvelables, sont quelques exemples de ces pratiques.

    Responsabilité sociale

    Nous nous engageons pour un développement rural durable à travers la création de valeur et d'emplois dans la région, ainsi qu'à approfondir notre insertion dans la communauté et la société en général à travers la promotion de visites scolaires à la propriété afin d'éduquer les enfants sur l'agriculture principes et les produits qui en découlent.

    En relation avec la Société et, en particulier, les consommateurs, nous accordons une importance particulière à l'éthique et à la transparence en favorisant la consommation de produits sains, exempts de pesticides résiduels et autres produits chimiques.

    Protection des biens culturels

    Nous nous engageons également à défendre les pratiques, représentations, expressions, savoirs et savoir-faire culturels – ainsi que les instruments, métiers et espaces associés – que nous reconnaissons comme faisant partie de notre patrimoine culturel.

    'Fado' ainsi que le "Canto Alentejano" régional (chant folklorique de l'Alentejo) et le régime méditerranéen, fondés et attestés par des civilisations anciennes, ainsi que des fêtes et des rituels, des paysages culturels et ses produits d'excellence, parmi lesquels nous soulignerons le culture de la vigne et du vin, de l'huile d'olive et du pain entre autres qui font partie d'un héritage que nous cherchons à préserver et à promouvoir.

    Dans ce contexte, nous cherchons à valoriser les cépages autochtones et l'identité des vins portugais, en recourant à des techniques de vinification ancestrales et à une pratique œnologique minimaliste, qui respecte son origine et son histoire. 

    Pourquoi bio ?

    Par définition, la pratique de la production biologique est une pratique « écologique, holistique et socialement responsable…

    … système de production qui favorise et améliore la Santé de l'écosystème agricole en favorisant la biodiversité et les cycles écologiques ainsi que l'activité biologique du sol » (FAO/OMS, 1999).

    Nous pratiquons l'Agriculture Biologique dans toute exploration du territoire dans sa globalité.

    Pourquoi? Parce que nous aimons notre Terre. Nous voulons que nos descendants apprennent à l'aimer et qu'ils aient la possibilité de l'habiter comme nous l'avons fait.

    Nous croyons, en tant qu'Ingénieurs Agricoles et consommateurs, qu'il est possible de fabriquer des produits d'excellence et sains à la fois, et respectueux de l'environnement.

    Nous n'utilisons donc aucun type de pesticides, d'herbicides ou d'engrais synthétiques, d'antibiotiques, d'hormones de croissance, ni aucun type d'additifs synthétiques dans nos processus de production qui pourraient modifier ou altérer les essences de nos produits de quelque manière que ce soit. Ce principe se diffuse dans nos chais, où nous travaillons nos vins. 

    Terroir

    Nos vignes sont situées au milieu de la région DO Alentejo, au pied des montagnes d'Ossa, atteignant des altitudes qui commencent à 300m et montent jusqu'à 350m.

    Les sols sont constitués de dépôts de schistes, pauvres et austères, d'orographie ondulée, qui influencent de manière décisive notre viticulture et le caractère de nos vins.

    Le microclimat spécial de la région, influencé par les montagnes d'Ossa, assure un taux de précipitations légèrement supérieur à la moyenne, ainsi qu'une exposition au soleil légèrement inférieure par rapport à d'autres régions de l'Alentejo, ce qui, allié aux caractéristiques du sol, donne des résultats particulièrement frais et des vins élégants.

    Entourées de forêts de chênes-lièges, de holmoaks, d'oliviers et de pâturages naturels, les vignes, réparties sur une superficie totale de 6 ha., sont divisées en 3 parties autour de la maison et de la cave, avec différentes expositions au soleil et altitudes.

    Les cépages sont exclusivement portugais, car nous pensons que c'est le seul moyen de respecter l'identité et l'histoire de nos vins.

    Les cépages rouges sont : Trincadeira, Alfrocheiro, Aragonês, Tinta Caiada, Alicante Bouschet et Touriga Nacional ; et les cépages blancs sont Antão Vaz e Arinto. 

    Œnologie

    Nos vins Outeiros Altos sont produits et mis en bouteille à la propriété à partir de raisins sélectionnés exclusivement de nos vignes.

    Avec des productions modestes, mais contrebalancées par l'austérité des sols et du climat, normalement entre 4 et 6 tonnes/ha, les raisins sont vendangés durant les mois de septembre et octobre.

    Nous pensons que le vin est essentiellement fait par la vigne, c'est pourquoi nous pratiquons une "récolte de précision", sélectionnant chaque cépage par zones au sein de chaque lot de vigne, en fonction de son stade de maturité et du type de vin que nous souhaitons créer.

    Après avoir été vendangés manuellement, les raisins sont transportés à la cave en 20kg. boîtes, où ils sont soigneusement choisis, égrappés et écrasés. Le foulage au pied n'est toujours pas une option pour les vins de qualité supérieure.

    Alliant Tradition et Technologie, la vinification se fait en cuves et cuves inox, mais aussi en argile « Talhas » (pots), récupérée pour la fonction qu'elle a été faite il y a un siècle.

    La vinification se fait avec un minimum d'intervention, en petits volumes et partiellement par gravité.

    Le souci du détail reflète la personnalité, la complexité et le caractère unique des vins Outeiros Altos. 

  • Domaine Huchet

    Domaine Huchet

    TERROIR…

    C’est un mot que l’on met à peu près à toutes les sauces aujourd’hui. Un mot qui le plus souvent ne veut pas dire grand-chose, il faut l’admettre. À moins de prendre le temps de l’expliquer sur le terrain.

    Intraduisible à l’étranger, de mon côté je parlerais plus volontiers de « cru ».

    Mais attention, ce n’est pas parce que l’on a la chance d’être sur un grand terroir que l’on fera de grands vins.

    Chez moi, par exemple, j’ai pu repérer quatre crus notoires, mais j’en ai d’autres en réserve qu’il faut que je prenne le temps de découvrir, de comprendre !

    Car tout est là : le sens vrai du terroir, c’est une combinaison de données complexes et de mystères qui sont liés au temps.

    Pourquoi les moines au Moyen âge travaillaient la vigne là et pas à côté ? Pourquoi, des centaines d’années après, le vin de cet endroit est bien plus profond qu’en d’autres lieux ?

    C’est le mystère tout entier du terroir.

    Lorsque je fais visiter le vignoble du Clos des Montys, sur les hauts de Goulaine, j’explique sans difficultés – et ça se voit presque à l’œil nu -, les différences de mes deux parcelles, celle qui est plus argileuse et l’autre qui est plus caillouteuse.

    Donc, avant de parler de terroir, il faut se faire expliquer puis potasser un peu la géologie car, dans ce cas, je suis face à deux parcelles, sur une même entité qui vont me donner sans avoir besoin de trop intervenir, deux expressions totalement différentes.

    Je complexifie encore plus les données lorsque, sur la vigne caillouteuse je décide d’isoler environ un hectare planté en très vielles vignes (1914).

    On voit que sous le vocable « terroir », il y a une base constituée par le sol, le sous-sol, l’environnement, le climat que nous ressentons ici fortement de par notre proximité avec l’océan et la Loire.

    Mais sans être prétentieux, cela ne suffit pas.

    L’intelligence du vigneron, de génération en génération, son sens de l’observation, les promenades incessantes qu’il fera dans « ses » terroirs, l’entretien et le respect le plus total de la vie microbienne de la terre (cela exclut les produits chimiques), vendanges manuelles,  l’âge de la vigne, la façon dont elle a été soignée, son remplacement lorsqu’elle décède, afin de maintenir l’intégrité du lieu, il y a quantité de paramètres qui fondent la notion de terroir.

    C’est ainsi que j’ai pu repérer, avec la complicité de mon père, mes plus belles terres, réparties sur les secteurs de Château-Thébaud et de Clisson.

    Tout le sens du travail de base d’un vigneron, où qu’il soit, réside dans cette volonté.

    Observer et agir avec réflexion et lucidité pour vinifier un vin complexe et intéressant : un vin vivant.

    Alors, dans ce cas, le vigneron peut se dire, non sans fierté, qu’il contribue à maintenir en vie un patrimoine viticole historique. Et qu’il fait par la même occasion le plus beau métier du monde!

    LA VIGNE

    Prendre le plus grand soin de notre vigne passe par le fait de la laisser s’exprimer au plus juste, sans trop intervenir, d’adapter notre travail en fonction des sols et de l’âge de la vigne.

    L’ensemble de notre vignoble est conduit en agriculture raisonnée depuis 2001 et en cours de certification AB.

    La parcelle de La Templerie est quant à elle certifiée AB depuis 2010.

    Nous avons arrêté l’utilisation d’engrais chimiques depuis plus de 25 ans, nos cuvées sont issues de vignes cultivées et labourées en totalité, afin de forcer les racines à chercher la minéralité dans les profondeurs du terroir.

    Chez nous, en Muscadet, nous avons un cépage unique, le Melon de Bourgogne. Un cépage au doux caractère, que l’on peut qualifier de peu variétal, ce qui laisse une large place à l’expression du terroir.

    LA VINIFICATION

    La vinification, lorsque toutes les conditions nous ont permis d’avoir de beaux raisins, se déroule en douceur.

    Le facteur clé réside dans le choix de la date de vendange.

    Une fois le raisin rentré, le pressurage est assuré par deux pressoirs Willmes, ce qui se fait de mieux en matière de pressoirs pneumatiques, un luxe que nous nous sommes offerts il y a peu.

    Avantages : le travail se fait vite, pour éviter toute oxydation, mais en douceur, ce qui nous assure des jus frais tirés du cœur même de la vendange.

    Nous utilisons des levures sélectionnées par un organisme spécialisé à partir de belles grappes cueillies un peu partout sur notre domaine.

    Ainsi, nous avons 6 levures qui sont spécifiques au domaine que nous utilisons pour les fermentations qui durent entre 15 jours et un mois.

    Pour nous, c’est plus efficace et plus sûr.

    L’ÉLEVAGE CARACTÉRISTIQUE DU MUSCADET

    Les lies fines, après leur sédimentation au fond de la cuve, nourrissent les vins.

    Sur la durée, tous les éléments encore vivants contenus dans la chair et la peau du fruit, vont vivre et continuer à « échanger » avec le vin.

    L’autolyse des levures encore présentes dans les lies va favoriser de manière progressive l’évolution du vin encore jeune sous la protection du gaz carbonique.

    Cet élevage peut durer longtemps et il varie en fonction des millésimes, des cuvées comme de la complexité géologique du terrain où le raisin est implanté.

    Le temps d’élevage sur lies fines peut s’échelonner sur plusieurs mois et même sur plusieurs années dans des cuves enterrées bien à l’abri de la lumière et des variations de températures.

    C’est en goûtant régulièrement ces cuves que je prends la décision de mettre leur contenu en bouteilles.

    Pour gagner encore en complexité, une partie de mes vins sont aussi directement vinifiés en fûts de chêne de diverses contenances, mais toujours sur lies fines, donc sans soutirage.

  • Domaine Jaeger Defaix

    Domaine Jaeger Defaix

    Le Domaine

    En octobre 2002, Hélène Jaeger-Defaix, reprenait une première parcelle de Rully 1er cru Mont-Palais blanc (Saône & Loire) appartenant à sa grand-tante, Henriette Niepce.

    Cette parcelle fait partie d’une exploitation entièrement située en Rully 1er crus blancs et rouges qu’Hélène souhaitait reprendre dans sa totalité afin de perpétuer la tradition viticole de ses ancêtres Niepce, vignerons depuis le 16ème siècle. 

    Henri Niepce, son arrière grand-père, fait partie des grandes figures de Rully. Il a en effet énormément œuvré dans les années 30 et 40 pour que Rully obtienne l’appellation d’origine contrôlée puis pour asseoir la notoriété de la toute jeune AOC.

    Situé en Côte Chalonnaise, au sud de la Côte de Beaune, le vignoble de Rully s’étend aujourd’hui sur 330 ha (220 ha en blanc et 110 ha en rouge) dont seulement 100 ha en premiers crus rouges et blancs.

    En novembre 2003, Hélène a repris une deuxième parcelle située cette fois en Rully 1er cru Préaux rouge. Nous y avons fait notre première vendange en 2004.

    Enfin, au début 2005, l’exploitation a été reprise dans sa totalité soit 4,50 ha sur les plus prestigieux premiers crus de Rully. Un rully village rouge vient s’ajouter à cette liste depuis le millésime 2011.

    Le domaine s’étend sur 6 ha

    4.50 ha sont situés en premiers crus :Rully 1er cru Mont-Palais, Rully 1er cru Les Cloux et Rully 1er cru Rabourcé en blanc ; Rully 1er cru Préaux et Rully 1er cru Clos du Chapitre en rouge. Le Clos du Chapitre est un monopole d’appellation situé dans l’appellation Chapitre et entièrement clos de mur. 

    Et nous travaillons aussi 1.50 ha en Rully village.

    Le domaine est passé en agriculture biologique en 2009. Hélène Jaeger-Defaix, ingénieur agronome et œnologue de formation, travaille en collaboration  avec son mari Didier Defaix, vigneron à Chablis (Domaine Bernard Defaix).

    L’entretien des sols se fait uniquement par le labour. Nous effectuons toujours un labour d’hiver, plus ou moins profond selon les situations. Nous essayons aussi de butter certaines vignes comme le faisaient nos parents et nos grands-parents. Cette pratique consiste à creuser un sillon au centre du rang pour ramener de la terre au pied de la vigne et former une petite butte (d’où le nom). L’intérêt de ce travail est d’aérer la terre en profondeur et d’enfouir les mauvaises herbes. Mais, la mise en œuvre est délicate tant au buttage qu’au débuttage car elle nécessite de bonnes conditions climatiques. Enfin, en situations pentues, le buttage peut accentuer les phénomènes d’érosion. 

    Ensuite, au cours de la saison, les labours sont effectués à des rythmes variables selon la pousse des mauvaises herbes.

    Pour la protection du vignoble, seuls les produits de contact comme le soufre et le cuivre sont autorisés. Il faut donc essayer de viser au plus juste afin d’obtenir la meilleure efficacité sans multiplier les passages et les doses. C’est une approche de terrain très concrète et intéressante mais aussi très contraignante et stressante dans le suivi.

    Dans ce nouveau contexte, nous repensons complètement notre façon de travailler la vigne en aidant la plante à retrouver son rôle central et en l’aidant à lutter contre les parasites. 

    La Cave

    Pour faire du bon vin, il faut du bon raisin.

    La première étape d'une vinification réussie se joue donc au vignoble. La conduite de nos vignes en culture biologique avec un suivi très rigoureux, nous permet d’amener le raisin à son meilleur niveau de maturité et d’expression.

    Nous récoltons manuellement. En effet, l’âge moyen élevé des vignes et l’organisation des parcelles ne  nous permettent pas de mécaniser la récolte. Par ailleurs, le raisin étant transporté pour être vinifié à Chablis, il est préférable de garder les grappes entières. 

    Notre installation de réception de vendange et de pressurage nous permet de respecter parfaitement la matière première.

    Pour les blancs, les caisses sont vidées sur un tapis élévateur pour alimenter l'un ou l'autre des pressoirs. Nous pouvons de cette manière affiner le tri et le raisin n'est absolument pas trituré. Le pressurage doux nous permet de sélectionner les meilleurs jus. Enfin, nous avons choisi des pressoirs équipés de maies de dimension réduite afin que la surface de contact entre l'air et le jus soit la plus faible possible.

    La fermentation alcoolique puis la fermentation malolactique se déroulent en fûts de chêne non neufs. Le vin est laissé sur lies fines 12 mois. Ces lies peuvent être remises en suspension par batonnage afin d'enrichir le vin si le millésime le requiert. 

    Pour les rouges, le raisin passe sur deux tables de tri successives afin de garder uniquement les plus belles grappes. Puis la vendange est éraflée. Une macération préfermentaire à froid de quelques jours commence, suivie par la fermentation alcoolique. Pendant cette période, nous effectuons des remontages réguliers. Après décuvage, le vin est élevé 12 mois en fûts de chêne non neufs pour le Rully village et en partie neufs pour les 1ers crus. 

    Les vins sont mis en bouteilles environ 18 mois après récolte après une très légère filtration.

    Notre objectif est de préserver au maximum les caractéristiques de chaque terroir et de les laisser s’exprimer dans nos vins précis et purs. 

    La charte de production en bio est désormais étendue à la cave. Ainsi depuis le millésime 2012, nous produisons des ’’vins biologiques’’ et non plus « seulement » des ’’vins issus de raisins produits en agriculture biologique’’.

  • Domaine Jaume

    Domaine Jaume

    Une Histoire, une Famille, une Signature

    Vignerons de père en fils depuis 1905, la passion et la tradition se perpétuent depuis plus d’un siècle au Domaine Pascal et Richard Jaume.

    La Famille Jaume a pris conscience très tôt que le sol n’était pas un simple support mais un milieu de vie et une source d’énergie.

    Depuis plus de 20 ans, nous prenons grand soin de notre vignoble, travaillant en lutte raisonnée, nous pratiquons une viticulture responsable.

    Nous assurons ainsi l’équilibre de nos terres en créant des conditions de vie harmonieuses entre sols & plantes.

    Nous valorisons la typicité de notre terroir dans le respect de l’environnement, assurant la qualité et l’expression de nos vins.

    Le Domaine de la famille Jaume s’étend sur 92 hectares à Vinsobres, Cru des Côtes-du-Rhône en Drôme Provençale. Niché aux confins des Pré-Alpes, le village qui fait face au majestueux Mont-Ventoux, se situe dans la zone la plus septentrionale de la Vallée du Rhône méridionale.

    Domaine Jaume, un terroir de caractère signant des vins d’excellence !

    Le terroir de Vinsobres

    Le Domaine Jaume s’étend sur 92 hectares à Vinsobres, Cru des Côtes-du-Rhône en Drôme Provençale.

    Niché aux confins des Pré-Alpes, le village se situe dans la zone la plus septentrionale de la Vallée du Rhône méridionale.

    Un vent d’Est matinal, «le Pontias» souffle sur les contrées vallonnées, il assainit ainsi le vignoble.

    Le Coteau est un terroir argilo-calcaire avec des strates de calcaire plus ou moins profondes.

    Pierrosité irrégulière. Altitude moyenne de 250 mètres.

    Les Collines est un terroir très accidenté géologiquement car il est traversé par deux grandes combes.

    L’exposition joue un grand rôle. Les sols sont constitués à part égale d’argile, de sable et de limon. La pierrosité est plus ou moins importante et l’altitude est de 350 mètres de moyenne pouvant atteindre les 470 mètres sur des parcelles bien exposées.

  • Domaine Jean-Baptiste Duperray

    Domaine Jean-Baptiste Duperray

    Le domaine existe depuis 1840, c’est en 1983 que mon père reprend l’exploitation familial à Saint-Julien (près de Villefranche sur Saône) et je viens de le rejoindre au domaine.

    La vendange est triée à la vigne, alors que la récolte est ramassée le plus tard possible dans un souci de maturité.

    Le cépage roi, le Gamay Noir, est mis en valeur lors de la vinification pour puiser toute sa richesse aromatique.

  • Domaine Jean-David

    Domaine Jean-David

    Nos vins Côtes du Rhône respectent le mode de culture biologique, mention Nature et Progrès, contrôle Ecocert depuis 1987.

    Notre production est de 500 à 600 hl par an sur un vignoble de 17 hectares.

    Le domaine est situé à Séguret, à 45 kms d’Avignon et à 6 kms de Vaison La Romaine, dans le prolongement des Dentelles de Montmirail. Vous trouverez notre caveau à 1,5 km du village, ouvert toute l’année. Venez déguster notre vin dans un cadre calme et reposant avec un point de vue magnifique.

    De la vigne à la table, que de chemin parcouru

    De l'hiver à l'automne que d'efforts soutenus ... pour le plaisir du vin !

    Titulaire de la mention Nature&Progrès, j'élabore avec passion des vins issus de cépages :

    - Grenache, Syrha, Cinsault, Mourvèdre, Carignan et Cournoise pour les rouges et les rosés.

    - Roussanne, bourboulenc et clairette pour les blancs.

    Les terrasses alluviales argilo-calcaire de l'Ouvèze produisent des Côtes du Rhône de grand renom, tandis que les Côtes du Rhône Village Séguret s'exposent sur les coteaux du massif des Dentelles de Montmirail, formés de mollasse helvétienne (sables) calcaires (cailloux).

    Le travail à la vigne : courage, constance, générosité et passion

    Le travail à la vigne s'effectue au fil des saisons de la manière la plus respectueuse de l'environnement (talus, flore et faune auxiliaires).

    Beaucoup de soins sont apportés à la taille d'hiver. Nous pratiquons le labour de surface qui permet de maintenir le rang propre et l'interligne enherbé avec une grande variété de plantes spontanées.

    Les différentes étapes sont traditionnelles: décavaillonnage de printemps, binage d'été, chaussage d'automne.

    Le domaine Jean David n'est pas une industrie. Beaucoup de travaux sont effectués à la main. Il n'y a pas de règle car chaque millésime est différent et c'est au vigneron de s'adapter aux conditions de l'année pour obtenir un produit de qualité.

    Ni désherbant, ni engrais chimique et aucun produit de synthèse... et beaucoup de plaisir dans l'observation de la plante, des plantes et de tout le vivant qui nous entoure.

    Avancez vous donc au Domaine, nous vous montrerons.

    Le travail à la cave : vigilance, rigueur, réflexion, décision, patience et toujours la passion

    Tout a été mis en oeuvre pour obtenir un fruit de bonne qualité: ébourgeonnage, vendange en vert, effeuillage... le pari est presque gagné!

    Septembre est enfin là, le fruit est amoureusement coupé à la main et délicatement mis en cuve: pas de levure industrielle, un égrappage modulé en fonction des cépages et des types de vins recherchés. Les différents cépages sont assemblés lors de l'encuvage.

    Le miracle s'opère, le jus de fruit fermente: remontage à l'air ou sans air, délestage et force dégustations vont accompagner cette phase décisive. Pas de contrôle systématique des températures (les cuves sont petites), un peu de ruissellement d'eau du puits dans certains cas -blanc et rosé surtout-.

    Voilà, c'est tout simple ... Et maintenant, à vos verres !!!

  • Domaine l'Anqueven

    Domaine l'Anqueven

    La volonté de Frédéric FAGES, en fondant le Domaine de l’Anqueven, est de produire des vins de qualité, en adéquation avec la nature, et avec respect pour l’environnement.

    La production est faite avec de petits rendements, en utilisant des produits naturels et des méthodes manuelles pour l’entretien et la culture de la vigne (Certification Agriculture Biologique 2020) par Ecocert. Les vendanges sont réalisées à la main également.

    Une attention particulière est accordée au respect du temps nécessaire pour chaque étape de l’élaboration d’un vin. Chaque cépage est vinifié individuellement, dans le plus grand respect des phases de maturation naturelles. Les assemblages sont tardifs et un vieillissement en cuve permet de parfaire les arômes du vin.

    “Laissons la nature nous donner le meilleur. Prenons le temps de bien faire…”

    Une histoire de famille

    Le Domaine de l’Anqueven est né de la passion de Frédéric FAGES, fils et petit-fils de viticulteurs, et jusqu’alors chef d’entreprise digitale. En 2016, il a choisi un retour aux sources. Soutenu par son père, Henri, il a repris une partie des vignes familiales et a fondé une cave particulière. Entouré de proches, de professionnels et de passionnés qui ont su l’accompagner, il a ainsi créé un vin à la hauteur de son envie et de son exigence.

    L’esprit l’Anqueven

    « A l’An que ven » signifie en occitan, « A l’an prochain ».

    C’est ce que disait le grand-père de Frédéric, Urbain, lors des moments importants pour sa famille.

    Il espérait ainsi que tous resteraient unis et plus nombreux d’année en année.

    Il a su transmettre son amour de sa région, le Languedoc, sa passion de la terre, le respect de la nature et la générosité.

    L’Anqueven c’est aussi la « dimension temps » du vin. Le temps qui se respecte indépendamment de tout.

    Bien loin de notre société de l’immédiateté, le vin s’accorde le privilège de nous obliger à respecter chaque étape de son élaboration : la floraison, la maturité des fruits, la fermentation, la bonification.

    Ce n’est pas nous qui décidons, nous nous ouvrons à la nature pour la laisser nous donner ce qu’il y a de meilleur, avec le temps qu’il faut.

  • Domaine La Bartavelle

    Domaine La Bartavelle

    Domaine situé à Chantemerle-lès-Grignan au seins de l'AOP Grignan-les-Adhémar dans la Drôme.

  • Domaine La Navicelle

    Domaine La Navicelle

    La Navicelle s’étend sur 7 km de côtes méditerranéennes, entre mer et montages, au pied du Massif de la Colle Noire où les parcelles flirtent en toute harmonie avec les pins et les oliviers.

    Un cadre sauvage, typiquement provençal où s’épanouissent principalement les cépages méditerranéens.

    Les vingt-et-un hectares de vignes de la Navicelle sont conduits dans un véritable respect de l’écosystème, de la faune et de la flore. Le vignoble s’inspire des principes fondamentaux de la biodynamie. Il est certifié en AB (Agriculture Biologique) depuis 2014 et en HVE (Haute Valeur Environnementale) depuis 2019.

    Ces démarches et les convictions profondes du Domaine donnent naturellement naissance à des vins généreux, avec une belle minéralité dignes des plus grands terroirs.

    Un travail respectueux du sol à la vigne

     Les vignes sont en restanques sur des sols d’argile rouge et un sous-sol rocailleux de calcaire, de grès et de schistes. Le travail du sol, de la taille, du palissage, les traitements phytosanitaires et la vendange sont constamment remis en question.

    Une vinification délicate

     Cette philosophie d’exigence dans la conduite culturale s’est naturellement développée jusqu’à la cave de vinification, outil ultra-performant qui s’est également enrichi d’une propre ligne de mise en bouteille, afin d’être totalement autonome.

  • Domaine Laguerre

    Domaine Laguerre

    Domaine

    Le Domaine Laguerre est situé dans le sud de la France, au cœur d’un vignoble en plein devenir : le Roussillon.

    En 1999, Éric Laguerre l’actuel représentant d’une famille de vignerons séculaires, prend les chemins de traverse, un retour aux sources.

    Fini le productivisme, les rendements à tout prix, les artifices chimiques en tout genre, désormais, la vigne sera subtilement assistée pour tirer le meilleur de son naturel.

    Dans le respect de l’environnement, la nature recouvre hâtivement son intégrité, la vigne se manifeste à nouveau par des raisins exceptionnels. Une véritable alchimie transformera ces fruits en un vin aux capacités uniques.

    Terroir

    Les sols sont essentiellement constitués d’arènes granitiques. La roche mère affleure les parcelles les plus hautes, se décompose le long des pentes sous l’effet de l’érosion naturelle pour donner un sol plus sablonneux sur les parcelles les plus en retrait.

    Le climat est caractérisé par l’influence méditerranéenne, les effets du continent et la proximité avec la chaîne des Pyrénées dans une altitude intermédiaire où la tramontane apporte son souffle purificateur.

    L’aridité relative des sols accompagnée d’un tel climat constitue une barrière naturelle contre les principales maladies et ravageurs de la vigne. Cette situation singulière permet de mener sereinement la totalité des gestes de culture dans des conditions naturelles.

    Culture

    Tous les gestes de culture sont accomplis dans le respect des périodes définies par le calendrier lunaire afin de préserver et respecter l’activité des organismes vivants présents dans le sol et les cycles végétatifs de la vigne.

    Dès la fin des vendanges, les parcelles sont progressivement labourées avec un apport d’éléments nutritifs naturels.

    Viennent ensuite les périodes consacrées aux gestes de taille. Des méthodes élémentaires sont utilisées pour aider le bois à préserver spontanément sa cicatrice contre l’introduction de maladies.

    Le développement futur du domaine est également assuré au cours de cette période de printemps propice à l’amélioration de l’environnement des parcelles.

    En fin d’été, l’enherbement total pratiqué sur l’exploitation permet d’assurer un équilibre optimal des besoins en soleil et en eau de la vigne pour l’obtention d’un fruit à la maturité recherchée.

    Vendanges

    Les vendanges démarrent fin septembre et se poursuivent jusqu’à mi-octobre.

    La cueillette manuelle est pratiquée le matin, par températures fraîches les jours de fortes chaleurs.

    Trié à la vigne, conditionné en cagettes, le raisin est ensuite directement amené dans l’atelier de vinification pour y être travaillé en fonction de sa destination finale.

    Les différents cépages sont vinifiés séparément.

    Dans la cave d’élevage, des contrôles très fréquents sont effectués aussi bien sur les paramètres intrinsèques du vin comme sur le plan gustatif avec notation des différents cépages sur le cahier de suivi.

  • Domaine Laurent Gauthier

    Domaine Laurent Gauthier

    J'estime avoir beaucoup de chance de pouvoir vivre ici, à Morgon, où je suis né.

    Je tiens à conserver cet esprit authentique que j’exprime au travers de mes vins pour assurer la pérennité du domaine qui a su acquérir des valeurs nobles au fil du temps.

    Ainsi, je n’hésite pas à courber le dos pour être au plus près de mes ceps, fermement enracinés dans un sol riche d’Histoire et de Traditon.

    Aujourd’hui c’est une réelle fierté qui grandit avec le temps : je suis détenteur d’un savoir-faire unique, que j’affine d’années en années avec les leçons que me donne la nature.

    Je me plais à cultiver ma différence en composant avec la géologie de mes terroirs: c’est un peu comme un artiste peintre composant avec sa palette de couleurs.

    On se projette individuellement à travers son œuvre !

    Nous avons toujours eu à coeur de travailler au plus prêt de notre environnement.

    Depuis des années, nous nous attachons à protéger la nature et notre travail en privilégiant le développement durable.

    C'est pour ces valeurs que nous avons décidé de faire parti du réseau Terra Vitis.

    Epicurien, la composition d’un vin est pour moi comme celui d’un plat, et dans les deux cas je recherche la finesse, l’équilibre et l’émotion du dégustateur…A la seule différence, que pour le vin je n’ai qu’un seul ingrédient : le gamay qui s’exprime différemment selon son Terroir.

  • Domaine Le Colombier

    Domaine Le Colombier

    1962, une caisse en bois de 15 mètres cubes vient de débarquer à Port-Saint-Louis du Rhône. Gilbert Mourre, 35 ans, s’active sur l’ouverture.

    Le lourd ventail s’entrouvre, laissant apparaître le contenu tant espéré : un réfrigérant, une pompe, divers objets liés à l’activité vitivinicole et, trônant au beau milieu, solidement arrimé, un tracteur à chenille de couleur orange.

    Sa morphologie d’insecte mécanique, ses yeux et son masque de criquet semblent regarder vers le nord de la vallée et dire à Gilbert « L’arbre a été déraciné, il faut le replanter ».

    Bien des années après, je compris en contemplant ce bel arbre qu’il y avait vraiment un trésor dans la caisse.

    Notre Colombier était né, il avait grandi contre vents et marées et la bouteille de Cuvée G posée devant moi était bien plus qu’un simple objet de consommation.

    J’espère faire partager à tous les amateurs de vin cette émotion et ce « quelque chose de plus ».

    Œnophilement vôtre.

  • Domaine Les Eminades

    Domaine Les Eminades

    Qui somme nous ?

    C’est à Toulouse que nous nous rencontrons pendant nos études, d’Œnologie pour Luc et de Pharmacie pour Patricia, au cours d’une soirée « Initiation à la dégustation des vins ».

    Sans doute un signe du destin sur ce que le futur nous réservait…

    C’est en 2002, après différentes expériences professionnelles dans plusieurs régions viticoles françaises, que nous concrétisons notre souhait de voler de nos propres ailes en créant notre domaine.

    L’installation à Cébazan se fait sur un véritable coup de cœur pour cette mosaïque de terroirs et cette grande chance de trouver des cépages typiquement languedociens et très âgés comme le Carignan et le Cinsault.

    Parmi les différents tènements que nous achetons se trouve un nom qui nous interpelle : Les Eminades.

    Après différentes recherches l’explication tombe sous la plume de Frédéric Mistral qui décrit une «Eminada » comme une surface de terre bien définie que l’on ensemence grâce à une « Emina » une unité de mesure qui vient d’Italie, qui a traversé la Provence et que l’on retrouve jusque dans le Roussillon.

    Ces anciennes terres à blé sont devenues avec le développement de la vigne des petits clos à mi-pente, orientés au sud.

    Au vue de notre histoire familiale, pour nos grands-pères qui ont quitté leur Italie natale et qui sont venus en France fonder leurs familles, le nom de notre domaine nous semble tout trouvé, ce sera «Les Eminades».

    Avec cette envie de faire des vins différents sans se soucier des modes ou du marketing, des vins qui nous plaisent avant tout, des vins pour donner du plaisir…

    Le Vignoble

    L’appellation Saint-Chinian se définit schématiquement en deux zones : au nord la partie schisteuse et au sud les argilo-calcaires. 

    Entre la fin de la Montagne Noire et le début des Cévennes il y a eu de nombreuses compressions et résurgences si bien que nous possédons une grande variété de terroirs tels que les grès rouges, les calcaires, les marnes schisteuses, les silex et les petits galets roulés à cheval sur les communes de Cébazan et Villespassan.

    Les altitudes des parcelles varient de 170 à 300 mètres.

    Nos vignes se composent en grande majorité de très vieux Carignan (plantés en 1902), de Grenache Noir (de 30 à 60 ans), de Syrah et de Cinsault (de 30 à plus de 60 ans), de Grenache Blanc (planté en 1991), de Marsanne et d’un hectare de Sauvignon.

    En 2003, 2004, 2006 et 2007 nous avons replanté Syrah et Mourvèdre. Les densités sont portées entre 6000 et 7000 pieds/Ha.

    La culture de la vigne se fait dans le plus grand respect de la nature, sans utilisation de désherbants ni pesticides. Toutes les vignes sont labourées à la chenillette afin de préserver l’intégrité des sols et de favoriser leur développement naturel.

    Nous sommes certifiés en Agriculture Biologique par Ecocert n°193630P.

    La taille se fait selon les cépages, en gobelet ou en cordon de royat. Les palissages, effeuillages, ébourgeonnages et rognages sont fait manuellement afin de préserver les souches et obtenir la meilleure maturation possible des grappes.

    La Cave

    Toutes nos vendanges sont réalisées manuellement, en cagettes, en effectuant un tri rigoureux des grappes.

    Pour le blanc, les grappes sont pressées lentement et les levures indigènes permettent une fermentation spontanée dans des barriques de 1 vin et élevées pendant 10 mois sur lies.

    Les raisins rouges sont égrappés puis vinifiés dans des cuves où les fermentations démarrent spontanément, où nous réalisons des remontages réguliers afin d’extraire des tannins fins et frais et d’obtenir des vins aux robes profondes, aux arômes délicats.

    L’apport de sulfites se fait avec parcimonie, en moyenne 50mg/l de SO2 total.

    Nos vins ne sont pas collés et subissent une légère filtration à la mise en bouteille.

  • Domaine Lionnet

    Domaine Lionnet

    Depuis 2003, après Michel mon grand père, puis Pierre mon père, c'est à mon tour, Corinne de reprendre  le domaine familial avec mon mari Ludovic.

    Nous nous sommes tout de suite inscrits dans une démarche naturelle et respectueuse de l'environnement.

    Depuis 2009, notre domaine est certifié en Agriculture Biologique par écocert.

     

    Nos vignes sont situées sur les villages de CORNAS et CHATEAUBOURG dans la Vallée du Rhône pour produire des vins en AOC CORNAS et AOC Saint JOSEPH.

    Notre Vignoble

     

    Notre vignoble s'étend sur environ 4 ha en totalité sur les  AOC CORNAS et AOC Saint Joseph.

    Notre CORNAS est partagé en 7 parcelles sur 5 lieux-dits:

    pied la vigne         2 parcelles de 60 et 70 ans

    Combes                1 parcelle de 80 ans

    Mazards                2 parcelles de 45 et 105 ans

    Chaillot                 1 parcelle de 40 ans

    Eygas (chataignier) plantations réalisées à partir de 2008 sur la route des Eygas-St Pierre juste en dessus de Chaillot.

     Notre Saint JOSEPH est constitué d'une seule parcelle.

    Plantations de Syrah réalisées à partir de 2008 et de Roussanne à partir de 2014. Terroir argilo-calcaire à 300 mètres d'altitude sur la commune de Chateaubourg, au lieu-dit "Giraud, les Côtes"

    Le Domaine, inscrit dans une démarche naturelle depuis  de nombreuses années, est officiellement certifié en Agriculture Biologique depuis 2009 par Ecocert                              

    Pas de désherbant chimique,les sols sont travaillés mécaniquement avec une chenillette ou au cheval chaque année. Nous n'utilisons aucun insecticide, aucun engrais chimique. Tous les travaux sont effectués à la main (taille, ébourgeonnage, cisaillage, relevage ou attachage des vignes, vendanges...). Les traitements phytosanitaires pratiqués à dos d'homme (sulfateuse et atomiseur porté).

    Les raisins sont triés à la parcelle car les vendanges sont manuelles, la qualité primant sur les rendements.

    Nous effectuons nos travaux en tenant compte du calendrier lunaire, dans la mesure du possible.

  • Domaine Lombard

    Domaine Lombard

    Le Domaine

    Créé en 1981 par Jean-Marie et Sylvette Lombard, le domaine compte aujourd’hui 23 hectares, dont une importante partie de jeunes plantiers.

    Le domaine est désormais certifié en Agriculture Biologique, et en cours de certification en Agriculture Biodynamique.

    Le Brézème

    Terres et sols

    Le Brézème est l’une des plus petites appellations des Côtes du Rhône septentrionales. Elle se trouve sur la commune de Livron-sur-Drôme, à la confluence de la Drôme et du Rhône. C’est l’appellation la plus méridionale des septentrionales.

    C’est un terroir de marne calcaire au fort taux de minéraux de fer, de sable ou de galets roulés selon les différents lieux-dits. Le nom “Brézème” est une tolérance très ancienne de l’INAO, ce n’est ni un Côtes du Rhône Village ni un Cru. Cette tolérance est unique en France.

    Chronologie

    C’est une appellation oubliée malgré son ancienneté et son potentiel. En effet, selon les archives de Turin, on trouve les premières traces écrites du vignoble de Brézème en 1410. S’en suit plus de 400 ans d’exploitation.

    En 1876, le phylloxera décime le vignoble et les paysans abandonnent le difficile travail en coteau pour exploiter des fruitiers dans la plaine. Pendant 100 ans, ce merveilleux terroir est oublié, devient une friche géante à l’exception de quelques bas de coteau sur Brézème Est.

    En 2002, alors qu’on ne compte qu’une seule parcelle en terrasse à Brézème Est, la communauté de commune lance un embryon de rénovation sur Brézème Ouest.

    Depuis 2017, l’ensemble des vignerons de Brézème s’est mis au travail et la réfection du coteau est lancée pour refaire de Brézème ce qu’il était.

  • Domaine Maillefaud

    Domaine Maillefaud

    Sur la route de la clairette de Die, il faut faire la tournée des caves de Barsac, fief des viticulteurs indépendants, berceau de la clairette...

    La cave Maillefaud est désormais orchestrée par Jean-Denis et Nicolas Maillefaud. Dévoués à leur vignoble, ces deux frères exploitent un domaine transmis depuis cinq générations et représentent bien ces vignerons diois indépendants, fiers de leur terroir.

    Ceux-ci perpétuent un savoir-faire avec passion, nous font visiter leur domaine et déguster leurs vins très régulièrement primés au plus haut niveau. Une adresse conviviale où les vendangeurs et vendangeuses forment une belle équipe fidélisée et cosmopolite.

  • Domaine Mas Brès

    Domaine Mas Brès

    Le domaine

    Le Domaine de Gournier (Mas Brès) se trouve au nord de la ligne Nîmes - Avignon, à moins de 10 km en amont du Pont du Gard, célèbre aqueduc Romaine du 1er siècle de notre ère.

    Les vignes sont situées dans le Piémont Cévenol, et s’étendent sur 130 hectares sur les coteaux du Gardon.

    Elles bénéficient d’une situation unique due à la fraicheur qui descend des Cévennes et reste bloquée sur un sous-sol essentiellement argilo-calcaire.

    Le vigneron

    Maurice Barnouin est le propriétaire du Domaine de Gournier.

    Entreprenant et dynamique, sa curiosité d’esprit l’a poussé à exercer plusieurs métiers à la fois : pépiniériste spécialisé en plants de vignes, agriculteur au Maroc, et bien entendu vigneron, pour notre plus grand plaisir.

    Au domaine c’est lui qui décide chaque année des assemblages qui constitueront ses différentes cuvées.

  • Domaine Mortiès

    Domaine Mortiès

    Le vignoble est constitué de 14ha de vignes conduits en Biodynamie.

    Par sa situation géographique et son histoire récente, la réussite du domaine s'est construite en synergie avec l'AOP Pic Saint Loup.

    Le Terroir

    La Combe de Mortiès est la série géologique la plus complète de tout le Bas-Languedoc.

    Ce site est donc très connu pour ses gisements de fossiles du jurassique inférieur.

    Probablement trop connu, on ne trouve plus que quelques ammonites de très petite taille.

    C’est sur ce sous-sol de marnes à pyrites que les éboulements du Pic Saint Loup ont apporté une couche épaisse argilo-calcaire favorable à la culture de la vigne.

    Leurs valeurs

    Depuis que la famille Moustiès à repris le domaine, l'ensemble de leurs démarches convergent vers une dynamique de qualité des vins, de retour à des valeurs ancestrales, de valorisation de leur terroir, et d'harmonie environnementale.

    Le Domaine de Mortiès est aujourd'hui une valeur sûre de l'AOP Pic Saint Loup.

    Leur soif permanente d'amélioration et leur travail dans le plus pur respect de l'environnement et du vivant, font de ce joli domaine familial une étoile montante de la région.

    Culture Biologique

    Dans ce lieu d'exception, au vu de la philosophie environnementale et de l'amour du vivant de la famille Moustiès, la culture Biologique est apparue comme une évidence.

    La conversion est engagée au printemps 2008 et la certification obtenue en 2011.

    Culture Biodynamique

    Parallèlement à cet apprentissage viticole, nous nous à la dégustation des vins et constatons que les vins que nous aimons le plus sont issus de la biodynamie.

    Malgré les nombreux défis et la route sinueuse qui se dresse devant eux, la famille Moustiès se lance dans la conversion de son vignoble en Biodynamie.

    Ils sont épaulés par Blandine et Pierre du Mas Foulaquier, qui leur feront découvrir les préceptes de la Biodynamie.

    Leur motivation est nourrit par ce désir de travailler avec la nature et de ramener la biodiversité et les animaux, au cœur de leur vignoble.

    Ils sont labellisés Demeter depuis 2019.

    Milieu naturel

    C’est le domaine de la garrigue, du chêne vert, des cistes, des arbousiers, des lentisques, des plantes aromatiques.

    La faune sauvage y est très diversifiée et bien représentée : sangliers, lièvres, lapins, perdreaux, grives pour les espèces cynégétiques, mais aussi blaireaux, renards, civettes et autres petits carnassiers, toutes sortes de petits rongeurs, beaucoup de rapaces et de migrateurs.

    Les bois de chêne vert, qui n’ont plus été exploités depuis une cinquantaine d’années, abritent un réservoir d’insectes et de toute une microfaune nécessaires à l’équilibre biologique de la vigne.

  • Domaine Mourat

    Domaine Mourat

    LA LOIRE MÉRIDIONALE

    Située à la pointe sud-ouest de la Vallée de la Loire, et bercée par les brises marines, l’AOC Fiefs Vendéens fait figure d’originalité.

    Ici, pas de toitures en ardoises, ni de caves creusées dans le tuffeau. La Vendée est déjà tournée vers le sud. C’est ici que sont implantés les Vignobles Mourat, sur les premiers contreforts du Massif Armoricain.

    AOC FIEFS VENDÉENS

    Mareuil sur Lay est situé sur une cassure géologique très ancienne, au croisement de trois écosystèmes : la Plaine de Luçon, le Marais Poitevin et le Bocage Vendéen.

    Les terroirs sont constitués de coteaux de schistes et de rhyolites sous influence maritime.

    La Vendée bénéficie d’un vignoble cosmopolite qui marie traditionnellement les cépages de la Loire aux cépages du sud-ouest de la France.

    UNE HISTOIRE DE FAMILLE

    Le nom de Mourat est intimement lié au vin : Vignerons et sauniers sur l’Ile de ré jusqu’à la fin du 19ème siècle, puis marchands de vins aux Sables d’Olonne pendant trois générations, c’est en 1974 que Jean Mourat créa le vignoble qui deviendra  Château Marie du Fou.

    Jérémie le rejoint en 1998 afin de pérenniser l’aventure, tout en établissant deux domaines, le Clos Saint-André en 2006 et le Moulin Blanc en 2011.

    Depuis plus de 10 ans, l’ensemble des domaines est passé en culture biologique ou en conversion bio.

  • Domaine Oscar Quevedo

    Domaine Oscar Quevedo

    Quevedo fait partie d'une nouvelle génération de petites caves familiales basées dans le Douro.

    Pendant de nombreuses années, ces familles cultivaient la vigne et fabriquaient du vin de Porto pour des marchands basés à Vila Nova de Gaia.

    Lorsque le Portugal a rejoint l'Union européenne en 1986, la législation a changé pour permettre aux viticulteurs et aux établissements vinicoles du Douro d'exporter leurs vins directement vers le détaillant.

    À la suite de cette nouvelle législation, la marque familiale « Quevedo » est née.

    Nous cultivons 100 ha de vignobles répartis sur six propriétés de la vallée du Douro, des sous-régions du Cima Corgo et du Douro Supérieur.

    La diversité de nos vignobles fournit des raisins d'arômes et de saveurs variés pour nous aider à élaborer notre vin. 

    À PROPOS DE LA FAMILLE QUEVEDO

    Les propriétaires, Oscar Quevedo et Beatriz Morais Quevedo, sont tous deux issus de familles ayant une longue et riche histoire de culture du raisin et de fabrication de vin de Porto.

    Du côté de la famille Oscar, la tradition de la vinification remonte à 1889 lorsque notre ancêtre Abel Gouveia Costa a planté les premières vignes à Valongo dos Azeites, S. João da Pesqueira.

    Il a ensuite été suivi par son fils, Raul Gouveia Costa qui a apporté la prospérité à l'entreprise.

    Vient ensuite João Batista Quevedo, gendre de Raul qui n'a cessé d'étendre le vignoble à de nouveaux domaines.

    Le côté Beatriz de la famille a des racines sur la rive nord/droite du fleuve Douro, situé à Linhares de Ansiães, dans le district de Carrazeda.

    La propriété principale de la famille Beatriz est Quinta da Alegria, avec une gare du même nom que le vignoble.

    À la fin des années 70, Beatriz Morais Fernandes et scar Quevedo ont décidé de vivre et de travailler à S. João Pesqueira : Beatriz était médecin à l'hôpital local et Óscar était avocat et administrateur du bureau d'enregistrement.

    Puis, gardant un contact étroit avec la culture et la production du vin, ils sont tombés amoureux de ces arts. Au cours des années 80, ils ont agrandi la zone de production et au début des années 90, ils ont construit la cave qui est actuellement le siège de Quevedo.

    Ils ont deux enfants, Cláudia et Oscar qui travaillent tous les deux dans l'entreprise familiale.

    OSCAR

    Bonjour, je suis Oscar et je suis le fondateur de Quevedo. Je suis né à Vidigueira, Alentejo, en 1946.

    J'ai étudié le droit à Coimbra, où j'ai rencontré ma femme Beatriz. Nous vivons à S. João da Pesqueira depuis 1982.

    Au début de ma carrière, j'étais avocat et notaire, des emplois que je combinerais avec mes projets commerciaux, axés sur la culture de la vigne et la fabrication du Porto.

    J'ai acheté le premier vignoble en 1977 et en 1983 nous avons réalisé le premier grand projet de notre vie : planter Quinta Vale d'Agodinho.

    En 1990, après plusieurs années à aider mon père João à faire du Porto dans sa cave, nous avons construit une nouvelle cave, celle où nous élaborons encore le vin de nos jours.

    En 1991, nous avons fait le premier Porto dans cette cave et cela a marqué une nouvelle ère pour la famille, car nous avons commencé à embouteiller du Porto sous notre propre étiquette, ce qui n'a été possible qu'après 1986, lorsque le Portugal a rejoint l'UE.

    Depuis lors, nous avons étendu notre superficie de vignobles aux 112 hectares actuels plus 15 hectares d'oliveraies que nous cultivons en bio.

    OSCAR JR.

    Je suis Oscar Jr., et je suis en charge des ventes chez Quevedo.

    Je suis né en 1983, à Viseu, Portugal, ville où mes parents ont vécu quelques années avant ma naissance.

    Mais le lieu de ma vie est S. João da Pesqueira, en plein cœur de la vallée du Douro, où j'ai vécu avec ma mère et mon père, Beatriz et Oscar, et ma sœur Claudia.

    Presque toute ma jeunesse s'est passée là-bas, entre vignes et pipas, où mes parents et les trois générations précédentes ont élaboré le Vinho Generoso, comme nous, les locaux, identifions le Porto.

    En 2001, je suis allé à Porto pour l'Université, où j'ai étudié l'économie jusqu'en 2005.

    Ces cinq années que j'ai vécues à Porto ont marqué une grande période de ma vie, où j'ai vécu des expériences vraiment incroyables.

    J'ai eu l'occasion de me faire de très bons amis.

    Les années que j'ai passées à l'université ont été vraiment spéciales car c'est pendant cette période que j'ai commencé à comprendre les affaires de ma famille.

    J'ai compris que le vin n'est pas seulement romantique, il vient avec beaucoup de drame et de douleur.

    J'ai également commencé à boire du vin plus souvent et pas seulement lors des occasions spéciales que j'avais l'habitude de boire lorsque je vivais avec mes parents.

    Après l'université, j'ai obtenu un emploi en tant que banquier et j'ai ainsi commencé ma carrière en finance dans la banque portugaise BPI.

    Un an plus tard, je suis allé au centre de l'Europe pour travailler également dans la finance en Suisse et fin 2007 j'ai déménagé à Madrid, en Espagne.

    En mars 2009, mon grand-père João Quevedo est décédé et ce fut le déclic qui m'a ramené au Portugal, en mai 2009.

    En juillet 2011, j'ai épousé une fantastique catalane, Nadia, qui vit maintenant avec moi à Porto.

    Nadia a rejoint notre entreprise en février 2020. J'essaie d'aller chaque semaine dans le Douro et d'y passer deux ou trois jours.

    Si je ne me présente pas dans le Douro, c'est peut-être parce que je rends visite à l'un de nos clients dans l'un des 40 pays où nous avons nos vins.

    CLAÚDIA

    Je suis allé à l'école à S. João da Pesqueira et plus tard à Coimbra et en 1994 j'ai commencé l'université à Vila Real, étudiant l'œnologie.

    Lorsque j'ai terminé mon diplôme en œnologie en 1998, j'ai passé six mois à Barros & Almeida à Vila Nova de Gaia et en 1999 je suis retourné à S. João da Pesqueira.

    C'était l'année de ma première récolte. Assez gros en raison des rendements élevés que nous avons eus cette année-là.

    Depuis lors, j'élabore les vins de Porto et du Douro à Quevedo, jusqu'en 2013, lorsque Teresa Batista a repris la vinification des vins du Douro.

    Je suis marié à Fernando João Martins et nous vivons à 1 km de la cave, avec notre fille Beatriz et notre fils João.

    Quand je ne mélange pas les Portos ou ne vérifie pas les barils, je peux jouer avec mes enfants ou avec mes chiens, ou lire des livres d'histoire, ...

    À PROPOS DE L'ÉQUIPE

    TERESA BATISTA

    Bonjour, je m'appelle Teresa et je suis en charge de la vinification des vins du Douro à Quevedo. C'est également sous ma responsabilité la viticulture de deux des propriétés de la famille Morais, Quinta da Alegria et Quinta das Mós.

    J'ai obtenu mon diplôme à Vila Real, UTAD en 2004. Entre 2005 et 2013, j'ai travaillé comme vigneron à Encosta Longa, un producteur de vin de table du Douro basé à S. João Pesqueira où je produisais des vins blancs et rouges. Fin 2013, j'ai rejoint Quevedo.

    MELANIE MESQUITA

    Salut! Je m'appelle Mélanie et j'habite à S. João da Pesqueira.

    J'ai rejoint la famille Quevedo en 2017 et je fais un peu de tout ici à la cave. J'ai étudié la biochimie, alors j'aide Claudia et Teresa dans le laboratoire, je visite nos visiteurs et partage avec eux de délicieux Porto et vins. Et quand c'est gratuit, aidez toujours Oscar avec le marketing et les ventes. 

    A PROPOS DES VIGNOBLES

    La chose la plus importante que nous avons apprise de nos ancêtres était que le vin doit être fait dans la vigne. Peu importe à quel point vous travaillez bien et chanceux les raisins à la cave, si l'origine des raisins n'est pas la meilleure, alors il y a maintenant moyen de faire le meilleur vin.

    Vient ensuite une deuxième affirmation, les vignobles ont tendance à être cohérents en termes de qualité, mais il n'y a pas un seul endroit qui soit toujours le meilleur. Alors, assurez-vous d'avoir différents endroits pour cultiver vos raisins, pas tous au même endroit.

    Ces deux idées aident à expliquer pourquoi les producteurs du Douro ont besoin de cultiver du raisin dans différentes régions, à différentes altitudes et pourquoi ils plantent une large gamme de raisins. Naviguez dans nos quintas pour voir ce qui les rend uniques.

    QUINTA VALE D'AGODINHO

    Agodinho est le centre de toutes nos attentions en matière de vignobles. Située dans la fantastique vallée de Ferradosa, dans le Douro Supérieur, où la rive gauche du fleuve Douro s'étend pour créer un faux ruisseau, cette propriété est l'épine dorsale de nos meilleurs vins et Portos. En termes de pente, la propriété varie entre 30% et 55% de pente. Le sol est composé de schiste, qui est une roche tendre qui s'écaille facilement. Alors que la partie basse du vignoble est à 102 mètres d'altitude, cette propriété de 20 hectares s'élève sur la colline jusqu'à 265 mètres d'altitude. Achetée avec seulement quelques amandiers, cette quinta a été entièrement plantée de vignes en 1983. Le porte-greffe utilisé était le R99, très populaire à l'époque, les cépages sont mélangés au champ comme c'était le cas dans le Douro. Le système de conduite de la vigne adopté est le double Royat. La variété prédominante est la Touriga Franca avec 40% de la superficie totale, suivie de Tinta Roriz avec 35%, Touriga Nacional avec 10%, Tinto Cão avec 10% et Tinta Barroca avec 5%. Les vins de cette propriété sont riches, corsés et assez complexes.

    Certaines années, lorsque les raisins atteignent une maturation parfaite, un pourcentage considérable des raisins récoltés entrent dans la production de Porto Vintage, qui peut être mis en bouteille en tant que Porto Vintage Single Quinta ou utilisé dans l'assemblage de notre Porto Vintage Quevedo, selon les années. an. Notre LBV a toujours un pourcentage généreux de raisins d'Agodinho. Les raisins de notre vin rouge Claudia's Douro proviennent également d'Agodinho.

    Au milieu de la propriété se trouve une petite maison en schiste. Le rez-de-chaussée de cette maison est utilisé pour garer les tracteurs et les outils tandis qu'au premier étage, nous avons une salle pour accueillir les déjeuners, les dégustations et les conversations longues et détendues.

    QUINTA DA TROVISCA

    Trovisca est notre grand terrain expérimental parfois extravagant. Tous les vignerons aiment avoir un endroit où ils peuvent tester de nouvelles variétés ou de nouveaux procédés viticoles. Initialement partiellement replantés en 2000, et presque tous les deux ans depuis, les 27 ha de vignes que nous avons plantés à Trovisca sont tous répartis par cépage. Depuis 2012 que nous cultivons 7 ha en agriculture biologique, aussi bien en raisins rouges que blancs. Sur la partie basse du vignoble, pour cette commande, nous avons 1,91 ha de Tinta Roriz (12,5%), 3,31 ha de Touriga Franca (21,8%), 3,20 ha de Touriga Nacional (21,1%), 1,15 ha de Sousão (7,6 %) et 0,7 ha de Syrah (4,5 %) et en haut de la propriété nous avons trois cépages blancs, 2,47 ha de Rabigato (16,3 %), 1,69 ha de Gouveio (11,1 %) et 0,79 ha de Viosinho (5,1 %) .

    Avec une altitude qui varie des 498 mètres où le Touriga Franca est planté jusqu'au 602 mètres sur la zone qui comprend les raisins blancs, à Quinta da Trovisca une partie du Tinta Roriz et du Touriga Franca est plantée en terrasses de deux lignes chacune. Le sol est composé de schiste, le type de sol le plus commun du Douro.

    Les raisins que nous obtenons de Trovisca sont utilisés pour faire une diversité de vins et de Portos :

    – raisins blancs de Viosinho, Rabigato et Gouveio utilisés pour le Porto Blanc Oscar et Quevedo Blanc

    – les rouges sont utilisés pour rafraîchir et équilibrer nos Portos Vintage et nos LBV. Ils sont également l'épine dorsale du rouge d'Oscar; Le vin de Claudia et le Quevedo Rose ont très souvent une touche de raisin Trovisca 

    QUINTA DA VALEIRA

    Valeira possède certainement l'un des plus beaux points de vue du Douro. Il est situé là où se termine le Cima-Corgo et où commence le Douro Superior. Acquise par Quevedo en 2014, cette propriété de 27 hectares (ha) a été plantée en 2006 avec un total de 9,68ha, compte 5,02 ha de Touriga Nacional (représentant 52% de la superficie totale plantée, avec 18,332 plants), 2, 15 ha de Touriga Franca (22%, 7.287 plantes), 1,34 ha de Tinta Francisca (14%, 4.010 plantes) et 1,17 ha de Sousão (12%, 4.290 plantes). Situé entre 428 et 495 mètres d'altitude, les températures ne sont jamais trop élevées car c'est un endroit bien ventilé. Le schiste du sol permet à l'eau de s'écouler et retient la chaleur les jours d'été, et la restitue pendant la nuit. Le système de conduite de la vigne est le cordon du Royat.

    Avec ce nouveau vignoble, nous nous attendons à ce que le Touriga Franca et le Sousão apportent de la complexité et de l'intensité à notre LBV, complétés par la fraîcheur attendue de Tinta Francisca. Le Touriga Nacional, en dehors des LBV, sera utilisé pour exprimer l'élégance du mélange rouge d'Oscar.

    S'il y a un endroit dans le Douro où vous pensez pouvoir toucher le ciel avec vos doigts tout en vous lavant les orteils dans la rivière, c'est bien celui-ci. Regardez vers le nord et vous verrez le fleuve Douro, presque comme un ruisseau après avoir traversé le barrage de Valeira. Un peu en bas de la rivière, vous verrez Quinta da Alegria. À droite du barrage se trouve le Cachão the Valeira, le coude étroit de la rivière où J. J. Forrester a perdu la vie en revenant à Pinhão en bateau avec D. Antónia Ferreira après avoir passé la journée à Quinta do Vesuvio. Au sud, vous trouverez le vaste tapis vert qui comprend Quinta de Cidrô. Et en regardant autour de vous, vous trouverez de nombreuses autres belles quintas autour de la propriété.

    QUINTA SENHORA DO ROSÁRIO

    En haut de la colline, à 611 mètres au-dessus du niveau de la mer et entourant la cave de Quevedo, se trouve la plus ancienne propriété plantée en 1960 par João Quevedo. Dans ce vignoble d'assemblage de terrain de 9,8 ha, où nous estimons le pourcentage suivant pour les variétés plantées : 35% Tinta Barroca, 25% Touriga Franca, 15% Tinta Amarela et 25% pour les autres variétés. En raison du long âge de ces vignes dans ce vignoble, le système de conduite de la vigne est Guyot. C'était le mode de conduite traditionnel de la vigne dans le Douro, jusque dans les années 1980.

    En raison de l'emplacement, sur le plateau de S. João da Pesqueira, les vignes ont tendance à être les dernières à être taillées et récoltées. L'altitude plus élevée de cet endroit aide les températures à ne jamais atteindre des niveaux trop élevés, ce qui se traduit par des niveaux d'acidité plus élevés pour les raisins. Pour cette raison, les vins élaborés avec des raisins de Senhora do Rosário sont élégants et frais, produisant la base de nos vieux Tawnies.

    Cette quinta, située dans la partie supérieure de la région de Cima-Corgo, doit son nom à la chapelle de la Dame du Rosaire (Senhora do Rosário), située à côté de la propriété. Les très vieux murs de schiste, si typiques du Douro ainsi que les oliviers plantés en bordure maintiennent la propriété délimitée.

    QUINTA DA ALÉGRIA

    Quinta da Alegria est l'une des propriétés (l'autre est Mós) qui appartient à la famille de Beatriz. Sa première plantation remonte au début du siècle dernier. À cette époque, il était interdit d'exporter du vin de Porto directement du Douro et les raisins étaient fermentés et moûtés à la cave de la propriété. Après l'hiver, le port serait ensuite expédié dans des tuyaux sur des bateaux rabelo à Vila Nova de Gaia. Plus tard, dans les années 80, Joaquim Morais Fernandes et Judite ont replanté cette quinta avec de nouvelles vignes. Lorsque Judite et Joaquim sont décédés, la dernière décennie, la propriété a été héritée par leurs fils, José Carlos, Beatriz et Judite, qui en gardent la propriété.

    Au sommet de cette quinta de 13,7 ha orientée sud-est située dans la partie supérieure du Cima Corgo, nous avons planté 1,5 hectare (ha) de Tinta Roriz, et juste en dessous 1,2 ha de Touriga Franca tous deux replantés en 2003. Puis, entre la maison, en plein milieu de la quinta et du chemin de fer, nous avons (de bas en haut) 2 ha de Tinta Amarela, 3 ha d'Alicante Bouschet, 2 ha de Touriga Nacional, 2 ha de Touriga Franca et 2 ha Tinto Cão, planté en 2014/15. Le sol est majoritairement schisteux avec une influence croissante de granit au fur et à mesure que l'on monte. La formation de la vigne est double Royat. Les raisins produits à Quinta da Alegria (qui en portugais signifie Bonheur) sont utilisés sur nos Rubis et Tawnies de réserve.

    Il y a une remarque particulière sur cette quinta de 28 ha. C'est l'un des très rares, les deux autres sont Vargellas et Vesuvio, avec une gare au milieu de la propriété. Le chemin de fer, qui relie Porto à Pocinho, divise les cultures plantées : vignes au-dessus du chemin de fer, au-dessous des orangers, des mandarines et des citronniers, s'étendant sur 720 mètres de front de rivière. 

  • Domaine Parès Balta

    Domaine Parès Balta

    Datant de 1790

    L'histoire de Parés Baltà commence au XVIIIe siècle, lorsqu'en 1790, les premiers vignobles ont été plantés sur le domaine Parés Balta, vignobles qui entourent encore le manoir où se trouve notre cave.

    L'ancienne cave à cava a été construite au début du XXe siècle, pierre par pierre. Situé à 10 mètres sous terre avec une température naturelle et constante de 14-15ºC, c'est le lieu idéal pour le vieillissement de nos cavas. La salle des barriques a tous les petits détails pour laisser vieillir les vins dans les conditions les plus favorables, même pendant les étés les plus chauds.

    La nouvelle génération

    Trois générations de vignerons dédiés à la viticulture biologique et biodynamique

    Actuellement, c'est la troisième génération de la famille Cusiné, Joan et Josep, qui est à la tête de la cave, avec l'aide inconditionnelle de leurs parents et de leurs épouses, María Elena et Marta, deux femmes qui sont tombées amoureuses des frères en découvrir le monde du vin et devenir plus tard les vignerons de la cave.

    Nos valeurs et notre vision ont toujours été liées au respect de la nature et à la protection de notre environnement. Ils sont l'héritage familial hérité de la première génération de la famille, Joan Cusiné Hill et Rosa Cusiné.

    La poursuite d'un rêve

    Pour créer les meilleurs vins de qualité

    Joan Cusiné Hill est né en 1917 dans un petit village du Penedès. Fils d'une famille de vignerons, il a consacré toute sa vie à la culture de la vigne. Il a commencé à travailler à l'âge de 7 ans et n'aurait jamais pris sa retraite, à l'âge de 80 ans, il aidait encore à superviser les travaux agricoles effectués dans ses fermes.

    Respect du patrimoine et de la tradition

    Son fils, Joan Cusiné Cusiné, prend la tête du domaine dans les années 1980. Il a produit le premier vin blanc, Blanc de Pacs, un vin devenu un classique de la cave et que nous produisons encore aujourd'hui. Son obsession : unir le vin à la santé. Son épouse Maria Angels Carol a toujours été aux côtés de son mari, le soutenant pour que les vins et mousseux Parés Balta soient reconnus et admirés dans le monde entier.

    La consolidation de la philosophie familiale

    Aujourd'hui, ce sont Joan et Josep Cusiné, la troisième génération de la famille Cusiné, qui restent fidèles à leur grand-père et père. Ils continuent à produire des vins et des vins effervescents biologiques et biodynamiques de haute qualité, capables d'éveiller l'émotion et avec la prémisse de laisser la terre dont nous héritons en parfait état pour les générations futures.

    À cette fin, nous travaillons nos vignobles avec la viticulture biodynamique, un type d'agriculture qui va au-delà de l'agriculture biologique, favorisant la biodiversité, utilisant des remèdes à base de plantes et d'herbes qui améliorent et favorisent la santé des autres plantes, et créant les conditions idéales pour que la nature mener nos actions dans la façon dont nous prenons soin des vignes.

    Le défi de la troisième génération

    Allier tradition et innovation

    Au début des années 1990, Joan et Josep ont épousé respectivement l'ingénieur chimiste María Elena Jiménez et la pharmacienne Marta Casas.

    Leur amour de la viticulture et du monde du vin a été décisif pour que leurs épouses décident de rejoindre le domaine familial. Les dames travaillaient à ce qui allait être leur première récolte, lorsqu'elles ont toutes deux décidé d'étudier l'œnologie à l'Université de Tarragone, et ont ensuite rejoint l'équipe en tant que vignerons principaux. Depuis lors, leur principal défi est d'allier tradition et innovation.

    María Elena et Marta ont apporté une renaissance au Parés Balta.

    Sous leur direction, la gamme des vins que nous produisons s'est élargie, ils ont initié des techniques nouvelles et innovantes, telles que la vendange en vert dans certains de nos meilleurs vignobles ; dans la cave, ils utilisent des pratiques scolaires traditionnelles et plus anciennes, faisant du vin dans des amphores en argile ou des dames-jeannes.

    Une idée plus remarquable de leur travail était de travailler à la renaissance de cépages locaux qui ont presque été perdus dans l'utilisation de la vinification, en particulier Sumoll, Malvasia de Sitges ou Carignan blanc. 

    La passion du naturel

    La culture de nos vignes est respectueuse de l'environnement car c'est un point clé dans le sens de l'identité de Parés Baltà. Tous nos vins ont une certification biologique et nos vignobles en biodynamie (par Demeter).

    Certification en biodynamie

    Fidèles à notre esprit d'innovation, nous avons commencé en 2010 nos études sur l'agriculture biodynamique qui ont ensuite été appliquées aux vignes.

    En 2011, nous avons fait les premiers traitements biodynamiques et ils ont été appliqués dans certaines parcelles expérimentales. Un an plus tard, les excellents résultats nous ont incités à étendre l'application à tous les vignobles.

    L'agriculture biodynamique cherche à apporter un maximum de vitalité, d'équilibre et d'harmonie au vignoble. Nous travaillons avec des préparations biodynamiques et des remèdes homéopathiques qui nous aident à transmettre les influences du cosmos au vignoble. Par conséquent, nous atteignons une fertilité élevée et un contrôle naturel des parasites.

    L'agriculture biologique

    À Parés Baltà, nous cultivons les vignes de manière écologique sans appliquer d'herbicides, de pesticides ni d'engrais chimiques. Afin de fertiliser nos sols, nous avons notre propre troupeau de moutons qui s'occupe des vignes les mois qui suivent les vendanges.

    Nous avons aussi des abeilles qui pollinisent les vignes pendant la saison de floraison.

    Dans l'agriculture écologique, il est crucial de traiter les plantes au bon moment. Par exemple, nous procédons à la taille en vert des variétés les plus sensibles aux maladies. Ainsi, nous augmentons la circulation de l'air et l'exposition au soleil.

    De plus, nous effectuons les vendanges en vert en coupant une partie des raisins avant qu'ils ne mûrissent. L'objectif principal est d'augmenter la concentration et le caractère de ceux laissés sur les vignes. La quantité conservée dépend de la climatologie de l'année, mais par exemple dans le cas du Grenache utilisé pour notre vin Hisenda Miret, nous prélevons plus de 50% des raisins.

    Certains de nos vignobles sont cultivés en terrasses centenaires. Ils ont failli être abandonnés en raison de leur coût d'entretien élevé mais nous avons décidé de les réutiliser pour cultiver des cultures peu communes dans le Penedès. Ils sont complètement isolés et entourés par la nature et nos vignobles suivent l'orographie des montagnes. Les animaux sauvages comme les sangliers, les renards, les lapins et les aigles de Bonelli sont fréquemment observés. Les sangliers semblent être de vrais gourmets puisqu'ils ne mangent que des raisins bien mûrs.

    Pas d'irrigation artificielle. La seule eau que reçoivent les vignes provient directement de la pluie.

    Vins Naturels

    Il y a 2000 ans, les Ibères utilisaient l'argile des montagnes de Foix pour fabriquer des amphores… Aujourd'hui, nous prenons leur héritage pour fermenter nos vins dans des amphores, également constituées de l'argile provenant de nos vignes.

    Un vin naturel est élaboré avec une intervention minimale de produits chimiques, de technologie et de contact humain, à la fois pendant la culture du raisin et pendant la vinification. D'une manière générale, les vins naturels sont ceux qui sont produits sans rien ajouter ni enlever pendant le processus de vinification.

    Une fois que nous avons vendangé nos vieilles vignes de Xarel·lo à la main, le vin est issu d'une fermentation alcoolique spontanée dans des amphores d'argile. La porosité de celles-ci provoque une hyper oxydation et entraîne toutes les particules oxydables au fond. En conséquence, nous obtenons un vin limpide.

    Vin végétalien

    Nous sommes les héritiers de la philosophie de grand-père Joan. Il a dit qu'un verre de vin ne devrait contenir que du moût de raisin fermenté et devrait être capable de transmettre des émotions. Pour y parvenir, dit-il, il faut traiter le vignoble comme un être vivant, c'est la seule façon de faire un vin avec de la vitalité, vivant et expressif.

    Ainsi, il y a quelques années, nous avons opté pour des pratiques et méthodes biodynamiques et écologiques à la vigne, et de travailler à une intervention minimale en cave. Dans cette idéologie, nous choisissons activement de travailler avec des produits respectueux des végétaliens.

    Un vin végétalien est un vin qui n'a été en contact qu'avec des produits à base de plantes ou de minéraux dans le processus de fabrication du vin.

    Le vin est un moût de raisin qui a été fermenté sous l'action de levures, mais tout au long de son processus de transformation, il forme des sédiments naturels. Ces sédiments sont inoffensifs pour la santé et n'altèrent pas les caractéristiques aromatiques ou gustatives du vin.

    Pour obtenir un vin sans sédiments d'aucune sorte, et uniquement lorsque cela est nécessaire, nous utilisons des produits œnologiques d'origine végétale ou minérale, jamais d'animaux, pour absorber les molécules à l'origine de ces sédiments.

    Nous vous invitons à essayer nos vins, qu'ils soient végétaliens ou non, afin que vous puissiez savourer des gorgées de nature. 

  • Domaine Pascal Aufranc

    Domaine Pascal Aufranc

    Hors des sentiers battus, mon domaine est une ancienne ferme qui respire la tradition à travers ses belles pierres, dominant le bourg du village. Mon lieu de vie est aussi mon lieu de travail, perché sur la colline « En Remont ».

    Je suis entouré d’arbres, de champs et de vignes, cette mosaïque de paysages m’épate chaque jour et confère à mes vins une expression singulière, symbole de cette harmonie.

    J’ai toujours privilégié la patience et l’observation, mes méthodes culturales sont les plus respectueuses possible de l’environnement, isolé, je peux mener à bien ce choix du raisonné.

    Mon indépendance ne m'empêche pas d'être en contact permanent avec les autres membres du groupe TERROIRS ORIGINELS, à nous tous, nous prouvons que la solidarité et l'exigence peuvent triompher!

  • Domaine Pascal Berthier

    Domaine Pascal Berthier

    J’ai toujours eu besoin de rester proche de mes terres.

    Le luxe c’est de vivre ici dans cette nature généreuse... elle nous inculque une autre compréhension du temps, où patience et ténacité sont les maîtres mots.

    J’aime choyer ces terroirs pour que subsiste encore l’héritage de gens consciencieux et faire en sorte qu'à chaque gorgée de vin se dégage le plaisir et la vérité.

    Depuis 30 ans, au travers de ma production de vins blancs et rouges du Mâconnais et Beaujolais, je cherche à retrouver le goût d’antan en revenant vers mes racines tout en réduisant mon empreinte.

    A l’écoute des consommateurs de vin, je tiens à échanger, écouter, comprendre et parfois me remettre en cause pour aller de l’avant.

    Mon investissement associatif, et dans Terroirs Originels m’apporte l’expérience humaine dont j’ai besoin.

    Je trace ma route sereinement sur les pas laissés par les générations précédentes, et, entourés de mes amis artisans vignerons, nous ouvrons un large sillon de renouveau dans ce berceau qui nous a vu grandir.

  • Domaine Pélaquié

    Domaine Pélaquié

    Depuis le XVIème siècle, la famille Pélaquié cultive la vigne en vallée du Rhône Méridional.

    Aujourd’hui, à la tête de l’exploitation située à St Victor-la-Coste dans le Gard, c’est Luc Pélaquié qui entretient la tradition familiale. Passion, rigueur mais aussi créativité caractérisent le travail de notre équipe pour confectionner chaque année des cuvées de qualité, subtiles et audacieuses.

    Nos Vins, fruit de notre travail et de notre passion...

    Le Domaine Pélaquié, situé dans la partie méridionale des Côtes du Rhône, produit toute la gamme des vins de la Côte du Rhône rive droite. Le domaine s'étend sur100 hectares, dont une grande partie entoure la maison familiale située à Saint-Victor-la-Coste dans le Gard.

    Côtes du Rhône

    Face à Avignon, sur la rive droite du Rhône, dominé par le climat méditerranéen, le vignoble est très ensoleillé grâce au vent-roi le mistral. Sur des sols à dominante calcaire, où gisent les galets roulés il y a des siècles par le Rhône, à l'intérieur de microclimats, vivent des cépages variés qui permettent de multiples assemblages d'où naissent toute une gamme de vins typés.

    Cuvée Luc Pélaquié

    Les cuvées "Luc Pélaquié" sont issues des plus vieilles vignes de notre vignoble. La sélection parcellaire, les faibles rendements et un travail spécifique d'élevage garantissent la qualité et l'authenticité de celles-ci. L’élevage du vin se fait en fût de chêne de 500 litres de 3 vins (sur lies fines dans le cas du Lirac Blanc).

    Laudun

    Présent depuis l'époque romaine, le vignoble de Laudun, qui couvre trois communes - Laudun, Saint Victor la Coste et Tresques - a connu une forte renommée au 17ème siècle. Les vignes s'étagent sur des pentes pierreuses et graveleuses ou s'étalent dans la plaine sur des sols squelettiques peu humides.

    Lirac

    Le vignoble du Lirac s'étend sur quatre communes du Gard, Lirac qui a donné son nom à l'appellation mais aussi Saint Laurent des Arbres, Roquemaure et Saint Geniès de Comolas. Depuis plus de deux millénaires la vigne y pousse sur des sols de terrasses rouges de galets roulés, des sols loessiques et des sols sableux squelettiques.

  • Domaine Robert Perroud

    Domaine Robert Perroud

    L’aventure humaine est mon principal moteur, les rencontres et le partage de la passion me stimulent en permanence.

    La création de Terroirs Originels il y a 15 ans m’a permis de m’investir pleinement dans une dynamique de fond : la recherche de l’excellence du cep au verre.

    Ce qui m’anime plus que tout est la nature, j’aime me sentir en osmose avec elle, j'ai d'ailleurs des parcelles dans le sud du Beaujolais certifiés "AB" que j'ai planté avec mon frère.

    Je prends du temps pour observer l’environnement et le protéger en développant la biodiversité dans mes vignes.

    Je me considère comme un artisan de la vigne et du vin car je jongle entre tradition, technique minutieuse et mon savoir-faire évolue chaque année. 

    Tout est cousu main, de la taille à la récolte : pas de grand vin sans raisins exceptionnels.

    Ces derniers sont ramassés à la main à pleine maturité, par une joyeuse et fidèle troupe de vendangeurs, puis transportés en petites caisses de 50 kg jusqu’au cuvage situé à quelques mètres de mes parcelles ».

  • Domaine Santa Tresa

    Domaine Santa Tresa

    Santa Tresa est situé sur une plaine, avec la rivière Dirillo au nord, les montagnes Iblei à l’est et ouvert sur la mer au sud et à l’ouest.

    La Sicile est une terre entourée par la mer, qui a été envahie, habitée, colonisée et aimée par d’innombrables personnes. 

    Ici même, dans ce petit coin de l’île, nous avons un mélange culturel extraordinaire d’une richesse incroyable.

    Vittoria est dominée par la culture du vin - le vin est représenté partout - dans des fresques étonnantes, dans des céramiques locales et dans le folklore ancien.

    Le vin a façonné la vie et les souvenirs des habitants de Vittoria, qui ont vécu et respiré la culture du vin pendant plus de 3 000 ans.

    Santa Tresa remonte à 1697.

    Le petit hameau ou « contrada » a été dédié à Santa Teresa à la fin du 17ème siècle.

    Le dicton dit que pendant une sécheresse, un moine qui cherchait de l’eau a trouvé une petite statue de Santa Teresa. Il a décidé de commencer à creuser à ce point précis et a trouvé une source d’eau, qui est devenue inestimable pour les régions voisines. Ce puits existe encore aujourd’hui et est situé à la limite nord de notre domaine.

    Significations

    La nature, la tradition et la rencontre des cultures, nous avons la combinaison parfaite à Santa Tresa.

    Le nom Santa Tresa est une abréviation en dialecte sicilien pour « Santa Teresa », l’une des figures religieuses les plus aimées de Sicile.

    Stefano et Marina

    Tous deux des personnages déterminés avec de nombreuses années d’expérience derrière eux, ils ont immédiatement reconnu le potentiel du terroir de la Sicile.

    C’est au début des années 1990 que frère et sœur, Stefano et Marina Girelli, entrepreneurs viticoles du Trentin, ont découvert les merveilleux vignobles de Sicile.

    En 2001, Santa Tresa a été acquise par Stefano et Marina, qui ont immédiatement commencé le projet de refonte complète de l’ensemble du domaine - une tâche énorme qui a été stimulée par le caractère chaleureux et accueillant de la Sicile.

    Dans une sorte de « migration inverse » venant du Nord vers le Sud, plutôt que l’inverse, Stefano et Marina sont tombés amoureux de la Sicile.

    Une réunion de trente ans d’expérience dans le Trentin et la vraie Sicile, c’est un autre exemple de la Sicile ouvrant ses portes à toutes les cultures.

  • Domaine Serre Romani

    Domaine Serre Romani

    Une Famille

    De père en fils, la viticulture est dans le sang depuis des générations chez les Pratx.

    Aujourd'hui Michel, le père, a transmis à son fils Laurent cet amour pour la terre.

    Pendant ses études à Purpan, Laurent rencontre Cylia et à deux ils partent d'abord travailler en Vallée du Rhône où ils font tous deux leurs expériences professionnelles.

    En 2008, ils reviennent s'installer au pays pour s'enraciner et fonder leur famille qui s'agrandit de jour en jour. Ils sont les heureux parents de six enfants dont le dernier a vu le jour l'été 2019.

    Une transmission, des racines, une passion, des valeurs... l'amour de l'homme et de sa terre.

    Un lieu

    Nichée dans le Roussillon, la famille Pratx se transmet depuis toujours les parcelles de vignes et l'amour d'un terroir.

    La Vallée de l'Agly, un lieu fabuleux entre montagnes et mer, où il fait si bon vivre.

    Après son retour au racine, Laurent décide de s'installer autour de ses vignes et construit Serre Romani.

    Une cave de vinification, pour confectionner ses élixirs.

    Une maison pour la famille afin de pouvoir autant bichonner sa femme & ses enfants que ses vins.

    Une boutique pour partager sa passion.

    Nos vignes

    Du Muscat, du Grenache, du Mourvèdre, du Carignan..

    Des sols schisteux, argileux, rocheux, rouge, noir...

    De la taille Guyot, en gobelet, en cordon...

    Du rouge, blanc ou rosé...

    Dans la vallée, en pente, en montagne...

    Les 25ha de vignes sont d'abord individuellement et amoureusement observées et soignées afin de donner le meilleur d'elles-mêmes, de la même façon que la terre est soignée et respectée.

    Vinifié puis mis en bouteille et habillé, c'est en famille que l'apprentissage se fait avant de fournir le résultat final.

    Des vins forts en expression  mais fins en bouche, Laurent Pratx laisse son empreinte bien personnelle pour la plus grande satisfaction de ses clients.

    Le verger & les abricots 

    Chez les Pratx, la passion de la terre ne s'arrête pas à la vigne.

    Dans un terroir où vent et soleil se fréquentent, les vergers se répandent et donnent de très beaux fruits.

    C'est à Rivesaltes que Laurent récolte différentes variétés d'abricots pour le plus grand plaisir des locaux, des touristes mais...surtout des enfants! 

    Aujourd'hui, des amandiers, des grenadiers mais aussi des oliviers ont été plantés dans le verger pour pouvoir se diversifier. 

    Productions respectueuses de l'environnement et toujours en quête du meilleur à vous offrir.

  • Domaine Simonis

    Domaine Simonis

    Notre Domaine est situé en plein cœur de l'Alsace, à Ammerschwihr, au pied des Vosges, à 10 km de Colmar.

    Guidé par une véritable passion du vin, Etienne SIMONIS impose sa signature dans ses vins.

    Comme un artiste, il crée ses vins. La Biodynamie, pratiquée depuis 20 ans sur notre domaine apporte pureté et caractère à nos vins.

    La région Alsace

    Très connue pour son architecture et ses cigognes, l’Alsace l’est aussi pour son vignoble qui s’étend sur 15 000 ha.

    petite venise min.jpgTraversé par les 170 km de la Route des Vins, le vignoble est blotti dans les contreforts des Vosges qui le protègent des précipitations.

    La région de Colmar et la vallée de Kaysersberg bénéficie d’un micro-climat particulier avec une pluviométrie très faible et un ensoleillement maximum.

    Cette situation permet aux vignes d’Ammerschwihr de produire des raisins d’une très belle maturité.

    Le Domaine Étienne SIMONIS

    domaine_1.jpgNotre domaine s'étend aujourd'hui sur 7ha, principalement sur la commune d'Ammerschwihr mais aussi sur les communes de Bennwihr, Kaysersberg et Sigolsheim.

    Nous cultivons notamment des vignes sur le Grand Cru Kaefferkopf ainsi que sur le Grand Cru Marckrain.

    Toutes nos parcelles sont travaillées selon les principes de la biodynamie et tous nos vins sont certifiés pour l'agriculture biologique par Ecocert et par Demeter pour l'agriculture biodynamique.

    Les différents terroirs

    Le Grand Cru Kaefferkopf

    kaefferkopf.jpgNous y avons 3 parcelles sur deux types de sols différents : granitique et calcaire.

    Ce grand Cru s'étend sur plus de 70 ha et a obtenu l'appellation Grand Cru en 2007. Le Kaefferkopf bénéficie d'une réputation très ancienne qui en fait l'un des fleuron du vignoble alsacien. C'est ainsi qu'il fit l'objet d'une protection judiciaire en 1932, avant même l'émergence du concept d'Appellation d'Origine Contrôlée.

    Les vins qui y sont produits allient élégance et puissance aromatique.

    Le grand cru Marckrain

    Au Sud de Bennwihr, le Marckrain s'appuie sur la Route des Vins d'Alsace.

    Il bénéficie d'une exposition sud-est très favorable et du micro-climat de la région de Colmar. Ce grand Cru s’étend sur plus de 50 ha.

    Nous y avons deux parcelles de gewurztraminer sur un sol marno-calcaire.

    De très bonne constitution, corsé, puissant et aux arômes complexes très développés, le Gewurztraminer Marckrain présente une harmonie parfaite.

    Le Vogelgarten

    C'est un lieu-dit situé sur la commune de Sigolsheim, entre les Grands Crus Mambourg et Furstentum.

    Ce terroir marno-calcaire bénéficie d’une durée d’ensoleillement optimale.

    Les vins qui y sont produits présentent une grande finesse et des arômes puissants.

    Sur un terroir de granit friable, le lieu-dit Katzenstegel bénéficie d'une belle exposition sud-est, optimisée par un agencement des vignes en terrasses sur les flancs de ce coteau.

    Ces parcelles isolées sont plantées en pinot gris et riesling, qui offrent de superbes arômes alliés à une belle minéralité.

  • Domaine Tinel-Blondelet

    Domaine Tinel-Blondelet

    1 FEMME, 15 HECTARES, 3 APPELLATIONS, 3 TERROIRS, 3 CEPAGES

    Annick Tinel-Blondelet est à la tête du domaine depuis 1983, après avoir obtenu son BTS Viti-Oeno à Beaune.

    Passionnée par la nature, cette femme de caractère a pour objectif de réaliser des vins qui lui ressemblent : authentiques, francs et pleins de vitalité.

    Aujourd’hui, le Domaine s’étend sur 15 Hectares de vignes répartis sur les 3 appellations : Pouilly Fumé, Sancerre et Pouilly sur Loire.

    Souhaitant conserver au mieux la typicité des vins, Annick Tinel-Blondelet travaille avec passion, 3 cépages (Sauvignon, Chasselas et Pinot Noir) et 3 différents terroirs (Marnes kimméridgiennes, Calcaires de Villiers, Silex ), ce qui permet de réaliser des vins authentiques et conformes à leurs origines.

    Soucieuse de l’environnement, une approche raisonnée de la viticulture a été mise en place depuis de nombreuses années afin de prendre soin de la vigne, de la biodiversité et des générations futures.

    Enfin, pour gérer, entretenir le vignoble et réaliser des vins de qualité, le domaine possède une cave dotée d’équipements modernes et Annick Tinel-Blondelet est entourée d’un personnel sérieux et compétent.

    Une famille de viticulteurs depuis plus de 400 ans.

    Annick Tinel-Blondelet a repris le domaine de ses parents, Camille & Fernand, en 1983, devenant ainsi la 12ème génération de vignerons dans la famille.

    En effet, l’histoire aurait débuté avec Guillaume Blondelet, vigneron à Chaulgnes, à la fin du XVIème siècle.

    Du côté de Camille, les traces des premiers vignerons dans la famille remontent aux années 1650 avec Louis Figeat.

    Histoire : le Domaine au temps de Fernand

    Il y a plus d’un demi-siècle, Fernand Blondelet exploitait quelques hectares de vignes dans le cœur de Pouilly sur Loire.

    Au fil du temps, il décida de concentrer son activité sur la viticulture et d’abandonner peu à peu la polyculture.

    Il fut ainsi le premier à ouvrir un caveau de dégustation « A la Cave du Vigneron » au bord de la Nationale 7, qui existe d’ailleurs toujours aujourd’hui.

    Par la suite, il eut l’opportunité d’acheter quelques parcelles de vignes à Thauvenay, une commune proche de Sancerre, permettant ainsi de travailler sur une nouvelle appellation.

    Il s’agit encore à l’heure actuelle, d’un atout majeur pour notre domaine.

    Une distribution en France et à l’international

    Situé à Pouilly sur Loire, notre Domaine, ouvert toute l’année, permet aux visiteurs de venir déguster et découvrir nos vins.

    Les visites de cave sont possibles pour des groupes de 10 à 40 personnes, mais uniquement sur réservation.

    Pour ceux qui n’ont pas la possibilité de venir sur place, il est possible de commander par téléphone, par internet ou directement sur notre boutique en ligne.

    Nous vous invitons également à nous rendre visite sur les salons des vignerons indépendants auxquels nous participons dans plusieurs villes de France.

    Nous exportons vers plus de 23 pays

    Nos vins sont également présents dans plusieurs restaurants et cavistes de toute la France. Enfin, depuis 1976, nous sommes aussi très présents à l’international. A l’heure actuelle, nous exportons nos vins vers plus de 23 pays.

    Les sols… Une véritable richesse !

    Les différents sols sur lesquels nous travaillons représentent pour notre vignoble une véritable richesse. En effet, travaillant uniquement en monocépage, toutes les caractéristiques de nos cuvées proviennent des terroirs.

    Nous travaillons sur trois types de sol :

    Les Marnes Kimméridgiennes

    qui représentent un sol argilo-calcaire avec plein de petites huîtres fossilisées et d’ammonites. Il s’agit d’un terroir typique de Pouilly sur Loire que l’on retrouve dans la célèbre cuvée « l’Arrêt-Buffatte » et la cuvée « Quercus ».

    Les Calcaires de Villiers ou, fines caillottes,

    dont la cuvée « Génetin » et le Pouilly sur Loire sont issus.

    Les Silex, aussi appelés « Pierres à fusil »

    pour nos Sancerre Blanc, Rosé et Rouge.

    3 cépages : Sauvignon, Chasselas, Pinot Noir

    Pour l’élaboration de nos cuvées nous travaillons avec 3 cépages :

    Le Sauvignon

    pour le Pouilly-Fumé et le Sancerre Blanc

    Le Chasselas

    Cépage du Pouilly sur Loire, le chasselas est quelque peu atypique pour la vinification puisqu’il est généralement consommé en raisin de table. Néanmoins, faisant partie de l’histoire du vignoble, nous souhaitons toujours travailler ce cépage.

    Le Pinot Noir

    pour le Sancerre Rouge et le Sancerre Rosé

    Nos parcelles : une belle exposition Sud-Est/Sud-Ouest

    Situé sur les coteaux bordant la Loire qui marque la frontière naturelle entre l’appellation Pouilly Fumé et l’appellation Sancerre, notre vignoble profite d’une belle exposition Sud-Est / Sud-Ouest.

    Notre Pouilly-Fumé est issu de parcelles se situant uniquement sur les communes de Pouilly sur Loire et de Saint-Andelain.

    Pour le Sancerre, nos vignes sont situées sur les coteaux de Thauvenay, une petite commune au sud-ouest du village de Sancerre.

  • Domaine Vessigaud Pierre

    Domaine Vessigaud Pierre

    " Ma passion avant tout, c’est le travail dans les vignes. Je pratique depuis plusieurs années une viticulture écologique, l’entretien des sols se fait par le labour, et par l’utilisation de soufre et de cuivre uniquement pour les traitements, pour vous garantir des vins sans résidus de pesticides.

     Pour moi l’amour du métier passe avant tout par le respect de la plante et de l’environnement, véritable fil conducteur d’un exploitant.

    Avec de beaux raisins, la vinification n’a (presque) pas besoin du vigneron ! "

    Savoir-faire

    Domaine-des-ValangesIl n’y a pas de grands vins sans de bons terroirs et de beaux raisins.

    La qualité du vin ne se décline pas uniquement par son goût, mais aussi par les méthodes employées pour le produire, c’est la raison pour laquelle que nous avons choisi une viticulture écologique.

    Notre objectif est de préserver nos terroirs et de conduire notre vignoble le plus naturellement possible.

    Les vendanges s’effectuent manuellement lorsque les raisins sont bien mûrs, ensuite ils sont acheminés entiers dans un pressoir pneumatique pour subir pendant plusieurs heures un pressurage très lent.

    Après un débourbage de 24 heures, les moûts sont entonnés en fûts de chêne et foudres, sans employer de levure ni de thermorégulation.

    Les vins sont laissés sur lies très fines pendant 18 mois avant d’être embouteillés.

    Le domaine Vessigaud en quelques dates

    1987 – Année de mon installation sur le domaine familial.

    1995 – Je décide de prendre un grand virage à la vigne avec le retour au travail du sol systématique (à l’époque 1 seul domaine sur l’appellation). Nous remplaçons ainsi le désherbage des sols par un labour total entre les rangs et sous le rang.

    1998 – Première cuvée parcellaire : Pouilly-Fuissé « Vers Pouilly » ( 4 à 8 fûts par an).

    2000 – Fermentations et élevage exclusivement en foudres et fûts de chêne.

    2003 – 2 Nouvelles parcellaires : « Les Tâches » et « Vers Agnières » (5 à 10 fûts par an).

    2009 – Magnums de Pouilly-Fuissé, cirés à la main et non filtrés.

    2010 – Construction d’une cuverie d’homogénéisation et d’un local de stockage pour une seule mise en bouteille par millésime.

    2011 – Création d’une nouvelle cuvée « Pouilly Fuissé – Les Pierres à Canards »…

  • Domaine Vincent Baumet

    Domaine Vincent Baumet

    C’est la stupeur, l’étonnement dans la famille quand Vincent Baumet et sa compagne Dominique Pieracci se mettent à table et déballent tout : leur difficulté, leurs envies de faire du vin et annoncent en ce jour de 2010 leur intention de quitter la coopérative et de vinifier leurs propres vins.

    Car chez les Baumet, on travaille la terre depuis plusieurs générations. Au fil des ans la polyculture est abandonnée et seule la vigne est conservée à l’exception de quelques oliviers. L’ensemble de la production est livrée à la coopérative. C’est l’âge d’or de la « chimie viticole ». Même s’il suit la route tracée par les anciens, vingt ans de cette vie ont épuisé Vincent. L’envie de faire du vin sans chimie taraude le couple.

    Le domaine de 30 hectares compte 4 hectares en appellation Massif d’Uchaux (reconnue depuis 2005), 20 en Rochegude et 10 en Côtes du Rhône. Le domaine prend comme logo la roue catalane. Dominique précise : « Quand nous avons commencé à faire du vin, les vieilles familles du village de Lagarde Paréol nous ont apporté le fouloir qui appartenait aux 5 familles vigneronnes du temps des grands-parents de Vincent, nous disant que nous étions les seuls à faire du vin, et qu’il nous revenait de droit. C’est donc naturellement que la roue d’entrainement de ce fouloir est devenue l’emblème du domaine. »

    Dès le début la vigne est conduite en Bio, la certification arrive en 2013.

    Pour le premier millésime, la cave et le matériel sont prêtés par la famille Perrin, les propriétaires d’un des domaines les plus réputés de la région, le Château de Beaucastel. Le raisin est magnifique et si une partie est livrée à la coopérative, cinq cuvées sont produites (environ 20 000 bouteilles).

    En 2011, on explique gentiment au père que les vieilles caves familiales de Rochegude qu’il avait transformées en garage vont reprendre du service : plus de soudure à l’arc et surtout pas question de stocker du fuel ici pour préserver l’air de toute odeur parasite.

    A la cave, le couple parie sur des élevages longs avec le moins d’intervention possible. Pas de levurage mais des levures indigènes, ni de collage et la filtration se limite aux grosses particules. Les blancs sont élevés séparément et assemblés uniquement au moment de la mise. Le So2 utilisé est sous forme liquide, pur, sans potassium pour le conserver et son utilisation est réduite au minimum.

  • Domaine Viret

    Domaine Viret

    Depuis plus de 20 ans, nous produisons du vin issu de la COSMOCULTURE®.

    Nous avons l’ambition de faire des grands vins avec plus de cent cépages et sans utiliser d’intrants œnologiques et/ou en limitant l’ajout de produits extérieurs. Nos pratiques viticoles sont très exigeantes, et suivent le cahier des charges de la COSMOCULTURE®.

    Nous avons proscrit tout adjuvants et additifs de nos vinifications, à l’exception du SO2 avec une dose maximum de 20mg/L sur notre exploitation viticole. Nous souhaitons valoriser notre terroir, ainsi que les qualités et le savoir-faire des hommes qui le travaillent.

    Les plantes locales du domaine sont utilisés en préparation pour aider la vigne à s’équilibrer en autonomie.

    Les structures parfaitement régulière des végétaux révèlent un processus d’auto-organisation, dans lequel interviennent deux molécules clés dans ce système d’homéopathie. L’eau est également un support fondamental pour la Cosmoculture®.

    Le principe de la dilution (qui est aussi celui de l’homéopathie) fait partie intégrante de toute expérience mettant en jeu la mémoire de l’eau.

    Benveniste démontre que si l’on met en contact une molécule avec de l’eau puis que l’on retire cette molécule par dilution ; à la 24ème dilution (ce qui reviendrait à diluer la goutte d’ADN initiale dans tout l’océan Atlantique), il reste une stimulation électromagnétique de la molécule de base. Sa conclusion est que l’eau peut émettre et capter des ondes, donc des informations.

    Nous sommes situées sur un lieu chargé d’histoire, de l’antiquité à aujourd’hui.

    C’est dans l’objectif de préserver des valeurs vielles de plusieurs siècles, voir des millénaires, que nous avons fait le choix de construire une cave inspiré d’une architecture égyptienne et celles des cathédrales Cisterciennes. Symbole de l’harmonie à la Renaissance, et plus connu sous le nom de « nombre d’or », nous avons bâti et penser chaque recoin de notre cave grâce à la « proportion divine », 1.618.

    Les constantes fondamentales définissent les propriétés des lois de la nature. Leur valeurs ne varie ni dans le temps ni dans l’espace.

    Nous partons du principe que le vin est un produit vivant qui suit les cycles naturels et ses influences. Nous avons construit cette cave dans la continuité de notre philosophie de travail du vignoble pour mettre le vin dans des conditions optimales.

  • Domaine Virgile Joly

    Domaine Virgile Joly

    Le Domaine

    Au sud de la France, au pied du plateau du Larzac, face à la méditerranée, à St Saturnin de Lucian, se trouve le domaine Virgile Joly.

    C’est un terroir reconnu où le climat, les sols, les vignes et les hommes produisent des grands vins depuis des siècles.

    La jeune équipe familiale cultive les vignes en agriculture biologique et proche de la biodynamie, dans le respect de la nature, sans désherbants, ni produits chimiques de synthèse.

    Une grande importance est donnée au rythme de la nature, à ses écosystèmes et sa diversité.

    Les vieilles vignes du domaine sont cultivées et récoltées à la main, afin de produire des quantités limitées de raisin d’une concentration et d’une finesse permettant d’élaborer les vins.

    Domaine Virgile Joly : le terroir passionnément

    Depuis près de 20 ans, Virgile Joly extrait du sol une gourmandise pétrie de fruits rouges qui déploie ses charmes avec douceur. Des vins mêlant son attachement au terroir à la subtilité de son savoir-faire dans un total respect de la nature.

    De son enfance passée dans la vallée du Rhône entre Avignon et Vaison-la-Romaine, ce petit-fils de vigneron a gardé intact son attachement à la terre. Après avoir travaillé comme œnologue en France et au Chili, il crée le domaine en mars 2000 sur 1 ha, pour sa 10e vinification.

    Quelques mois plus tard, il obtient 4 ha de vignes supplémentaires en fermage lui permettant de s'installer comme jeune agriculteur dès l'année 2001, où il se reconvertit à l'agriculture biologique (certifié par ECOCERT).

    La même année, l'écrivain anglais Patrick Moon passe deux semaines par mois avec Virgile qui sera le fil conducteur de son ouvrage « VIRGILE’S VINEYARD, A year in the Languedoc wine country» (Ed John Murrays ) racontant, en parallèle, l’histoire du vin en Languedoc.

    En 2002, 3 hectares de vigne viennent agrandir le domaine. Et l’année suivante, Magdalena Bogucka, la compagne de Virgile Joly, s’installe sur le domaine. Après l’euphorie de la création, vient le moment de structurer le domaine, afin de sans cesse, améliorer le vignoble, sa culture et le travail de cave, mais aussi l’administration du domaine et la commercialisation des vins.

    En 2006, le domaine occupe trois personnes, cultive 8,5 hectares pour une production proche de 2 500 caisses, soit environ 30 000 bouteilles.

    Aujourd'hui, le Domaine Virgile Joly est une véritable histoire de famille. Magdalena travaille à ses côtés pour l'aider dans son entreprise : faire du vin haut de gamme issu de l'agriculture biologique.

    Le Terroir

    Les vignes se situent sur les communes de Saint-Saturnin, de Jonquières et d’Arboras entre 100 et 400m d’altitude.

    Au pied du Larzac, riche des parfums de garrigue, l’Hérault a formé de vastes terrasses caillouteuses, argilo-calcaires, qui descendent jusque sur les rives du fleuve.

    Le climat est de type méditerranéen, caractérisé par un ensoleillement exceptionnel et des précipitations au printemps et en automne. Saint- Saturnin se situe par ailleurs dans les couloirs de la Tramontane et du Mistral, vents froids venant l’un du nord-est, l’autre du nord-ouest.

    Le vignoble est sur l’aire d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) Coteaux du Languedoc – Terrasses du Larzac, et bénéficie d’une dénomination locale : Saint Saturnin.

    Les cépages sont le Grenache blanc et rouge, la Syrah, le Carignan et le Cinsault.

    Les vignes âgées de 25 à 50 ans, sont cultivées en agriculture biologique. Les rendements sont maîtrisés en fonction des vins, et sont volontairement faibles, à moins de 30 Hl/Ha en moyenne sur l’ensemble de l’exploitation.

    Un travail manuel est privilégié, il permet à la main et à l’œil de l’homme d’être au plus près du besoin de chaque souche, de chaque parcelle.

    Les vendanges achèvent une année de travail, la totalité du vignoble est récolté à la main.

    Les raisins sont directement triés à la vigne, et transportés à la cave dans des cagettes de 10-12 Kg.

    La date des vendanges est fixée avec soin, en fonction des maturités du raisin, des rapports Sucre/Acidité, et de la maturité des tanins. C’est un moment clé pour l’équilibre et la finesse des vins.

    Vinification et élevage

    Les raisins sont éraflés puis vinifiés de façon traditionnelle, avec pigeage et remontage.

    Les températures de fermentation sont contrôlées plusieurs fois par jour et régulées en fonction de la fermentation.

    Les macérations sont longues de 3 à 5 semaines et peuvent être allongées jusqu'à 10 semaines.

    Les macérations terminées, le décuvage et le pressurage sont effectués à la main.

    Les marcs des meilleures cuves sont aussitôt distillés par M. Frecon, et produisent les eaux de vie du domaine.

    Les différentes parcelles et cépages sont vinifiés assemblés ou séparément, les assemblages des vins étant finalisés au mois de décembre.

    Les vins assemblés sont ensuite élevés en cuves ou en barriques de chêne français.

    Au domaine, il n’y a pas de règle stricte. L’attention et l’adaptation sont constantes pour être au plus près du millésime, et obtenir des vins fins et équilibrés.

  • Domaine Yohan Lardy

    Domaine Yohan Lardy

    Après plusieurs voyages à l'étranger qui m'ont permis d'apprendre beaucoup, je me suis rendu compte à quel point ma région d'origine, le Beaujolais, était "en or"...

    Je suis naturellement revenu aux sources.

    J'ai repris quelques hectares de vieilles vignes, parcelles plantées en 1911 et 1950, sur les hauteurs du Cru Moulin a Vent, dans le prestigieux climat "Les Michelons".

    Les racines puisent dans un sol peu profond, maigre et composé de granite rose friable riche en manganèse.

    Je récolte tous mes raisins à la main et vinifie tout en grappes entières avec les levures indigènes, sans aucun intrant durant la vinification.

    A la recherche de finesse et d'expression dans mes vins, je les élève en fûts de chêne afin d'obtenir le meilleur équilibre possible entre le fruit et les tanins.

  • J.Boutin

    J.Boutin

    Une maison de création récente, fondée en 2007 par Stéphane Vedeau et sa mère Jeannine Boutin, qui proposent des vins des appellations crozes-hermitage, saint-joseph et côte-rôtie.

  • Jean-Luc Colombo

    Jean-Luc Colombo

    Le vignoble, une histoire de famille...

    Le rêve de Jean-Luc Colombo : devenir vigneron, se concrétise au début des années 1980 avec l’acquisition de sa première parcelle, un coteau granitique planté de vieilles-vignes de Syrah surplombant le village de Cornas. Le premier millésime du Cornas “Les Ruchets” sort des chais en 1987 et devient la cuvée phare des vins Jean-Luc Colombo.

    En 1984 Il fonde avec Anne son épouse le “Centre Œnologique des Côtes du Rhône” à Cornas, depuis lequel Jean-Luc Colombo en qualité d’œnologue met son expérience au service des domaines de la Vallée du Rhône et de Provence et les conseille.

    Leur amour du vin se transmet naturellement à leur fille Laure, la deuxième génération, avec qui s’exprime une volonté commune de donner le meilleur des terroirs. Devenu vignoble incontournable de la Vallée du Rhône, le trio familial poursuit son défi quotidien : la valorisation du terroir, et au-delà de leur propre domaine à promouvoir, c’est en tant qu’ambassadeur de l’appellation qu’il s’impose…

    Du vin, ils en font leur histoire…

    Notre engagement durable

       Zéro pesticide

    Nous n’utilisons aucun pesticides ou herbicides dans notre vignoble. Une couche épaisse de broyat de rameaux tapisse le sol de certaines parcelles pour en limiter l’érosion, y maintenir la vie microbienne et un taux d’humidité satisfaisant. Ce tapis permet aussi de freiner la pousse de végétaux concurrents de la vigne dans l’assimilation en eau et nutriments. Sur d’autres parcelles, c’est Daniel avec ses juments qui griffent le sol superficiellement. Nous essayons de maximiser un couvert végétal, en semant des engrais verts et des espèces mellifères sur nos inter-rangs, cela favorise grandement la vie de nos sols.

       Zéro irrigation

    L’irrigation est bannie, ce qui contraint la vigne à s’enraciner plus profondément et permet d’obtenir une expression du terroir pure, caractéristique de chaque millésime.

       Préservation de la faune

    Nous essayons de préserver l’habitat de la faune autochtone en protégeant les espaces boisés avoisinant nos parcelles et en disposant des nichoirs à mésanges et à chauve-souris à travers le vignoble. Nous ne nous arrêtons pas à la certification « AB » et essayons d’aller toujours plus loin dans la réduction des doses de cuivre et de soufre utilisées lors de nos traitements (en couplant notamment avec de nombreux purins) afin de déranger le moins possible la vie de nos sols mais aussi des insectes.

       Préservation de la flore.

    Depuis plus de 30 ans, Anne tient à préserver la biodiversité du vignoble. Elle a été la première et encore une des rares vigneronnes à planter des haies de végétaux autochtones entourant les parcelles. Elles favorisent les habitats de faune diverse mais aussi protègent des vents et évite les effets négatifs de la monoculture. En tant que présidente de l’appellation Cornas, Anna a lancée depuis 2018 une étude sur l’ensemble de la biodiversité de l’appellation afin d’inciter les vignerons à mieux respecter ce qu’ils pourront mieux connaître.

  • Josette & Balou

    Josette & Balou

    Josette la brasserie et Balloo l'alambic fabriquent au fil des saisons Élixirs et Bières ainsi que d'autres surprises dans cette micro brasserie distillerie francillonaise.

  • La ferme des Arnaud

    La ferme des Arnaud

    2 fils en aiguille

    Avec les frères Arnaud, c’est la troisième génération qui reprend le flambeau de l’exploitation familiale. C’est en effet leur grand-père Yves qui planta les premières vignes de la ferme dans les années 40. Leur père Pierre convertit dès 1978 la totalité de la surface en agriculture biologique.

    Les premiers produits (jus, huile, olives) sont commercialisés sous la marque « ferme des Arnaud » à partir de 1980. Après l’arrivée de Martial, puis de Samuel sur le domaine, ils créent leur cave particulière.

    2 pieds sur terre

    Bien avant que les premiers logos verts n’apparaissent, le grand-père avait le premier voulu bannir le désherbant de ses terres. Il disait souvent par instinct « ça fait du bien à ma terre ».

    C’est grâce à cette vision de l’agriculture que nos deux frères sont arrivés aujourd’hui à un équilibre des écosystèmes et de la vie microbienne des sols dans lesquels les vins viennent puiser tout leur caractère.

    2 la diversité

    En plus des vignes servant à l’élaboration de leurs vins, Martial & Samuel s’adonnent à la culture du raisin de table, de l’olivier et souhaitent accentuer à l’avenir cet effort de diversification en destinant des surfaces à de nouvelles cultures : lavande, amandiers, herbes aromatiques.

    La polyculture est pour eux essentielle pour rendre l’agriculture vivante et résiliente.

    Ça fait du bien à ma terre

    Les 2 frères ont décidé de placer la baie, le grain et donc la nature au centre de leur projet.

    C’est pourquoi le plus grand respect est apporté au fruit. Toute la vendange est déplacée en caisses (palox) de manière à pouvoir recréer un cheminement gravitaire.

    L’objectif étant de ne jamais brusquer le raisin pour conserver un maximum d’élégance et de fruit.

    Le soin particulier présent tout au long du processus de production, de la terre à la bouteille (de la grappe au tonneau) résume bien le positionnement de nos deux frères, à la croisée des chemins entre les valeurs insufflées par leurs ancêtres.

    Quand le vigneron cultive l'originalité

    Dans la famille ARNAUD, l'agriculture biologique est la conception spontanée de leur métier de vigneron. Loin d'un opportunisme commercial ou d'un enfermement dogmatique, nos deux frères sont soucieux de conserver une liberté qui leur permet de s'échapper des standards de l'agriculture biologique pour continuer à expérimenter et innover.

    Au quotidien, cela se traduit par des actions et des engagements concrets : recherche continue de la biodiversité des sols et des bordures, fournisseurs d'énergie 100% renouvelable, gestion responsable des emballages, diversification des cultures.

    L'agriculture est pour eux un tremplin vers un modèle de développement toujours plus sain et respectueux de la planète.

  • La Ferme du Mont

    La Ferme du Mont

    Une passion sans limites pour les beaux grenaches…

    L’inspiration

    Au début de notre histoire, il y a une certaine idée du vin et de la vie puis les plantes, les pierres, les champs, les premiers rayons, l’eau et la lumière nous renvoient à l’origine des odeurs et des saveurs.

    Nous pensions arriver à mieux cerner ce qui nous entoure en y consacrant notre travail pour mieux le restituer à nos sens, mais plus nous avançons et moins nous savons exactement. La nature est surprenante. Pas de certitudes si ce n’est celle de l’application et de l’envie dans un monde fait de forces et de nuances.

    Souvent la somme de ces touches devient des sensations parfumées, la somme de ces sensations devient nos vins.

    Toujours là pour vous rencontrer et partager.

    Toujours vouloir répondre à vos interrogations et vivre ensemble quelques moments fugaces d’une histoire qui s’écoule entre espoirs et convictions.

    Jour fruit

    Un endroit simple avec de bonnes vibrations.

    Nos plantes vivent en équilibre permanent au milieu d’un biotope riche en espèces différentes.

    Le raisin nous prend le plus clair de notre temps et c’est bien le but principal de notre travail : donner les fruits les plus sains, les plus équilibrés, en accord avec la plante.

    Tout est harmonie : harmonie du milieu nature, .harmonie du fruit,  harmonie des jus,  harmonie dans l’élevage.

  • La Lie

    La Lie

    Bières artisanales bio imaginées, brassées, conditionnées et chouchoutées au cœur de la Suisse Normande dans le Calvados

  • Maison Plantevin

    Maison Plantevin

    La famille Plantevin possède ce vignoble depuis plusieurs générations.

    Les ancêtres travaillaient en polyculture (fruits, légumes, blé, olives et quelques vignes. Depuis 25ans seulement Thierry Plantevin cultive exclusivement de la vigne. Maintenant la Maison Plantevin possède une vingtaine d'hectares. Jusqu'en 2007 Thierry livrait l'intégralité de sa récolte en cave coopérative.

    Laurent Plantevin, son fils ainé arrive sur l'exploitation et vinifie une partie de la production et la commercialise sous la marque «Maison Plantevin».

    La Vinification

    Pour les blancs et rosés ont effectuera un pressurage direct et on sélectionnera les jus.

    Ensuite on les refroidira pendant 24 heures cela permettra une sédimentation plus rapide.

    On séparera la partie solide de la partie liquide.

    La fermentation va commencer son rôle et les sucres vont se transformer en alcool. On fera bien attention à la température qui ne devra pas dépasser les 18 degrés celcius. Cela permet de dèvelloper des arômes floraux et exotiques. On brassera les lies pendant trois semaines pour donner du gras et de la rondeur.

    Enfin les vins seront assemblés filtrés et mis en bouteille en Décembre ou Janvier.

    La Récolte des raisins rouges et plus tardive car on cherche à obtenir une maturité optimale.

    Elle sera entiérement éraflée, foulée et envoyée dans la cuve de vinification. La fermentation sera effectuée avec des levures indigènes durant 1 à 2 semaines. On procédera à des remontages tous les jours, on prendra la température et la densité. Comme pour les blancs et les rosés on contrôlera la température pour ne pas avoir des problèmes de fermentation (entre 24 et 29 degrés celcius).

    Par la suite le marc sera pressé.

    Pour finir le vin rouge sera mis en bouteille au mois de mai ou de juin.

  • Mas Bruguière

    Mas Bruguière

    7 GÉNÉRATIONS DE PASSION

     

    Une belle histoire de transmission, 7 générations se sont succédées sur ces terres nichées dans le vallon séparant les 2 colosses calcaires : le Pic Saint Loup et l’Hortus.

    Une histoire d’amour avec la terre amorcée par Pierre Bruguière, propriétaire du Mas de Combes (actuellement Mas de Barou) au XIII siècle.Agriculteur, il a fait reconnaissance de ses biens devant Maitre Jean Bonnieu en Mai 1259.

    La naissance du Mas Bruguière est plus tardive, elle débute après la Révolution. Antoine, natif du Barou fait l’acquisition de terres, de bois, de champs et pratique pour la première fois, entre autres, la culture de la vigne. Les années 1870 furent cruelles pour le Languedoc, toutes les vignes furent détruites par le phylloxéra. Pierre décide alors de replanter à partir de 1880 et le Domaine s’oriente vers une monoculture de la vigne. Adrien maintient l’unité du Domaine, et Albert dans les années 1950 s’engage dans la vie syndicaliste et participe à la création du Syndicat du Pic Saint Loup. Les gelées de 1956 détruisent l’ensemble des vignes, et de nouveau Albert replante sur une dizaine d’ha située autour du mas des raisins de table.

    Guilhem, le père de Xavier, en 1974, fait un retour aux sources, alors qu’il était appelé à un autre destin. Il entreprend de changer l’histoire du terroir du Mas, et s’oriente vers une culture qualitative. Il arrache, replante des cépages traditionnels et prépare sa sortie de la coopération. Il commence à vinifier en 1986 la première cuvée qui fête son statut de vigneron indépendant. Guilhem et son épouse Isabelle ont participé à la métamorphose et à la renommée de ce terroir du Pic Saint Loup. Les cuvées sont distinguées et reconnues par les meilleurs critiques et sommeliers du monde du vin ; les consommateurs les plébiscitent.

    L’aventure familiale ne s’arrête pas là…  Xavier, après un apprentissage très enrichissant au Château La Liquière à Faugères,  revient sur l’exploitation familiale et perpétue la tradition avec beaucoup d’enthousiasme et de passion. Pour exprimer au mieux la typicité de ce terroir à travers une viticulture propre et respectueuse de notre environnement, il a relevé un grand défi puisque le domaine est passé en agriculture biologique.

    LE MAS

    Le Mas* a survécu à la période trouble de la révolution qui a touché les Etats du Languedoc dont Montpellier était le siège.

    Jean-Jacques Louis Durand, propriétaire de cette belle demeure de Valflaunès et premier Maire de cette ville élu au suffrage universel fut guillotiné le 12 janvier 1794 à l’âge de 33 ans (il n’avait pas voulu appliquer les consignes de la terreur).

    Le Mas Bruguière, anciennement “Le Mas de la Plaine”, faisait partie d’un ensemble plus imposant qui comprenait le Mas Rigaud, le Mazet et la Plaine, le tout baptisé les Métairies du Mas Rigaud. Ces biens furent mis sous séquestre et vendus comme bien nationaux, épargnant ceux de Valflaunès que la veuve Durand récupéra à la Restauration. Quasiment ruinée, elle vendit aux enchères la Plaine acquise par Antoine, le premier de la longue lignée des Bruguière en ce lieu. La première Bâtisse, actuellement la maison mère a été édifiée au début des années 1800 avec une aile rajoutée en 1863.

    En 1999, Xavier fait ses premiers pas de vignerons dans une toute nouvelle cave, moderne et fonctionnelle, cette cave permet le respect du raisin et le chai enterré qui abrite le futur millésime de la lumière et des variations de températures est un dès lieux du Mas ou la sérénité règne….

    Très récemment un nouveau caveau de dégustation a vu le jour, c’est dans un lieu lumineux et convivial que Xavier vous accueillera.

    * Mas : ferme, métairie, domaine agricole, parfois hameau. Mas est un mot de langue d’oc venant du latin « mansum ».

    LE PIC SAINT LOUP

     

    L’Appellation Languedoc terroir Pic Saint Loup est la plus septentrionale du Languedoc, située à 25 kms au nord de Montpellier, elle bénéficie d’un micro climat bien spécifique. Les précipitations y sont plus abondantes et les nuits sont fraîches au mois d’août en pleine phase de maturation des raisins, c’est cela qui caractérise la fraîcheur des vins du Pic Saint Loup.

    Très dynamique cette appellation est devenue une appellation phare en Languedoc, elle a su rattraper son retard depuis les années 1970 grâce à l’impulsion des quelques pionniers dont mon père Guilhem Bruguière. Le Pic Saint Loup est reconnu en appellation d’Origine Contrôlée (AOC) depuis le 7 septembre 2016, une récompense très attendue par les vignerons du Pic St Loup et qui vient affirmer l’identité du terroir et la typicité des vins Pic St Loup.

    LES VIGNES

    Le Mas Bruguière cultive 10 ha de vignes, constitués de 2 îlots. La surface du domaine permet de travailler sur une exploitation à « taille humaine ». Le travail sur le vignoble est une priorité, ce qui amène à une tenue des vignes irréprochable. Chaque génération a apporté sa pierre et la beauté du lieu nous y a bien aidés.

    LE ROCHER DE LA BERGÈRE

     

    Le 1er îlot est exposé plein sud, sous la falaise de l’Hortus, son sol est composé d’éboulis profonds. Il est le terroir le plus précoce du Pic Saint Loup.

    Ce lieu a été le terrain de jeu de mon enfance, un rocher y est planté au milieu des vignes, la légende dit qu’en se décrochant de la falaise de l’Hortus il écrasa une bergère avec son troupeau.

    Cet îlot accueille sous la falaise de l’Hortus des vieux Grenaches replantés en 1976 et des Mourvèdres de 1987. En 2015 quelques jeunes pieds de Mourvèdre ont été plantés.

    LA PLAINE

     

    Tout autour du Mas Familial, des parcelles héritées de mes ancêtres accompagnent la route qui serpente entre le Pic saint Loup et la falaise de l’Hortus. Ces parcelles attirent le regard et contribuent au décor magnifique de la vallée.

    Ce 2ème îlot est exposé plein nord, en bas de pente du Pic Saint Loup, le sol y est argilo-marneux et les vieilles Syrah plantées au début des années 80 y sont parfaitement adaptées.

  • Méry Melrose

    Méry Melrose

    Nos vignobles sont éparpillés autour des pentes douces du village historique, Salles d-Angles.

    Nous cultivons biologiquement, ce qui est assez unique pour une maison de cognac.

    Notre inspiration pour l’agriculture de cette façon est simple: nous avons un profond respect pour l’environnement et la nature, et nous avoir une responsabilité envers la génération future qui héritera de la terre.

    Notre mission, c’est de cultiver des raisins de cuve de haute qualité, c’est dur !

    Les raisins cultivés en bio, offrent l’expression la plus pure, de chaque cépage, et présente une culture naturelle à faible rendement, avec un goût intense.

    Cela nous permet de produire des cognacs uniques et aromatisés.

    Nous nous engageons dans des pratiques biodynamiques pour enrichir le sol et protéger les vignes.

    Toutes nos vignes se trouvent dans le Grand Champagne Cru, la zone de culture la plus prestigieuse de la région de Cognac, où le sol est argilo-calcaire peu profond, sur calcaire et craie.

    En plus d’être certifié bio en France par Ecocert, nous sommes certifiés USDA Organic !

    Le sol est vivant avec le mystère de l’histoire, le sol organique contient des matériaux à base de carbone qui sont vivants.

    Le sol contient beaucoup, beaucoup de choses différentes qui ont été déposées au fil du temps, prendre soin du sol profite à l’environnement et réduit la pollution.

    Raisins de cuve

    Notre terroir est adapté aux raisins blancs et rouges, et nous cultivons avec amour nos raisins rouges, tout comme nos proches voisins de la région viticole bordelaise !

    Nous produisons Merlot, Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc pour l’élaboration du pineau rouge et de nos vins de table élégants.

    Nous nous consacrons à la culture des cépages de Cognac et la plus grande surface de nos vignobles sont plantés avec: Ugni Blanc, Folle Blanche, Colombard et Montils, que nous transformons en pressurant et en distillant pour produire du cognac et du pineau.

    Nous cultivons le chardonnay, ce célèbre raisin originaire de la région viticole de Bourgogne en France, pour notre vin de table blanc, que nous vinifions et embouteillons dans nos caves.

  • Mont Ventoux

    Mont Ventoux

    Les bières du Géant de Provence

    Atteindre le sommet du plaisir en savourant la bière de la Brasserie Artisanale du Mont Ventoux.

    Une invitation pour découvrir le Géant de Provence, et apprécier ses odeurs et ses saveurs

  • Sables de Camargue

    Sables de Camargue

    Savoir-faire unique, terroir chargé d’histoire, la Camargue met les sens en éveil

    Il s’étend sur près de 3000 hectares de nature préservée. Dans cet environnement sauvage qu’ils ont su domestiquer depuis des siècles, 115 vignerons-producteurs travaillent avec passion, animés par la volonté de proposer des vins d’exception.

    Du petit viticulteur qui cultive quelques rangées de vignes, aux domaines familiaux, jusqu’à la plus grande exploitation européenne, tous se sont engagés, ensemble, à façonner ce terroir pour en tirer le meilleur, forts d’un savoir-faire ancestral.

    La Camargue, baignée de soleil, bordée de longues plages de sable fin, abrite ce vignoble bercé par les eaux bleues de la Méditerranée.

    Avec Aigues-Mortes pour capitale, le vignoble des vins Sable de Camargue vous invite à découvrir son histoire, une histoire séculaire qui se conjugue au présent !

    Les vins Sable de Camargue, produit culturel à déguster

    Les vins Sable de Camargue vous proposent une expérience inédite : une découverte sensorielle et culturelle au cœur d’un environnement mythique.

    Laissez-vous emporter par l’immensité des paysages, étangs, lagunes, roselières et dunes, laissez-vous charmer par les senteurs enivrantes : sable chaud, tamaris et pinèdes.

    Le Gris et le Gris de Gris, des vins de caractères !

    Le Gris et le Gris de Gris, produits emblématiques de notre production, sont très différents des vins rosés classiques. Ils reflètent parfaitement leur terroir avec une couleur pâle saumonée et un équilibre en bouche caractéristique mariant souplesse (absence de tanin), rondeur, fraîcheur (acidité) et des notes iodées liées à l’influence marine.

    Les vins présentent une palette aromatique fruitée (fruits blancs, agrumes, fruits exotiques, fruits rouges…) ou florale, mêlée de notes minérales.

    Les grenaches noirs et gris, cépages fondamentaux de nos vins, sont pressés délicatement afin d’obtenir des jus qui après fermentation, donneront des vins d’exception.

    Délicats et nuancés, ils se caractérisent par leur robe claire et pâle, élégants en bouche et d’une fraîcheur sans pareille, ils sauront se marier avec les repas les plus raffinés comme avec les mets les plus simples, pour un déjeuner à l’ombre d’un pin parasol, un apéritif dînatoire entre amis…

    Des instants magiques, de convivialité et d’amitié à partager.

    Paysage sauvage, terre de merveille à préserver

    Dans cet environnement fragile doté d’une faune et d’une flore exceptionnelle de plus de 1000 espèces, l’Homme exploite depuis des siècles, avec respect, les richesses que la nature lui procure.

    Afin de préserver et de valoriser ce patrimoine naturel unique, accroché aux anciens massifs dunaires du littoral, une réserve de biosphère a été créée et la Camargue a été classée en Zone Natura 2000.

    Des raisons supplémentaires pour les Vignerons locaux de protéger leurs paysages et leurs cultures et de s’engager aujourd’hui dans des démarches agro-environnementales fortes et globales comme la viticulture à Haute Valeur Environnementale ou la viticulture Biologique.

  • Serre-Ponçon

    Serre-Ponçon

    Bières Artisanales, ni filtrées, ni pasteurisées, brassées à l'eau des Écrins !

  • Vinaria

    Vinaria

    Ad Vitam Aeternam est né en 2005.

    Ce vin est avant tout le fruit de l'amitié et de la passion de deux personnes : Xavier PENEAU, ancien propriétaire du Château de La Rivière à Fronsac (de 1994 à 2003) et Xavier BUFFO, ingénieur agronome et oenologue, actuel directeur général du Château de La Rivière (depuis 1997).

     

    Ad Vitam Aeternam est issu à l'origine d'une parcelle de 1,5 hectare (90% merlot et 10% Cabernet Franc), sur le plateau argilo-calcaire du fronsadais, sur la commune de La Rivière.

    En 2013 nous avons acquis 0,4 hectare qui vont nous permettre de produire 2000 bouteilles supplémentaires.

    Notre vigne est travaillée comme un véritable jardin, en respectant les principes de l'agriculture raisonnée.

     

    Ad Vitam Aeternam a été très bien noté depuis les premiers millésimes. Laissez-vous surprendre par son charme.